Après la disparition d’un agent du FBI, un ancien prêtre pédophile a d’étranges visions qui vont mener les enquêteurs vers de maigres indices. Dans l’impasse, L’agent Whitney obtient la réhabilitation de Fox Mulder pour qu’il puisse apporter son expertise sur cette histoire de voyance, et aider ainsi dans les recherches.

Quelques années après l’affligeant et fort oubliable final de la série, X-Files nous revient donc avec son second long métrage. On doit donc commencer par justifier le retour du couple Mulder/Scully au sein des affaires fédérales. Et c’est déjà là que commence la fin.

Difficile de bien appréhender une histoire quand le prologue a du mal à rester crédible. Avec ce film, il est assez clair que le but était de permettre à tout le monde, même (surtout) les plus réfractaires au fantastique, de le voir sans se sentir lésé par un manque de connaissance du contexte. Du coup, que vient donc faire Mulder Le Martien dans une histoire où la part de fantastique est quasi inexistante. Un homme avec des visions non avérées, c’est bien maigre pour justifier un dossier X-Files. Mais passons.

Si l’on peut encore être indulgent avec le pitch un peu bancal, on ne peut pas l’être autant avec le reste. Le plus gros manque se trouve dans l’ambiance. Quelque chose qui fut la marque de la série. On peut difficilement le décrire avec des mots, c’était un ensemble de choses, visuelles, sonores, scénaristiques, qui donnait à la série son âme. Ici, on ne retrouve rien. En fait, enlevez Mulder et Scully, et l’on ne voit pas la différence.

Nous avons donc un film un peu fade, mais qui aurait pu se rattraper d’une autre manière, comme avec un scénario solide et bien mis en scène. Là encore, ça ne passe pas. L’enquête a du mal à tenir la route. Les rebondissements sont téléphonés. Et enfin, on s’ennuie un peu. Je passe outre le développement de la relation Mulder/Scully qui nous éloigne de l’enquête pour combler les trous, et les shippers.

Bref, X-fIles Regeneration n’est pas un film de Science-fiction, et on peu à peine dire qu’il s’agit d’une adaptation de série tv pour le grand écran. On peut le qualifier de thriller – fantastique, si on veut se faire plaisir – peu convaincant.