Coherence : rien ne se produit par hasard

30 Mai 2015 à 16:50

Coherence (2013)

Plus que pour son traitement du voyage temporel, Primer (2004) a permis de remettre en avant la hard science-fiction, rappelant que l’on pouvait dire beaucoup dans le genre avec peu d’argent.

Première réalisation de James Ward Byrkit qui signe aussi le scénario, Coherence s’inscrit dans la continuité du film de Shane Carruth en associant un concept de SF complexe à un drame social ; le tout tourné sur 5 jours avec un petit budget et un casting d’acteurs plus ou moins familiers à l’amateur de séries. Le nom le plus connu est sans aucun doute Nicholas Brendon, alias Xander dans Buffy, qui joue d’ailleurs un acteur, offrant des dialogues plus ou moins méta. La shaky cam rappelle quant à elle un peu trop les limites financières du film, surtout dans le premier acte où ce procédé se révèle plus pesant qu’immersif.

Coherence propose donc de suivre huit amis qui se retrouvent pour un repas au moment où une comète traverse le ciel. Cette dernière est l’un des nombreux sujets évoqués ce soir-là autour de la table où quelques tensions sont bien palpables. Les ressentiments des uns et les doutes existentiels des autres sont alors évoqués pour prendre par la suite des proportions inattendues.

Ce qui se présente au départ comme une soirée ordinaire va ainsi se transformer en un épisode de Twilight Zone (La quatrième dimension) lorsqu’une panne de courant a lieu et qu’il ne semble plus y avoir qu’une maison dans le quartier avec de la lumière. La tension commence à grimper et les choses se compliquent progressivement quand une menace extérieure et paranormale apparait. L’anomalie astronomique est utilisée pour tordre la réalité et créer des évènements troublants.

En révéler trop sur Coherence serait sans aucun doute gâcher la surprise, surtout que le film en a plus d’une en réserve, exploitant à fond son concept de base pour faire monter les enjeux et prendre des tournants inattendus et bien pensés. Du simple point de vue de la science-fiction, Byrkit accomplit le nécessaire pour ancrer son histoire dans une certaine forme de réalisme à l’aide de quelques explications, sans pour autant en faire un moteur à son récit.

Ce n’est en réalité qu’une idée bien pensée au service de personnages plus ou moins développés, mais autour desquels tout tourne. Ce qui apparait compliqué est en fait extrêmement simple dès lors que l’on reste focalisé sur les émotions. Coherence utilise son concept pour traiter de manière originale des problèmes humains, à commencer par l’insatisfaction que l’on peut avoir avec notre existence.

Si la nature improvisée de Coherence ne se ressent pas, on est confronté à des problèmes relationnels qui sont, pour certains, assez superficiels et semblent presque incongrus au vu de l’énormité de la situation dans laquelle le groupe d’amis se trouve. Malgré cela, le scénario parvient à creuser ses thématiques avec un certain soin, surtout lorsqu’il est question de mettre en scène les angoisses personnelles et comment chaque personnage projette ses propres peurs sur les autres. Le film prend un tournant plus noir et maitrisé dans son dernier acte pour illustrer jusqu’où quelqu’un est réellement capable d’aller pour obtenir ce qu’il veut. Dans la peau de la danseuse Em qui tente de garder son calme face à la folie ambiante, Emily Foxler prend subtilement les devants et dégage une intensité palpable qui rend le twist final plus efficace.

Si le film manque de s’éloigner de certains stéréotypes relationnels pour leur donner une complexité qui aurait définitivement servi le propos, il emploie avec succès un concept de SF compliqué pour raconter un récit humain qui parvient à toucher sa cible en terme émotionnel à plus d’une reprise. Coherence surprend de la meilleure manière qui soit, grâce à une histoire qui prend toujours plus de dimension et s’assombrit au fil des minutes jusqu’à une fin étonnante.

Tags : Cinéma Maury Sterling moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link