Hamlet

27 Déc 2009 à 21:33

Hamlet

Hamlet est le fils du Roi de Danemark, remplacé sur le trône et en tant qu’époux de la reine Gertrude par son frère aîné, Claudius. Le spectre du souverain défunt apparaît une nuit à Hamlet pour lui révéler qu’il a été empoisonné par Claudius, et le pousser à le venger. Hamlet feint la folie afin de démasquer son oncle usurpateur.

Pour la saison de Noël, la BBC est généreuse avec ses spectateurs, et apporte son lot de programmes inédits, dont fait partie Hamlet. Un Hamlet pas comme les autres, car il s’agit ici de la production moderne réalisée par Gregory Doran, de la fameuse Royal Shakespeare Company, mettant en scène David Tennant dans le rôle principal. Il s’agit alors d’une version filmée, avec tout le casting original de la pièce de théâtre.

Je ne suis pas une fine connaisseuse du genre, et pour tout dire, je ne suis pas non plus une inconditionnelle de Shakespeare, malgré son influence encore présente sur beaucoup d’œuvres de nos jours, ainsi que ses liens inextricables avec un autre genre que j’affectionne énormément, la science-fiction. Ainsi, c’est mon humble avis de profane que je vous livre ici.

Hamlet doit être la pièce la plus longue de Shakespeare, et l’une des plus connues. Nous savons tous – ou presque – de quoi il retourne, donc il n’y a pas réellement nécessité à entrer dans les détails de l’histoire, qui a déjà connu multiples réécritures. Cette version-là met simplement en scène David Tennant dans la peau d’Hamlet, Patrick Stewart en Claudius, Pennie Downie pour Gertrude, ainsi que Mariah Gale en Ophelia. Cela se veut moderne, et c’est ainsi que différents objets, éléments sont introduits dans la pièce pour lui procurer un aspect plus contemporain et personnel (comme les préservatifs dans la valise du frère d’Ophelia ou encore le couteau à cran d’arrêt d’Hamlet) et en règle général, c’est plutôt sympathique, inspiré et bien fait.

Sans trop de doute possible, si je me suis retrouvée devant ce Hamlet, c’est en partie à cause de la présence de David Tennant, avec qui j’entretiens une relation d’amour et de haine assez particulière, dont il est le seul acteur à avoir ce privilège. Je ne fais donc pas partie comme beaucoup le savent des fans inconditionnels de l’interprète du 10e Doctor, mais sa capacité à me surprendre associée à ma curiosité parfois maladive était suffisante pour réussir à me pousser 3 heures durant devant cette pièce.

Maintenir mon attention durant tout ce temps, c’est déjà un défi en soi, et sur ce plan-là, Hamlet ne remplit pas totalement sa mission, mais a réussi plus que ce je ne pouvais imaginer. Avant d’entrer dans les détails de la performance de Tennant, je m’arrête sur les autres acteurs, avec un Patrick Stewart fabuleux de bout en bout, de même qu’une Pennie Downie remarquable. D’un point de vue tout à fait personnel, c’est Edward Bennett dans la peau de Laertes qui m’a complètement séduite.

Il nous reste alors David Tennant nous offrant un Hamlet sarcastique, ironique, ou encore cabotin. L’acteur a ses mimiques, et Hamlet n’y échappera pas. Le gros problème de Tennant pour moi est qu’il est un acteur plein de promesses et capable d’émotion et de sobriété exemplaire, mais qu’il semble ne pas encore avoir trouvé le rôle qui pourra réellement lui offrir la possibilité d’exprimer son talent. Et, on en convient, jouer Hamlet, ce n’est pas une mince affaire. Il a ainsi réussi à l’occasion à m’agacer, tout autant qu’à m’emporter. Un peu gênée par certaines routines de son jeu, faisant encore à l’heure actuelle trop écho à son Doctor, il sait aussi être complètement électrisant. Seulement, ce n’est pas continuel. J’imagine, pour ceux qui ne regardent pas la série (oui, cela existe), le sentiment doit être fort différent. Mais au fond, j’aime ce David là, celui qui me rappelle pourquoi l’acteur m’avait séduite à son arrivée (avant que je le trouve prévisible, répétitif et énervant).

Hamlet possède quelques moments de réalisation un peu bancale, mais tire miraculeusement bien son épingle du jeu dans ce registre, se révélant à travers sa passivité, parfois plus convaincante que certaines adaptations cinématographiques qui ont été faites dans ce domaine. Elle est tournée vers les acteurs et leurs investissements dans l’œuvre et l’interprétation, tout en nous dévoilant un décor plutôt riche et travaillé.

Comme toute œuvre complexe et d’assez longue durée, Hamlet est assez éprouvante, car émotionnellement prenante. Comme dit plus haut, je ne suis aucunement experte en la matière, et n’ayant personnellement jamais eu l’opportunité d’aller au théâtre à Londres, j’ai saisi celle que la BBC m’a offerte, et cela, sans regret, en espérant un jour pouvoir m’y rendre en chair et en os.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link