MI-5 Infiltration plonge Kit Harington dans le monde de l’espionnage britannique

MI-5 Infiltration ou Spooks : The Greater Good

Série britannique incontournable durant les années 2000, Spooks a ensuite fait son retour, non pas sur le petit, mais sur le grand écran avec Spooks : The Greater Good – sortie dans les salles anglaises en mai 2015. Le film a débarqué en France en e-cinema sous le titre MI-5 Infiltration.

Prenant place quelques années après la conclusion de la série, Harry Pearce (Peter Firth) est toujours à la tête de la section D au MI-5. Il supervise alors le transport du terroriste Adem Qasim (Elyes Gabel, de Scorpion) à travers Londres lorsque le convoi est attaqué. Ce dernier s’échappe, un agent de la CIA est tué et le MI-5 est humilié dans la presse britannique – comme il se doit.

Face à cet échec, Harry Pearce décide de se faire passer pour mort dans le but de mieux disparaitre pour découvrir la vérité. Harry Pearce a vu trop de traitres dans sa vie pour ne pas reconnaitre une situation qui ne peut avoir lieu qu’avec l’aide de l’un d’eux. Il est prêt à tout pour démasquer qui, au sein des services secrets, l’a trahi. Pour y parvenir, il va demander de l’aide à un certain Will Holloway (Kit Harington)…

Au scénario de MI-5 Infiltration, on retrouve Jonathan Brackley et Sam Vincent qui ont été à la tête des deux dernières saisons de la série. Derrière la caméra, Bharat Nalluri a lui aussi signé quelques épisodes du show. Une équipe qui maitrise les codes narratifs et visuels de Spooks au point de les suivre de bien trop près.

C’est d’ailleurs le plus gros problème de ce MI-5 Infiltration qui trébuche de manière un peu trop violente dans sa volonté d’être à la fois accessible aux novices tout en voulant s’adresser aux spectateurs de longue date. Là où ceux qui ne sont pas familiers avec la série pourront y voir surtout un film à petit budget aux ambitions techniques assez limités, ceux qui auront suivi Harry Pearce pendant 10 saisons seront en terrain connu. On est même assez loin des grandes heures de la série capable de faire monter la pression comme jamais à l’aide d’un plan bien inspiré et d’un twist qu’on n’avait pas vu venir.

Pour faire le pont entre les deux publics, l’équipe de Spooks a misé sur Kit Harington, le fameux Jon Snow de Game of Thrones dans la peau de Will Holloway qui connait personnellement Harry et aura travaillé au MI-5 durant les années séparant la série du long-métrage. Il faut donc déjà accepter l’acteur dans la peau d’un ancien espion possédant une histoire plus riche que la nôtre avec Harry. Un rôle qui semble avoir été écrit pour quelqu’un de plus vieux et que Kit Harington a bien du mal à légitimer.

Il faut dire que le scénario ne fait pas dans la subtilité pour tenter d’imposer le personnage et sa relation avec Harry avec une histoire familiale un brin tragique pour lui donner des motivations. Coincé dans la peau de l’agent un brin idéaliste avec ses problèmes psychologiques qui se fait manipuler quasiment d’un bout à l’autre du film, Kit Harington ne tient pas trop la mesure face à Peter Firth.

Ce dernier se re-glisse dans le costume de l’espion prêt à tous les sacrifices pour son pays avec aisance, et s’accommode autant que possible de lignes de dialogues explicatives et des raccourcis scénaristiques. Il connait trop bien son personnage et les codes même de l’univers de Spooks pour se faire avoir.

C’est aussi le problème de toute personne ayant suivi la série. Le long-métrage nous délivre exactement ce qu’on pouvait attendre d’un gros épisode : une attaque terroriste à désamorcer ; une taupe à démasquer ; action et suspense pour aller d’un point A à un point B avec des morts dans la pure tradition Spooks. Les ficelles sont connues, rendant l’ensemble terriblement prévisible et manquant de surprises. Le manque de cohérence par moment ne fait qu’affaiblir l’ensemble, alors qu’un Will Holloway pas très futé n’aide pas non plus notre affaire.

En plus d’Harry, le film permet de retrouver – bien que de manières courtes – Erin Watts (Lara Pulver), Oliver Mace (Tim McInnerny), Malcolm Wynn-Jones (Hugh Simon) ainsi que Calum Reed (Geoffrey Streatfield). La place occupée par ces derniers et ce qui leur arrive touchera le spectateur de la série, mais il est difficile d’imaginer quelqu’un qui ne les connait pas véritablement être impliqué dans leurs sorts ou leurs actions, aussi peu nombreuses soient-elles.

MI-5 Infiltration ou Spooks : The Greater Good peine à l’arrivée à se démarquer, coincé entre Jason Bourne et Tinker Sailor Soldier Spy – sans la maitrise technique du premier ou la virtuosité narrative du second. L’ensemble se laisse tout de même suivre, sa plus grande qualité étant sans aucun doute de permettre de replonger un peu dans cet univers et de donner envie de revisiter la série qui aura délivré des moments d’anthologies qui méritent largement d’être (re)découverts aujourd’hui encore.

MI-5 Infiltration [DVD + Copie digitale]
List Price: EUR 7,49
Price: EUR 7,49
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link