Ave, César ! : L’Âge d’Or Hollywoodien selon les frères Coen

Ave, Cesar !

Après le New York hivernal des années 60 pour Inside Llewyn Davis, Joel et Ethan Coen s’attaquent avec Ave, Cesar! au Los Angeles des fifties et, en particulier, à l’industrie cinématographique de cette époque.

Pour ce nouveau long métrage, les deux cinéastes nous livrent une déclaration d’amour au cinéma de l’Âge d’Or Hollywoodien agrémentée d’une satire sur le fonctionnement des studios.

Le duo n’a jamais caché son amour pour cette ère révolue du 7ème art. Leur film True Grit était clairement un hommage aux célèbres westerns de cette période, mais c’est la première fois que les réalisateurs s’attaquent frontalement à cette période bénie de l’industrie cinématographique.

En projet depuis des années, l’intrigue de Ave, Cesar! se déroule au début des années 50 et suit les déboires du « fixer » attitré du studio Capitole, Eddie Mannix (Josh Brolin), lors d’une journée particulièrement remplie. Entre la gestion de la disparition de la star du studio (George Clooney), la grossesse d’une actrice célibataire (Scarlett Johansson) ou le changement de l’image d’un acteur de western (Alden Ehrenreich), tout y passera.

C’est à partir de ces situations que les frères Coen nous montrent une panoplie de tous les genres hollywoodiens de l’époque. Le film est ainsi traversé par de nombreuses petites saynètes, plus savoureuses les unes que les autres et mettant en scène chaque acteur du casting. On peut alors voir défiler Channing Tatum dans un numéro musical crypto gay, Scarlett Johansson en sirène de ballet aquatique, Alden Ehrenreich en star du lasso ou encore George Clooney en centurion qui découvre la foi.

Bien que les Coen filment cette époque comme l’usine à rêves qu’elle était, ils n’en n’oublient pas le côté moins flatteur de ses coulisses et particulièrement l’aspect « control freak » des studios, qui contrôlaient le moindre aspect de la vie de ses stars.

C’est dans cette approche satirique que l’on retrouve le côté burlesque du duo avec des scènes d’anthologies. Notamment celle de la gifle qu’inflige Mannix à Baird Whitlock ou encore la scène de l’adoption du bébé de DeeAnna Moran.

Cette satire s’étend sur la place de la religion et de la politique dans l’industrie de l’époque. La scène de validation du script par les représentants de chaque religion est hilarante et reflète parfaitement l’emprise de cette dernière sur les studios.

Côté politique, les Coen s’en donnent à cœur joie en parodiant la chasse aux sorcières dont était sujet Hollywood, dû au contexte de la guerre froide.

Ave, Cesar! est, comme souvent chez les Coen, un joyeux désordre où l’on retrouve aussi bien un hommage à l’âge d’or hollywoodien, qu’une satire du système des studios et de la religion, mais également la psychose de la guerre froide et sa chasse aux sorcières, tout ça servi avec une mise en scène soignée et un casting quatre étoiles. Bref, un grand moment de cinéma !

Cette critique a été réalisée par Floriance, rédactrice-invitée sur Critictoo.com

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link