Même dans Blanche Neige et le chasseur, The Evil Queen est la véritable star

avatarun article de :
publié le :
28 fév 2015 à 19:25
votre opinion :
2 commentaires

Snow White and the Huntsman – ou Blanche Neige et le chasseur.

L’année 2012 voyait Blanche Neige être remise sur les devants de la scène. Si Once Upon a Time nous offrait encore une relecture intéressante du personnage (nous étions alors aux saisons 1 et 2 du show sur ABC), le cinéma démontrait la difficulté de donner vie au conte, à travers la comédie Blanche Neige (avec Lily Collins) et surtout avec Snow White and the Huntsman – ou Blanche Neige et le chasseur.

Kristen Stewart est alors Blanche Neige, princesse de Tabor, fille du roi Magnus et de la reine Eleanor. Vous connaissez l’histoire : sa mère meurt et la méchante belle-mère s’installe, puis finit par engager le chasseur pour se débarrasser d’elle. Ici, la méchante belle-mère est incarnée par Charlize Theron qui prend le pouvoir à l’aide d’une stratégie cheval de Troie (qui semble à différents niveaux avoir été une source d’inspiration pour le récit).

publicite

Se présentant comme un ambitieux film de fantasy, Blanche Neige et le chasseur tient difficilement ses promesses, ne parvenant pas à atteindre la grandeur visuelle et narrative qui est recherchée. Le réalisateur Rupert Sanders possède une vision plutôt limitée et qui est tout simplement plate par moment, ce qui fait alors ressortir les limites de l’histoire.

Blanche Neige et le Chasseur se contente trop souvent d’enchainer les situations plutôt que de dérouler et étoffer une intrigue. Il y a un manque d’approfondissement des personnages qui est désolant et si l’approche plus sombre choisie pour raconter l’histoire est plus qu’intéressante, tout au niveau du scénario se montre des plus superficiels. Ajoutons à cela quelques problèmes de rythme qui n’arrange rien et on se retrouve alors devant un long-métrage qui est loin de posséder la poésie et la noirceur que son histoire réclame.

Le plus gros problème de Blanche Neige et le Chasseur est sûrement l’interprétation monolithique de Kristen Stewart, alors même que l’on est censé vouloir la suivre n’importe où. Que ce soit la pureté de Blanche Neige ou sa détermination à ramener la prospérité au peuple, elle ne fait rien ressentir. Le passage où elle délivre son discours avant la bataille finale est des plus frustrants, il n’y a pas une once de William Wallace qui sommeille en elle.

À l’instar de ce qu’a fait Lana Parrilla dans Once Upon a Time, Blanche Neige se fait alors voler la vedette sans difficulté par une Charlize Theron des plus inspirées dans la peau d’une méchante envoûtante. L’actrice est superbe tout autant que ses costumes qui ne font alors que mettre en avant une beauté qui manque sincèrement à Blanche Neige. Elle élève autant qu’elle peut le matériel qu’on lui fournit, mais se retrouve vite à jouer sur un même registre, le scénario ne lui offrant que peu de possibilités pour faire plus. Dans la peau du Chasseur, Chris Hemsworth – qui délivre aussi une bonne prestation – se retrouve confronté aux mêmes problèmes.

Blanche Neige et le Chasseur n’est alors pas le film de fantasy épique qu’il aurait pu être malgré des images laissant entrevoir le potentiel même du récit. Entre un premier rôle mal choisi et une histoire qui reste à la surface, le long-métrage n’atteint pas son objectif et se révèle plus que médiocre et oubliable.

Une première version de cette critique a été publiée sur Critictoo Cinéma fin 2012. Le film est diffusé sur TF1 ce dimanche 1er mars et il est disponible en DVD/Blu-ray.

Articles recommandés

Laissez un commentaire

©2006-2015 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
101 queries. 0, 578 seconds.