White Collar - Front Man (1.13)

L’agent Kimberly Rice demande à travailler avec Neal sur le kidnapping d’une fille. En effet, l’arnaqueur est un vieil ennemi du kidnappeur.

C’est l’avant dernier épisode de la saison, et Neal est décidé à retrouver la music box. Cela va nous valoir le retour d’Alex, au début et à la fin de l’épisode, pour mettre en place la situation future – soit le prochain coup pour voler l’objet.

Enfin, en attendant, le FBI a du travail, et celui-ci varie quelque peu, car il touche un kidnapping. C’est ainsi que nous faisons la connaissance avec Kimberly Rice – alias Diane Neal – que Peter ne porte pas dans son cœur et dont les méthodes de travail ne vont pas vraiment s’accommoder avec l’arnaqueur.

L’agente impose rapidement son style et son autorité, et si le personnage n’est pas intégré avec la plus grande délicatesse, il faut reconnaître que quelques efforts sont faits pour nous la rendre sympathique dans la seconde partie de l’histoire. Cela est assez bienvenu, car la recette est bien plus efficace ainsi. Surtout, cela offre une porte ouverte pour un possible retour, et la série pourrait gagner à voir son univers étoffé de quelques personnages tertiaires.

Quoi qu’il en soit, les débuts de l’agente Rice vont être chaotiques, celle-ci conduisant Neal dans un piège. Caffrey se retrouve pour le coup à travailler pour un ancien ennemi et kidnappeur (incarné par Charles Malik Whitfield). Nous allons avoir le droit à du bon et du mauvais White Collar pour le coup, car si l’histoire se révèle être plutôt bien rythmé et surfant plus sur l’atmosphère et la dynamique des meilleurs épisodes, quelques facilités scénaristiques vont être prises et vont venir affaiblir l’intrigue générale. L’équipe a clairement conscience de la sympathie du public pour Mozzie, mais son rôle dans la mascarade à l’aéroport avec Neal est l’exemple même d’une mauvaise idée, où rien ne tient debout, que cela soit l’arnaque ou le type qui tombe pour une raison obscure dans le panneau.

Enfin, malgré quelques bémols de ce genre, Front Man est assez divertissant qui penche plus du côté des bons épisodes de la série, aidé par l’implication personnelle de Caffrey dans le dossier. Cela pimente forcément plus les choses et leur donne plus de consistance. Voir aussi différentes branches du FBI se croiser fournit l’opportunité de bousculer un peu le duo Neal/Peter, exprimant le solide lien qui les unit mais où la confiance n’est pas totale comme nous le rappelle Burke dans la scène finale. Le dernier épisode pourrait par ailleurs avoir quelques conséquences sur le duo, selon la tournure des évènements. Réponse bientôt.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire