Women’s Murder Club – Welcome to The Club (1.01)
L’inspecteur Lindsay Boxer a la faculté d’analyser une scène de crime en quelques secondes. Frustrée par la lenteur de la procédure qui peut faire traîner une enquête sur plusieurs mois, voire des années, et agacée par ce milieu encore trop réservé aux hommes, elle réunit une équipe de femmes, toutes expertes dans leur domaine (médecin légiste, journaliste, assistante du procureur) pour mener leurs propres investigations et tenter de faire avancer les enquêtes plus efficacement. Entre les crimes à résoudre et leurs vies personnelles mouvementées, des liens d’amitié se tissent inévitablement...

Et une série en plus, une ! Women’s Murder Club a assez bien géré son démarrage avec 10.9 millions de téléspectateurs et se retrouve alors à la tête de sa case horaire, pour cette semaine tout du moins. Mais vu la concurrence (Moonlight, FNL), on ne s’inquiète pas trop. Je me disais que commencer une série à ce point là, c’était enterrer vivante ladite série justement. Finalement, en regardant bien la case horaire, pas du tout. De plus, cette petite nouvelle a un avantage pour elle : le casting.
Pour faire original, nous voici une nouvelle fois devant un cop show. Pour être plus spécifique, un femina cop show. Il est évident que, malgré un léger retour fantastique/SF, le genre purement dominant à la télévision est la série policière. Cette dernière est de plus adaptée de romans de James Patterson, auteur à succès. Ceci peut d’ailleurs expliquer que le succès allait quand même pointer un peu le bout de son nom au démarrage de la série. La télévision, c’est donc comme le reste. On a des meurtres, et puis les autres genres se battent entre eux, pour se faire une place.
Women’s Murder Club n’apporte donc pas une révolution (un CSI, c’est tous les 10/15 ans), cela n’empêche que cela se laisse regarder. Angie Harmon est magnifique (je ne crois pas que cela lui soit déjà arrivé de ne pas l’être de toute façon), et même si la dynamique entre les personnages n’est pas encore complètement maitrisée, je pense qu’avec la suite, il ne devrait y avoir trop de problèmes.
Nous avons donc la flic, Lindsay Boxer (Angie Harmon), la médecin légiste (Paula Newsome) et l’assistante du procureur (Laura Harris). La journaliste (Aubrey Dollar) fait son entrée dans l’épisode. Jeune et motivée, et joviale. Elle dénote un peu par rapport au trio, qui, entre deux cadavres, parle de ses histoires de cœur.
Et dans ces histoires de cœur, nous retrouvons Rob Estes, ex-mari de Lindsay, qui devient son supérieur, et va justement se remarier. Au niveau des têtes connues, on retrouve Kyle Secor, qui ne fait qu’une scène dans l’épisode, mais j’espère qu’il sera développé, le personnage a l’air assez cool.
L’enquête policière en elle-même n’a rien de bien révolutionnaire. J’avais deviné qui était le coupable, mais il faut reconnaître que c’était quand même assez bien amené. Donc, pour cet aspect-là, je ne pense pas qu’on sorte complètement des sentiers battus.
Le pilote nous instaure sûrement la grosse intrigue de la saison (ou plus, si affinités, cela dépend peut-être des livres). Lindsay Boxer avait travaillé sur une affaire de tueur en série qu’elle n’avait pas coincé. Cela est dit au détour d’une conversation, et ramené à la fin de l’épisode, quand ledit tueur en série se remet à tuer.

Pour les aficionados du genre, et pour les femmes, Women’s Murder Club, est une série qui n’est pas agréable à regarder, et qui peut se visionner sans problème. Son évolution en fera-t-elle un peu une série à suivre régulièrement ? Je ne saurais répondre à cette question. Je ne suis pas sûre qu’on en arrive à ce niveau là, un épisode à l’occasion doit être sympa, pour le reste, à voir.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire