Rebecca Sinclair, ancien agent de la Warehouse, refait surface pour discuter d’une vieille affaire non résolue impliquant un éditeur qui a tué son épouse et trois secrétaires en 1961. Pete et Myka utilisent la machine à explorer le temps de H.G. Wells pour se rendre dans cette époque et découvrir quel artefact est responsable de la transformation de ses femmes en glace.

Warehouse 13 nous offre un petit voyage dans le temps, à l’époque de Mad Men. La parallèle s’arrête là, vu qu’il n’y a pas d’artefacts dans les bureaux de l’agence publicitaire où travaille Don Draper.

Quoi qu’il en soit, tout ceci est lancé par Rebecca (déjà vu dans Burnout – 1.06), qui refait surface pour leur demander de retrouver un artefact dans une affaire de son époque qui ne fut jamais résolue. A sa première apparition, le personnage avait déjà offert une première ouverture sur l’univers de la Warehouse avant Pete et Myka ; cet épisode continue finalement dans ce créneau, en allant plus loin vu que nous plongeons finalement au cœur de cette époque.

Quelques petites choses sont ainsi entr’aperçu, dont le Artie de l’époque – Charlie, interprété par Armin Shimerman – qui auraient bien mérité d’être plus développé, tout comme ce qui entoure la Warehouse des années 1960. Nous avons notre éternelle référence à Mrs. Frederic, qui continue d’étoffer le mythe autour de sa personne !

Si tout ceci n’est pas réellement exposé, mais juste présenté, c’est que les enjeux de l’épisode se trouvent à un tout autre niveau. En effet, Pete et Myka sont envoyés en 1961 grâce à la fameuse machine à explorer le temps de H.G. Wells. Ou en tout cas, celle qui a vu le jour et non celle qui est dans le roman. Cela n’empêche aucunement l’épisode de faire des références à l’ouvrage, l’histoire personnelle de H.G. Wells avec sa fille étant clairement empruntée au récit. Quoi qu’il en soit, la machine ne peut envoyer un corps dans le temps, mais l’esprit. Ce qui fait que Pete et Myka, pendant un temps limité, se retrouvent dans les corps de Rebecca et Jack, à un moment crucial pour la construction du couple.

L’épisode pose donc alors quelques questions sur les possibilités de changer le passé. Helena a tenté, mais sans succès, et Pete va lui-même échouer. Si le voyage ne leur permet pas de sauver des vies, ils offrent quand même la possibilité de découvrir la vérité. Ces évènements jouent en tout cas une nouvelle fois sur l’aversion d’Artie envers H.G. et son refus compréhensible de lui faire confiance. Tout est fait en tout cas pour illustrer sa bonne foi, et rien ne laisse réellement apercevoir la direction future pour le personnage.

When and Where (2.10) se révèle être un bon épisode, parfait avant la conclusion de la saison, soit le final en deux parties qui commence la semaine prochaine.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire