Whiskey Cavalier Saison 1 : Espions au grand cœur

Nouveauté de mi-saison très attendue par les adeptes de comédies policières décomplexées, Whiskey Cavalier aura fait un passage aussi bref qu’intense sur ABC. Annulée avant même la fin de sa diffusion, la série de Dave Hemingson avait pourtant réussi à s’attirer la curiosité des spectateurs et la sympathie des critiques grâce à un pitch simple, mais efficace, et à un casting impeccable.

Dans cette comédie romantique aux faux airs de séries d’espionnage, on suit l’ancien soldat devenu agent spécial du FBI Will Chase (Scott Foley) – nom de code : Whiskey Cavalier – qui se voit forcé de collaborer avec l’agent de la CIA Francesca Trowbridge (Lauren Cohan) – nom de code sans importance. Ensemble, ils montent une organisation d’espions inter-agences qui apprennent doucement, mais sûrement, à sauver le monde.

Une parodie séduisante

L’ouverture du pilote annonce d’emblée que Whiskey Cavalier n’est pas ce que l’on croit et donne le ton décalé pour la suite. Quelque part entre la série d’espionnage, le film d’action des années 1990 et la romcom du dimanche, la série assume pleinement toute la niaiserie du genre de son propre pitch pour proposer un divertissement qui s’articule parfaitement et tape dans le mille.

À l’instar de Castle ou de Chuck – dont les fans n’ont pas dû être insensibles au charme de la série -, on assiste à une inversion des clichés de genre dans la dynamique amoureuse du duo principal, un homme et une femme que tout oppose, mais irrépressiblement attirés l’un par l’autre. Très humblement, l’équipe créative ne cherche pas à révolutionner la formule, mais offre une heure hebdomadaire de fun sur une bande-son punchy qui donne le sourire.

Peu importe l’enquête de la semaine, Whiskey Cavalier nous promet des dialogues incisifs, des chorégraphies de combat au corps-à-corps badass et des explosions qui en jettent. Pour parfaire le tout et se revendiquer pleinement « série d’espionnage », chaque épisode a également sa dose de gadgets improbables et de voyages à l’international pour offrir, mine de rien, de belles images.

Une équipe de charme

À la fin d’un épisode de Whiskey Cavalier, on ne retient pas spécialement ses enquêtes, au mieux bancales, mais on reste imprégné par cette équipe d’agents du dimanche à l’alchimie incroyable. Cette joyeuse bande solidaire, portée par l’optimisme n’est pas sans rappeler les gentlemen cambrioleurs de Leverage. Très vite, elle devient un cercle réconfortant, une grande famille que l’on se verrait bien rejoindre.

En une dizaine d’épisodes, les scénaristes font un travail impressionnant de construction de personnages. Drôles et touchants sans jouer sur des clichés, les personnages secondaires sont cohérents et parviennent régulièrement à voler la vedette aux têtes d’affiche.  Mention spéciale à Ray (Josh Hopkins) que l’on finit par adorer malgré des débuts on ne peut plus difficiles.

La variété présente au sein des héros de la série est la véritable force de Whiskey Cavalier et lui permet de proposer subtilement beaucoup de petites réflexions intéressantes. Susan (Ana Ortiz) et Frankie offrent deux portraits de femmes fortes radicalement différents, tandis qu’entre le soldat sensible, le geek farouche et les agents de l’extrême, on a un beau panel pour développer le thème de la masculinité positive.

Un divertissement efficace que l’on regrettera

Whiskey Cavalier n’évite pas tous les écueils du genre, son fil rouge et ses méchants très méchants ne fonctionnent notamment pas. Violemment annulée, elle n’aura jamais l’occasion de se rattraper sur ce sujet.

Cette saison forme par ailleurs un tout qui aurait été satisfaisant sans sa fin en suspens. Très peu de faux pas ont été commis et il est certain que les scénaristes n’avaient jusqu’ici que survoler ces personnages touchants et les conflits internationaux sans queue ni tête dans lesquels ils souhaitaient nous embarquer. Frustré, mais pas déçu, on quitte Whiskey Cavalier avec une sensation gâchis, mais une forte envie d’y retourner.


Malgré son sort tragique, Whiskey Cavalier est exactement tout ce à quoi on pouvait s’attendre : une comédie qui en met plein les yeux et à l’humour efficace, avec une poignée de personnages touchants et bien écrits. Idéale pour l’été, la série vous promet plusieurs heures de franche rigolade, seuls ou entre amis. À mettre entre toutes les mains !

La première et unique saison de Whiskey Cavalier est diffusée à partir de ce samedi 29 juin à 21h05 sur la chaine française TF1.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link