22 Jump Street reboote le reboot de la suite ou inversement, c’est confus

17 Jan 2015 à 16:04

22 Jump Street

Quand la version cinéma de 21 Jump Street est arrivée, on peut clairement dire que la surprise fut bonne. Contrairement à Starsky & Hutch qui nous livrait une sorte de parodie déplorable et probablement en grande partie involontaire, les aventures de Jonah Hill et Channing Tatum dans la peau de ce duo de flics infiltrant un lycée étaient étonnement réjouissantes et jonglaient avec un second degré qui tourna la blague dans le bon sens. Les deux films partaient d’une idée similaire, mais un des deux a réussi à en faire quelque chose de bon.

Toujours réalisé par Phil Lord et Christopher Miller, 22 Jump Street se propose donc d’offrir à Schmidt (Hill) et Jenko (Tatum) une nouvelle investigation, puisque la première a rapporté beaucoup d’argent. De façon assez étonnante, personne ne semblait avoir envie de faire ce second opus et on nous le dit franchement – même si cela se fait sous la forme d’une blague.

Concrètement, tout le monde explique à Schmidt et Jenko qu’ils sont là pour refaire le premier film, mais avec plus de moyens, parce que c’est comme ça que ça fonctionne. Eux ne sont pas très motivés par cela, mais ils n’ont pas le choix. Ainsi, quand on nous ressert la scène avec Nick Offerman – comme dans le premier film donc –, on nous avoue sans détour tout ce qu’on va nous proposer. À partir de cet instant, on choisit consciemment de revoir le même film – pour faire simple. Seul le dernier acte prend son indépendance.

22 Jump Street pousse alors les clins d’œil méta du premier opus à l’extrême en transformant l’approche comique en moteur narratif. Les parallèles deviennent rapidement rébarbatifs et, même si elle est volontaire, la répétition du scénario enlève beaucoup d’intérêt au visionnage. En fait, le duo Hill/Tatum est le seul élément du long métrage qui conserve un peu de fraicheur en attendant ce moment où le personnage incarné par Ice Cube a enfin le droit d’entrer en jeu.

Malheureusement, tout ce qui est neuf n’a pas trop de place dans un film qui veut fièrement s’affirmer comme une satire de la traditionnelle suite à la façon hollywoodienne. Après tout, cela ne fait pas partie du contrat. C’est probablement pour cela que la blague la plus mémorable est basiquement la fin du film avec ses multiples idées de suites toutes plus absurdes les unes que les autres – l’apparition de Richard Grieco est alors immanquable.

Au bout du compte, 22 Jump Street voulait nous dire que les suites sont créativement parlant sans valeur, mais que si le premier a fonctionné, pourquoi pas le second ? Bien entendu, il est difficile de nier que le propos est aussi ironique que pertinent, surtout face au succès qu’a rencontré cette seconde aventure au box-office. Malgré cela, l’intérêt général est plus que limité – à un seul et unique visionnage en fin de compte.

22 Jump Street est juste une grosse publicité pour nous encourager à revoir 21 Jump Street, car la franchise ne livrera rien de mieux que ça, et ce n’est probablement pas faux.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link