Watchmen Saison 1 : Uchronie aux allures d’effrayant réalisme

26 Déc 2019 à 12:25

Après l’ultime saison de Game of Thrones, il ne fait nul doute que Watchmen était l’autre grand évènement de cette année pour HBO. Il faut dire que le projet avait de quoi attiser la curiosité. Marquant le retour de Damon Lindelof, après sa renversante The Leftovers, la série s’attaque à ni plus ni moins l’un des comics les plus respectables qu’il soit. Ce qui conduit également à engendrer une certaine inquiétude, peut-on réellement être à la hauteur du roman graphique ou, plus simplement, peut-on adapter une œuvre jugée culte ?

La série s’ouvre en 1921 à Tulsa, Oklahoma, lors d’un massacre racial historique dont réchappe un petit garçon noir. Le récit se propulse en 2019, dans une Amérique Redfordienne — oui Robert Redford préside depuis le début des années 90 — où les membres de la police de Tulsa, désormais masqués afin de protéger leurs identités et familles, font face à la résurgence d’un groupe de suprématistes répondant au nom de « la 7e Kavalerie ».

Si dans sa lettre à l’intention des fans, Damon Lindelof définissait son projet ni tellement comme une adaptation du comics, ni réellement comme un reboot, mais plutôt comme un remix. Il est important de souligner que le showrunner a, volontairement ou non, omis de dire la vraie substance qui irrigue sa nouvelle création, à savoir que le Watchmen de HBO est une suite pure et simple de l’œuvre co-créée par Dave Gibbons.

Clairement, si vous n’avez aucune sorte de connaissance sur ce récit uchronique, si vous n’avez jamais lu le comics ou même vu son adaptation cinématographique signée Zack Snyder, vous aurez quelques peines à comprendre les tenants et aboutissants de ce prolongement sériel. Néanmoins, le showrunner et son équipe ont eu l’intelligence de faire un pas de côté ; si des personnages tels que Ozymandias, Le Spectre Soyeux (II) ou encore le Dr Manhattan font leur apparition, ils ne sont pas à proprement parler le cœur de ce nouveau récit.

En effet, dans une volonté aussi bien créatrice que libératrice, Lindelof se sert de l’univers, qui connait ici un prolongement, pour faire apparaitre de nouveaux protagonistes qui sont sans conteste le cœur de cette aventure inédite. C’est le cas, de celle qui fait figure de lead, Angela Abar (Regina King formidable), policière qui officie sous le pseudonyme de Sister Night. Car oui, c’est bel et bien une femme, d’une quarantaine d’années, afro-américaine qui porte sur ses épaules une fresque interrogeant tout à la fois la figure du superhéros, le racisme institutionnalisé aux États-Unis et l’argumentaire de la vengeance et de la loi.

Dans le terreau de l’uchronie, Lindelof parvient à poser l’Amérique actuelle devant un miroir déformant. Non pas tant pour se faire l’incarnation d’une charge contre Trump, mais bien pour disséquer les contradictions d’un pays et de son rapport tronqué à l’Histoire. En faisant de l’acteur Robert Redford, un président démocrate, ayant conduit de grandes réformes sociales (dont la mise en place de réparations financières aux descendants d’esclaves), Lindelof tient à dire, d’une part, qu’une personne même bien attentionnée peut générer des conséquences inattendues ; d’autre part, que l’état d’un pays n’est pas entièrement lié à l’incarnation présidentielle, mais bien aux individus, leurs ignorances, leur racisme intériorisé et leurs bêtises.

Éminemment politique, Watchmen n’est pas que cela, la série prend la forme d’un immense puzzle où les genres s’entrechoquent, tout autant satire que drame, western que thriller, dans lesquels les récits se mêlent et se démêlent. Dans cet art du jonglage, le show made in HBO réclame une certaine exigence de la part de son spectateur, tout autant que de la patience. Si Lindelof sait ne jamais ennuyer, il fait progresser pas à pas son intrigue. Savourant les zones d’ombres, les mystères et le tâtonnement pour mieux surprendre par les twists que réserve la seconde partie de la saison — notamment au sein de l’épisode 6, petit joyau en noir et blanc, et de l’épisode 8 qui délivre toute la charge émotionnelle retenue jusqu’alors.

Enfin, il me faut évoquer la sublime bande originale qui accompagne cette saison. Entièrement créée par Trent Reznor et Atticus Ross, des collaborateurs réguliers de David Fincher, elle est une merveille de composition qui, comme la tonalité de la série, se balade entre les genres, tantôt électro, tantôt jazz, tantôt exaltante, tantôt bouleversante. Elle participe, avec cette éblouissante réalisation, à créer une ambiance singulière, mais splendide.

Je n’ai ici qu’effleuré l’épaisseur de l’œuvre de Lindelof. Par volonté de ne pas m’éparpiller, mais également, par désir de laisser quelques découvertes à ceux qui se lanceront après cette lecture. Une chose est certaine, Watchmen fut l’un des évènements de l’année 2019, et elle a été à la hauteur, complexe, exaltante, burlesque et tragique. Après Lost, après The Leftovers, Lindelof démontre une nouvelle fois, si cela était nécessaire, à quel point il est l’un des plus grands auteurs de son époque. Si pour l’instant, le créateur ne semble pas décidé au sujet de l’avenir qu’il donnera à sa série, il ne fait nul doute que sa prochaine aventure, dans l’univers Watchmen ou ailleurs sera scrutée de près.

Watchmen
Price: 35,00 €
Price Disclaimer
Tags : HBO Watchmen moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link