The Amazing Spider-Man 2 ou le blockbuster à la sauce romantique

24 Mai 2014 à 15:58

The Amazing Spider-Man 2 ou le blockbuster à la sauce romantique

Après un premier volet qui n’était pas exempt de défauts, mais qui aura su me convaincre, Marc Webb était de retour avec The Amazing Spider-Man 2 pour nous délivrer un blockbuster romantique et visuellement plus ambitieux.

La grande force de cette seconde franchise Spider-Man réside indéniablement dans le duo formé par Andrew Garfield et Emma Stone, ou Peter Parker et Gwen Stacy. Il n’y a pas à tortiller, l’alchimie entre eux crève l’écran. Les deux acteurs rayonnent à chaque fois qu’ils apparaissent ensemble et toutes ces scènes sont bien plus qu’agréables à suivre. Grâce à leur relation, le film se démarque de l’ensemble des autres longs-métrages étiquetés « super-héros ». Là où ces derniers font pour la plupart passer la romance au second plan, The Amazing Spider-Man n’y va pas par quatre chemins et joue la carte du romantisme à fond.

Pour ce second opus, Peter se retrouve ainsi engoncé dans son dilemme moral vis-à-vis de la promesse faite au père de Gwen de la laisser en dehors de tout ça. Ce questionnement de la sécurité des proches qui entourent un super-héros au quotidien est à nouveau posé et se retrouve au cœur du film jusque dans ces derniers instants. Toutes ces interrogations font de Peter un ado torturé qui se dirige lentement mais surement vers l’âge adulte.

Ce dernier poursuit aussi sa quête de vérité au sujet de ses parents. Entamée lors du premier volet, celle-ci trouve enfin un semblant de justification ici. Elle semble avoir été créée en premier lieu pour résoudre la crise identitaire de notre jeune héros, mais au final elle permet aussi d’expliquer les origines de Spider-Man et de placer Oscorp au cœur de l’histoire. À n’en pas douter, le terrain a été grandement préparé pour l’arrivée du spin-off The Sinister Six et de The Amazing Spider-Man 3. Mais pourquoi donc avoir dilué ce mystère sur deux films alors même qu’un seul aurait suffi ? S’il est difficile de trouver une justification, on ne pourra pas reprocher aux scénaristes d’avoir voulu développer un peu plus la mythologie de la famille Parker et d’Oscorp.

Outre les problèmes de Peter Parker, The Amazing Spider-Man 2 nous parle donc aussi beaucoup de ses adversaires. La tendance actuelle veut qu’un méchant ne suffise plus et Spidey se retrouve non pas avec deux, mais trois ennemis à devoir gérer. Ces derniers ont un point en commun : ils sont devenus ce qu’ils sont par accident et sont dans un état de faiblesse psychologique telle que cela leur monte à la tête et qu’ils finissent par craquer. Grand adversaire de ce volet, Electro en est l’illustration parfaite et les scénaristes n’y vont d’ailleurs pas avec le dos de la cuillère. Le personnage semble avoir été construit à fond dans l’excès et le cliché de l’admirateur fanatique de l’homme-araignée, à la limite de la démence. Dans la peau du vilain, Jamie Foxx fait le boulot proprement et Electro apparait alors bien plus intéressant que ne l’était Curt Connors au sein du premier opus. Il lui manque cependant un brin de subtilité.

Si cela n’était pas suffisant, Spidey doit aussi gérer le Rhino (Paul Giamatti), qui est une déception, alors que Dane DeHaan se montrera convaincant dans le rôle du Bouffon Vert alias Harry Osborn, le meilleur ami de Peter un peu sorti de nulle part.

Mais comment Spidey fait-il pour s’occuper d’autant de méchants à la fois ? Ne vous inquiétez pas ! Dans The Amazing Spider-Man 2, les méchants sont gentils et vont tout simplement faire la queue les uns à la suite des autres, histoire de ne pas trop compliquer la tâche. C’est là que le film commet une erreur. Au lieu de profiter de l’occasion pour faire monter la tension et placer réellement Spidey en grandes difficultés, le long-métrage se contente d’introduire avec plus ou moins de succès les Sinister Six – l’association de méchants bien connue des fans de l’homme-araignée.

Pour compenser, on peut compter sur des effets visuels et des scènes d’actions de bien meilleures qualités. Certaines d’entre elles sont même bluffantes, notamment l’ultime combat contre Electro et la sublime, mais non moins déchirante scène de l’horloge. Dans le même style, la scène de Times Square se défend bien. Petit bémol cependant concernant la bande originale qui déçoit à nouveau et qui sonne un peu trop pop par moments. À quand un véritable thème marquant propre à l’homme-araignée digne de celui de la trilogie de Raimi ? On a quand même connu Hans Zimmer en meilleure forme.

À défaut d’être original, ce second volet de The Amazing Spider-Man se révèle être efficace, bourré d’humour et de références et terriblement attachant grâce à ses deux têtes d’affiche qui élèvent grandement le niveau du film. Marc Webb sera parvenu à imposer sa patte grâce à la relation Peter/Gwen, très réussie. Maintenant, le prochain challenge du réalisateur sera d’arriver à négocier le tournant du troisième opus qui s’annonce bien différent et qui ne pourra plus reposer sur les mêmes bases que les deux premiers.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link