White Collar - Home Invasion (1.11)

Alors que Neal recherche la boite à musique, Peter et son équipe surveillent Christopher Gray, riche boursier. Suite à un coup de feu, le suspect est retrouvé mort, et il se trouve que la femme qui se trouvait en sa compagnie, Pierce Spelman, est la coupable.

Alors que Neal vadrouille à ses petites occupations, Peter se retrouve avec un cadavre sur le dos, transformant sa première affaire en une nouvelle, devant alors découvrir comment retrouver la meurtrière, et pour ce faire, savoir ce qu’elle recherche.

C’est donc le point de départ de Home Invasion, qui va réussir à jongler avec pas mal d’éléments. White Collar utilise des affaires assez simples la plupart du temps (ce qui donne de la valeur quand elles se révèlent être complexes), et sans qu’on s’en rende réellement compte, cela leur a permis de bâtir des développements solides sur la durée.

Ainsi, nous avons la recherche de la criminelle, Neal après la boite à musique, et Peter venant passer du temps chez l’arnaqueur à cause d’un problème de courant chez lui. Pas d’Elizabeth pour le coup, ni de Mozzie, d’ailleurs, mais on note enfin le retour de l’agent Cruz, ce qui permet de retourner à une activité de bureau normale, et ce n’est pas du tout déplaisant.

Ce qui fait finalement le charme de la série, c’est que toutes ces histoires, des plus importantes aux moins importantes s’entrecroisent sans jamais trop piétiner sur l’autre. Ainsi, en pleine affaire pour coincer une voleuse, Neal rentre en contacte avec une « amie », Alex, pouvant l’aider à retrouver la boite à musique. Des plans qui vont être bousculés par l’arrivée de Peter à son appartement. Ce dernier n’est pas complètement dupe, et la relation de confiance entre les deux hommes va être un peu mise à mal.

Ce n’est pas une mauvaise idée, car s’il est évident qu’ils se font confiance, et que la sympathie que l’on a pour Neal nous permet de passer outre, c’est son comportement (ses mensonges et cachoteries) qui pousse sans conteste l’agent du FBI à être suspicieux. Il n’est pas stupide, et autant dire que c’est une excellente chose d’illustrer ce point. Cela permet de bien garder à l’esprit que l’un est bel et bien au service de la loi tandis que l’autre possède le cœur d’un arnaqueur (même si son association avec le FBI va lui mettre des bâtons dans les roues).

En plus de cela, l’épisode possède quelques bonnes idées, comme le personnage de Daniel Picah, riche homme joyeux et excité à la perspective d’aider le FBI, et qui fournit ainsi de l’humour. Puis nous avons Alex, qui, si son personnage de voleuse n’est pas du tout étoffé, s’en va en révélant qu’elle sait où se trouve la boite à musique. Elle peut bien sûr mentir, mais cela pourra peut-être fournir l’occasion de réutiliser le personnage. Cette dernière semblant avoir un passé assez riche avec Neal (étonnant pour le coup qu’elle n’évoque pas Kate), cela serait intéressant à explorer.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire