Weeds 8x04

Lundi 23 juillet 2012 à 14:15 | 5 commentaires | | | |

Weeds – Only Judy Can Judge (8.04)

par .

Nancy veut passer la journée avec Stevie, mais est obligée de s’occuper du business. Silas réalise que Shane pourrait bien se retourner contre lui une fois qu’il aura son badge. Doug entre en guerre contre le chien du voisin.

Nancy a l’air d’être désormais prise en plein dilemme. Elle veut une vie honnête pour être avec son fils, mais son activité criminelle la rappelle à l’ordre. Cette opposition est clairement la thématique de ce début de saison, comme le montre l’évolution de la relation entre Silas et Shane. L’idée semble d’illustrer – pour le moment – la difficulté qu’il y a à trouver un équilibre entre les deux.

publicite

Weeds a toujours été au plus fort quand elle se voulait satirique. Elle n’en a plus trop l’opportunité à présent, mais il se pourrait bien qu’en se concentrant sur la dualité de ses personnages elle trouve de quoi se maintenir à flot. Certes, un peu plus de finesse serait bienvenue, mais c’est quelque chose de difficile à obtenir quand nous avons Kiku, Demetri et les Hanson Brothers dans le coin. Toute cette partie dans le milieu des dealers apparait d’ailleurs presque comme étant devenue hors propos, une réminiscence d’un passé qu’il serait bien de laisser derrière pour permettre à la série d’aller de l’avant pour se conclure sans être encombrée par trop de bagages inutiles. À un autre niveau, cela semble surtout être une manière facile (et paresseuse) de chercher à générer quelques rires.

En tout cas, l’évolution de Nancy n’est pas inintéressante et se montre même touchante. Ce n’est pas négligeable, puisque le personnage tend par moment à être exécrable, avoir l’opportunité de s’inquiéter pour elle n’est pas désagréable. Dommage par contre que ce n’est pas le cas avec ses fils.

Silas et Shane vivent à présent dans leur bulle et il est difficile de réellement s’intéresser à eux. Les voir entrer en conflit n’a rien de nouveau et cela manque de consistance, en partie à cause de toute cette histoire d’académie de police qui sonne de plus en plus fréquemment comme une mauvaise idée – alors que cela s’annonçait plus prometteur au départ.

À côté, il y a Andy et Jill. Ils s’attirent pour mieux se repousser. Difficile de croire que cela soit destiné à aller quelque part, surtout pour ce brave Andy qui est toujours celui qui souffre le plus quand on s’engouffre sur le plan émotionnel.

Enfin, Doug nous sort du Doug et ça fonctionne étrangement bien, même si c’est stupide et facile. La chute de l’histoire est certainement le point culminant de l’épisode au niveau humoristique, ce qui est un bon point pour celui qui parait n’être encore là que parce qu’il n’a nulle part où aller.

Only Judy Can Judge se montre en tout cas intéressant du point de vue de Nancy, en plus d’être assez divertissant. Offrir une direction solide au personnage principal n’est pas une mauvaise idée, même s’il serait également bien de faire un peu le ménage dans son environnement pour lui permettre d’être pleinement exploitée. Tout de même, dans l’ensemble, cela donne un épisode des plus convenables.

Partager cet article

Weeds
publicite
57 queries. 0,732 seconds.