White Collar - Pilot (1.01)

À quelques mois de sa libération, Neil Caffrey s’échappe de prison. L’agent Burke du FBI est alors appelé pour aider à sa libération, ce qu’il va faire rapidement. Caffrey fait alors une offre à l’agent qui va les pousser à collaborer pour arrêter le mystérieux Dutchman, un criminel insaisissable.

White Collar est une nouvelle série USA Network, ce qui veut dire : Characters Welcome. La marque de fabrique de la chaine numéro 1 du cable US et qui nous offre quelques garanties sur le type de série que l’on trouve sur sa grille.

White Collar ne déroge pas à la règle en embrassant la formule principalement centrée sur les personnages, leur offrant dès le départ une bonne alchimie, un contexte classique, mais efficace, et quelques petits twists pour vite les rendre attachants et pour nous donner envie de revenir. Un savoir-faire qui va une nouvelle fois se montrer payant, car White Collar est tout ce qu’on aurait pu imaginer.

Certes, quand on dit classique, on a du mal à faire plus avec le coup du criminel qui s’associe avec le flic. Ici, l’agent du FBI Burke – joué par Tim DeKay – qui s’intéresse aux arnaqueurs et qui avait mis en prison Neil CaffreyMatt Bomer. Les deux se complètent sur bien des points et ce Pilot va même nous montrer qu’ils sont bien plus proches l’un de l’autre qu’on aurait pu le penser au départ, vu leurs backgrounds respectifs.

Certes, Burke hérite de quelques clichés qui accompagnent les agents du FBI, contrebalançant ainsi avec la tchatche et la vision du monde selon Caffrey, mais il n’est pas un idiot, bien au contraire, il est très bon dans son métier, tout comme Neil est un maitre dans son art.

Ce premier épisode va les mettre sur une affaire de vol et de faux. Le tout est bien ficelé et souffre presque du fait que c’est Mark Sheppard qui hérite du rôle du méchant. Mais bon, on ne va pas trop en tenir rigueur, car si l’investigation sert de moteur, on va avant tout se concentrer sur la mise en place des personnages, car c’est ce qui fait fonctionner ce genre de série (et les séries US, donc).

En plus de Burke et Caffrey, on va rencontrer plusieurs personnages secondaires, comme la femme de l’agent – jouée par Tiffani Thiessen – ou l’associé de l’arnaqueur – interprété par Willie Garson –, ou encore Diana, autre agent du FBI à l’avenir trouble, car l’actrice, Marsha Thomason, ne sera pas dans la suite, Natalie Morales (Dub Dub du Middleman) reprendra le flambeau, dans le même rôle ou un autre, on verra bien.

Pour finir, ce pilot offre également quelques prémices pour le développement des personnages, des storylines secondaires qui permettront probablement de créer des enjeux plus feuilletonnant par la suite.

En attendant, White Collar se montre efficace dans sa mise en route, possède une bonne dose de charme, un casting solide, un pitch qui lui permettra de tenir sur la longueur, et un coefficient sympathie assez élevé pour peu que l’on adhère à la touche USA Network. C’est un divertissement prometteur qui trouve à merveille sa place sur la grille en fin de semaine, histoire de se détendre pour le week-end.