Interstellar : Matthew McConaughey à travers l’espace et le temps

4 Avr 2015 à 19:32

Insterstellar

Comme tout amateur de Star Trek le sait, l’espace est l’ultime frontière, mais elle n’est désormais plus celle que nous cherchons à franchir. Cela désole du monde, dont Christopher Nolan qui a décidé de rappeler la valeur de l’exploration spatiale, ses dangers et ses mystères dans Interstellar. Pour ce faire, il nous offre un récit d’anticipation dans lequel la Terre ne nous supporte plus et nous tue. Il est donc temps de découvrir une nouvelle planète pour nous accueillir et c’est là que l’on rencontre Cooper (Matthew McConaughey) qui accepte d’abandonner sa famille pour prendre les commandes d’une mission secrète. Il entraine alors son équipage de l’autre côté d’un trou noir pour trouver une maison habitable pour l’humanité. Le souci est qu’il ignorait que le temps était relatif et que la science a des limites qu’il devra choisir de dépasser.

Avec son scénario co-signé avec son frère (créateur de Person of Interest, Jonathan), Christopher Nolan nous délivre plus qu’une publicité pour promouvoir l’exploration spatiale. Il nous sert un récit à teneur écologique dans lequel l’homme n’est pas l’unique responsable de sa déroute, mais est bien le seul à pouvoir se sauver. Plus précisément, Interstellar nous dit qu’une génération se doit de prendre la responsabilité de changer les choses pour offrir à sa descendance les moyens de survivre. En cas d’échec, la place de l’humanité sur Terre est compromise.

Bien entendu, tout ceci est au cœur d’un raisonnement que le film s’efforce de nous livrer durant 2h45. C’est long, mais les ambitions du réalisateur demandaient au moins cela. Enfin, probablement pas autant, car en étant beaucoup moins didactique, les mésaventures intergalactiques de Matthew McConaughey auraient pu être plus courtes. Cela n’aurait certainement pas été la pire des choses, puisque si Interstellar a clairement besoin de laisser son histoire s’étendre pour étoffer son propos, il n’était pas nécessaire de noyer ce dernier dans un trop-plein d’explications servant à bâtir un alibi scientifique accessoire pour une œuvre qui s’affiche comme étant purement de science-fiction.

D’ailleurs, les frères Nolan paraissent avoir essayé de concevoir un long métrage qui incarnerait un véritablement aboutissement pour le genre. De l’hommage totalement assumé à 2001 : A Space Odyssey, aux références allant de 1984 à Silent Running en passant par Rencontre du Troisième Type, l’Etoffe des Héros et bien d’autres, l’amateur de SF a de quoi s’occuper. Cela dit, si cela ajoute un niveau de lecture au film, ce n’est pas suffisant pour le rendre aussi épique qu’il cherchait à l’être.

Le souci est qu’Interstellar a beau insister très fortement sur ce qui rend l’homme unique et peut le motiver à braver l’impossible pour assurer sa survie, il n’offre finalement que peu de place au développement de ces humains que nous suivons et qui resteront relativement unidimensionnels d’un bout à l’autre de l’aventure. Comme James T. Kirk, Cooper quitte la ferme familiale pour conquérir les étoiles, mais son âme d’aventurier s’effacera et il se retrouvera entièrement défini par une promesse qu’il a faite à sa fille. C’est tout ce qui fera avancer le film, car les autres protagonistes sont à peine esquissés.

Forcément, avec Christophe Nolan aux commandes, il est bien souvent aisé d’oublier cela et de se laisser porter par l’esthétique léchée d’Interstellar. La photographie de Hoyte Van Hoytema est de toute beauté et de nombreux plans dans l’espace et sur les planètes explorées durant le périple sont à couper le souffle.

C’est une part importante de ce qui fait réellement fonctionner Interstellar, car même si on peut formuler des critiques plus que légitimes sur son approche didactique et sur l’absence de développement de ses personnages, il est indéniable qu’il est difficile d’être insensible aux sujets abordés et à la maitrise technique. Le résultat final est une expérience cinématographique impressionnante qui n’est que peu diminuée par le fait qu’elle est indéniablement perfectible.

Interstellar est disponible en DVD et Blu-Ray depuis le 31 mars 2015.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link