Avec Star Trek : Premier Contact, Picard entraine la franchise vers l’excellence

8 Août 2015 à 17:28

Star Trek: First Contact

L’équipage de Jean-Luc Picard est désormais pleinement aux commandes de la partie cinématographique de la franchise Star Trek, au point que c’est même Jonathan « Riker » Frakes qui est à la réalisation – comme Leonard Nimoy et William Shatner le firent avant lui.

Star Trek: First Contact est donc là pour canaliser l’esprit Next Generation et lui permettre de s’étendre sur grand-écran. Rien de mieux alors que d’utiliser les Borgs, ces ennemis colossaux avec lesquels Picard entretient une relation compliquée.

Quand le film commence, les Borgs se dirigent vers la Terre pour assimiler les êtres humains à leur collectif. L’Enterprise arrive à temps pour anéantir le Cube qui les transporte, mais une boule s’échappe et part vers le passé pour empêcher que le premier contact entre l’humanité et les Vulcains ne se réalise. Le vaisseau de la fédération les suit et découvre rapidement qu’ils sont abordés par la terrible race cybernétique.

Une fois de plus au scénario, Brannon Braga et Ronald D. Moore répondent avec les Borgs à l’une des règles primordiales du cinéma d’action : avoir un bon méchant. Néanmoins, si cet opposant offre à Jean-Luc Picard un challenge sans équivalent, First Contact ne se contente pas de ça, puisqu’il s’aventure également au cœur même de la mythologie de la franchise en compagnie du célèbre Zefram Cochrane (James Cromwell), le génie qui est à l’origine de la technologie qui mena les terriens au-delà des étoiles.

Nous observons alors des clashs culturels à tous les niveaux. D’un côté, il y a la rencontre entre les membres de l’Enterprise-E et cette figure historique qu’ils ont tous appris à vénérer et qui est loin d’être l’homme que les livres d’Histoire dépeignent ; de l’autre, il y a les Borgs qui mènent leur quête de perfection en voulant assimiler les hommes, ce qui les oppose à Data qui cherche son humanité dans ses imperfections.

Les deux intrigues seront ponctuées par de l’action, mais c’est surtout la mise en perspective des enjeux et les réflexions qui en découlent qui font de First Contact une réussite. L’approche modernise le traitement des grandes thématiques humanistes de la franchise en rappelant, notamment à travers les dilemmes moraux de Picard et de Cochrane, que s’améliorer demande un long travail et une réelle volonté.

Aidé par Lily (Alfre Woodard), collègue de Cochrane qui se retrouve sur le vaisseau pour être soignée, Picard obtient une vision extérieure qui lui permettra d’appréhender la vraie nature de ses motivations. De son côté, réalisant ce qu’on attend de lui, Zefram Cochrane devra à son tour examiner ses défaillances pour accepter qu’il puisse atteindre une meilleure version de lui-même à condition qu’il le choisisse.

En face, les Borgs incarnent l’antithèse, l’idée que le collectif ne peut progresser que si l’individu s’efface et ne cherche pas à se surpasser. Star Trek milite pour l’acceptation et l’encouragement de la différence chez chacun depuis ses débuts et ces créatures symbolisent ainsi à la perfection ce contre quoi se sont opposés tous les personnages de la franchise depuis son inception.

Bien entendu, au-delà de ses paraboles, First Contact délivre également un divertissement non négligeable. Les enjeux élevés et l’ennemi en apparence imparable se conjuguent à un sens de l’aventure permet d’aboutir sur un très bon film d’action.

Indéniablement une des plus grandes réussites de la franchise, Star Trek: First Contact a non seulement le mérite d’offrir des histoires intéressantes, une pointe d’humour et un sens du danger qui est constamment palpable, il se montre en plus étonnement accessible pour ceux qui ne sont pas familiers avec Picard et son équipage, tout en récompensant pleinement ceux qui le sont. Concrètement, cela n’a rarement été aussi bon.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link