Le Chasseur et la reine des glaces n’a plus Blanche Neige, mais tout un tas d’autres problèmes

27 Août 2016 à 15:30

Le Chasseur et la reine des glaces

Sorti en 2012, Blanche-Neige et le Chasseur a rapporté suffisamment d’argent pour avoir le droit à une sorte de suite, même si personne n’était intéressé par en voir une. C’est ainsi que l’on se retrouve avec Le Chasseur et la reine des glaces qui aura trouvé le moyen de s’offrir un casting presque surprenant en engageant Emily Blunt et Jessica Chastain pour faire face à Chris Hemsworth.

Au vu du scandale attaché au précédent long-métrage entre le réalisateur et son actrice principale, ni l’un ni l’autre ne sont de retour pour cette nouvelle histoire, ce qui pouvait être perçu comme une bonne chose. Entre une Blanche-Neige transparente et une réalisation monotone, les deux n’allaient pas manquer.

Il est alors quelque peu navrant de constater que Le Chasseur et la reine des Glaces (The Huntsman: Winter’s War de son titre original) ne saisit pas sa chance lorsque celle-ci se présente et tombe dans à peu près tous les pièges. D’une voix off ennuyeuse venant soutenir une construction narrative sans imagination à des performances d’acteurs chancelantes et une exécution insipide, c’est une œuvre générique qui défile devant des yeux hagards.

Le Chasseur et la reine des Glaces choisit donc de revenir aux origines du Chasseur Eric sans pour autant s’émanciper de l’histoire de Blanche-Neige. Ce choix repose dans une volonté de pouvoir ramener la Reine Ravenna incarnée par Charlize Theron, la seule actrice capable de prendre le matériel douteux qu’on lui met entre les mains et de le rendre divertissant.

Cela se révèle être une grave erreur dans le sens où son temps de présence est bien trop limitée pour aider à élever un minimum le niveau général du long-métrage. Tout le monde en souffre, à commencer par la Reine des Glaces en personne interprétée par une Emily Blunt tragiquement peu inspirée et qui se fait littéralement écraser par Theron. Les deux femmes jouent des sœurs avec des pouvoirs qui dotent l’intrigue de sa touche de fantasy et de danger.

Si Ravenna s’était imposée par son approche de femme fatale, sa sœur Freya (Blunt) voit son destin prendre un tournant lorsqu’elle perd ce qui lui tenait le plus à cœur. Elle se transforme alors en femme glaciale inspirée par la Reine des Neiges d’Andersen qui est déterminée à montrer aux autres que l’amour est un mensonge. Le problème est bien évidemment que cela donne le jour à un portrait très unidimensionnel d’une méchante qui est tout simplement brisée émotionnellement, mais qui agit de manière trop automatique pour qu’une quelconque complexité en ressorte.

Le scénario d’Evan Spiliotopoulos et Craig Mazin est de toute façon peu intéressé par délivrer de véritables approfondissements pour ses personnages. Revenir sur l’histoire du chasseur n’apporte strictement rien à ce dernier qui n’en devient pas plus intéressant et conserve avant tout son panache, car Chris Hemsworth traite tout cela avec légèreté. Il semble donc qu’il est venu prendre son chèque et qu’il comptait tout de même s’amuser un minimum. Cela colle au moins bien au traitement général de l’intrigue avec les 4 nains britanniques qui l’accompagnent et qui sont là pour l’angle plus humoristique.

Le Chasseur et la reine des Glaces avait apparemment pour volonté de nous parler de l’amour qui ne peut être détruit et qui nait qu’on le veuille ou non. Il y a bien entendu l’histoire tragique de Freya, mais aussi celle d’Eric et de Sara (Jessica Chastain), la femme qu’il aime et qu’il doit tenter de reconquérir. Ajoutons à cela les histoires de nos amis les nains pour multiplier les couples.

Cependant, romantisme n’est pas un adjectif que l’on utilisera pour définir le long-métrage réalisé par Cedric Nicolas-Troyan qui passe d’une scène d’action à une autre sans parvenir à créer une once d’épique. Le film manque d’envergure, prenant la forme d’un road trip qui doit nous mener à une confrontation finale qui manque d’ampleur pour faire son effet.

Le pire étant que Le Chasseur et la Reine des Glaces ne souffre même pas d’un potentiel non exploité. Ses ambitions sont bien trop maigres pour que l’on puisse avoir la sensation de passer à côté de quelque chose, autre que le fait que personne n’a semble-t-il essayé de faire mieux que le premier opus.

Le Chasseur et la Reine des Glaces est disponible en DVD et Blu-ray depuis le 23 août 2016.

Tags : Cinéma moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link