Jaye Tyler travaille dans une boutique de souvenirs, le Wonderfalls, près des chutes du Niagara. Le jour où un lion de cire lui ordonne d’aller récupérer une pièce de monnaie, elle craint tout d’abord pour sa santé mentale, puis découvre qu’elle a le pouvoir d’entendre parler les objets inanimés…

Créée par Bryan Fuller en 2004, Wonderfalls fut une de ses séries de la Fox à avoir une durée de vie très courte. Si l’intégralité de la série compte 13 épisodes, seulement 4 ont été diffusés sur la chaine américaine. En France, la série a eu le droit à une diffusion sur Téva, et on peut d’ailleurs noter que c’est Caroline Dhavernas (alias Jaye Tyler) elle-même, qui a fait son doublage. Malheureusement aucun DVD zone 2 n’a vu le jour, mais la série est disponible en zone 1 (sans sous-titre français).

Ce pilote nous plonge directement dans l’univers de Jaye Tyler, jeune femme brillante, qui n’est que simple vendeuse. Car pourquoi se tuer à la tâche pour être misérable, si le résultat est le même en en faisant le moins possible ? Jaye est donc une femme assez directe, cynique ou ironique et qui prend un malin plaisir à décevoir sa famille. Il faut dire que tout le monde ou presque brille de sa réussite. Ses parents, Darrin (William Sadler) et Karen (Diana Scarwid), sa sœur Sharon (Katie Finneran) et son frère Aaron (Lee Pace).
L’univers de Jaye va être chamboulé quand une figurine d’un lion va se mettre à lui parler. Après être tombée dans les pommes, sa mère l’envoie consulter son psychiatre à qui elle va voler une petite statuette d’un singe (sous les ordres de ce dernier).
De cet évènement va découler des situations surréalistes, forçant la jeune femme à intervenir dans la vie d’autrui, contre son bon vouloir, et a, alors, influencé le destin. Entre folie, Dieu ou Satan, elle ne sait quoi penser. Les figurines continuent à lui parler, à chanter à tue-tête, jusqu’à ce qu’elle se décide à faire ce que ces dernières réclament.
Une idée assez délirante, à la hauteur du style de vie de Jaye, qui vit dans une caravane, a un supérieur plus jeune qu’elle, une meilleure amie serveuse dans le bar où elle vient consommer tous les jours, et qui n’est pas de nature à faire le bien autour d’elle.
Dans cet univers s’ajoute Eric, nouveau barman, qui s’est marié et s’est séparé de sa femme six jours plus tard. Au lieu de rentrer chez lui, il a pleuré pendant 3 jours au bar, où il a été finalement engagé.

Ce premier épisode met tous les pions en place, avec une bonne dose d’humour, donnant ainsi le ton dans lequel la série va se diriger, et fait découvrir le panel de personnages auquel le téléspectateur risque d’avoir régulièrement affaire. Une entrée en matière efficace, et dont la bonne humeur qui en ressort donne envie d’enchainer sur la suite.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire