Bilan des séries anglaises 2016, de Peaky Blinders à The Crown

Une page de télévision se tourne lorsqu’une année se termine et marque le moment de faire un bilan. C’est en tout cas ainsi que cela se passe chez Critictoo pour les séries britanniques.

Si nous avions choisi au cours des deux années précédentes de dresser une liste des séries anglaises qui méritaient d’êtres vues selon nous, nous avons choisi d’opter pour une approche différente pour faire le point sur 2016.

En effet, il se passe bien des choses sur le petit écran britannique qui ne peuvent pas forcément trouver sa place dans une liste classique. Nous avons alors décidé d’essayer de revenir de manière non exhaustive sur ce qui a représenté l’année 2016 sur le petit écran anglais – autant avec les échecs que les réussites, ainsi que son évolution.

Un début d’année 2016 difficile pour ITV

Si BBC a bien commencé 2016 grâce à l’épisode spécial de Sherlock et la mini-série évènementielle War and Peace, ce ne fut pas le cas de la chaine britannique ITV qui aura expérimenté sans grand succès. Continuant sur sa lancée après Jekyll and Hyde, la chaine a cherché à reconquérir la case du dimanche en fin d’après-midi qui vise un public plus familial avec Beowulf. Cette dernière ne trouvera pas son public et n’aura même pas le droit à une annulation digne de ce nom — comprendre, personne n’a pris le temps de l’officialiser.

L’autre échec de ce début d’année 2016 pour ITV se révèle être Jericho, son western avec Jessica Raine qui n’a pas su résister à la concurrence qu’est Meutres au Paradis. C’est donc avec The Durrells que la chaine va pouvoir enfin souffler, trouvant finalement le succès en mars.

Ces échecs restent néanmoins une illustration de la chaine dans sa volonté de tenter de nouvelles choses. Elle n’a pas forcément les moyens de ses ambitions, ce qui a des répercussions sur un plan artistique et publicitaire, mais il reste toujours plaisant de voir des responsables de chaines prendre des risques.

Le passage en ligne de BBC Three

Entre coupes budgétaires, controverses et difficiles décisions politiques (avant le Brexit !), la BBC n’est certainement pas au meilleur de sa forme –  le réseau de chaines publiques britanniques traverse une difficile crise qui semble parfois juste sans fin. En vérité, les problèmes financiers ne touchent pas que le réseau public, mais c’est une problématique bien trop large.

L’une des conséquences pour BBC fut bien visible avec la fermeture de BBC Three en tant que chaine pour qu’elle se poursuive seulement en ligne. Le but était donc de faire des économies, même s’il est difficile d’avoir la sensation qu’il y aurait eu une diminution de la production. Il faudrait faire les comptes, mais tout ce qu’on en retiendra est que cette migration fut l’opportunité pour les responsables de ne pas poursuivre In The Flesh — une décision difficilement pardonnable.

Mathématiquement parlant, ce sont donc aux responsables de déterminer si oui ou non ce fut la bonne décision (il y a eu une baisse d’audimat qui en a découlé). En termes artistiques, BBC Three a fait couler de l’encre au cours de l’année 2016. Cela a commencé avec Thirteen qui a servi au lancement de la plateforme, puis cela s’est poursuivi avec Fleabag.

Les deux représentent au passage un esprit BBC Three qui se veut être un vivier pour jeunes talents. Cela était déjà là avant, mais le passage en ligne aura sans doute aidé à se détacher quelque peu de son image de chaine à programmes douteux. Notons également sa volonté de viser de manière un peu plus explicite le public plus âgé de sa cible.

Le service en ligne, d’Amazon à Netflix

En parlant de streaming, il est difficile de ne pas voir cette année 2016 comme un véritable tournant pour l’Angleterre. En avance sur le sujet grâce au iPlayer de BBC qui aura en partie servi d’inspiration aux responsables chez Netflix dans leur développement, ils se sont cependant laissé dépasser et surtout, ils ne peuvent pas aligner les billets verts comme Netflix.

Le géant de la SVOD a continué à élargir son catalogue de productions britanniques jusqu’à proposer ses propres séries britanniques en travaillant avec les sociétés de productions comme Left Bank Pictures.

Cela donnera le jour à la somptueuse The Crown qui nous retrace le règne d’Elizabeth II. Netflix a également mis en ligne une nouvelle saison moins provocante de Black Mirror et offert une seconde à la comédie Scrotal Recall – rebaptisé Lovesick pour l’occasion, ce qui est bien moins anglais !

Netflix n’est cependant pas le seul service de vidéo à la demande à s’être développé dans cette direction vu qu’Amazon UK a mis en ligne sa première série originale avec The Collection. La plateforme, qui avait sauvé Ripper Street de l’annulation et lui a permis d’avoir une véritable fin, a choisi de rester dans de la fiction historique, mais n’aura cependant pas su vraiment séduire.

Pour autant, il ne faudrait pas compter Amazon hors course même si cela ne viendra pas forcément de sa branche britannique vu que l’on retrouvera Britannia sur la plateforme en 2017 (en co-production avec Sky 1).

À la recherche du nouveau Misfits

Depuis la conclusion de Misfits sur E4 en 2013, la chaine a lancé plus d’une nouvelle série, sans parvenir à retrouver un tel succès, ne serait-ce que créatif. Pourtant, à chaque fois que Channel 4 ou sa petite sœur propose un nouveau show à destination des jeunes adultes, l’étiquette « la nouvelle Misfits » y est accolée. Elle ne tient néanmoins jamais très longtemps.

Cette année, deux nouvelles candidates y ont eu le droit. La première était The Aliens de l’irlandais Fintan Ryan. On y retrouvait Michael Socha (dont la sœur était justement un pilier de Misfits) qui se retrouve dans un scénario à la District 9. Il y avait des idées, un casting prometteur, mais l’ensemble ne fonctionna pas réellement.

Ensuite, il y a eu Crazyhead de Howard Overman… le créateur de Misfits. Sans trop de surprise, retrouver son talent pour les dialogues irrévérencieux avec une panoplie de personnages apprenant à être adultes et qui sont complètement dépassés par les responsabilités qui leur tombent dessus, cela est agréablement familier. La plus grande réussite de Crazyhead est cependant qu’avec ses deux héroïnes qui s’attaquent à des démons, nous avons une histoire fraiche, contemporaine et qui sait être touchante, mais qui n’est pas pour autant un ersatz de son ainée. Overman est un créateur avec une voix trop distincte pour que l’on continue à chercher ailleurs ce que lui seul parvient si bien à faire.

La première année sans Downton Abbey, une Reine pour succéder

Lancée 2010, Downton Abbey est devenue un phénomène international qui a participé à l’exportation des séries britanniques un peu partout dans le monde. Terminée à Noël 2015, 2016 fut ainsi la première année sans la famille Crawley. On se retrouve dès lors avec un phénomène similaire à celui ci-dessus, soit que l’on est en quête de la ‘nouvelle Downton Abbey‘. Celui-ci ne fait en vérité que commencer et peu de period drama, spécifiquement nous venant d’ITV, ne risquent d’être épargnés par la comparaison.

Si Downton Abbey représentait alors une époque révolue et une sorte de fascination pour l’aristocratie britannique, ITV a donc choisi de poursuivre dans cette direction pour combler le vide. La chaine a ainsi trouvé le succès avec Victoria qui, à l’image de The Crown, nous retrace le règne d’une reine, ici incarnée par Jenna Coleman. Nouveau Downton Abbey ? Pas vraiment. Il y a cependant de fortes chances que cela ne dérange pas trop ITV et les amateurs du genre tombés sous le charme de Victoria.

Victoria
Price: EUR 9,45
Price Disclaimer

Les fins non programmées ou abruptes

Résultat de l’influence de la télévision américaine ou du binge-watching, les scénaristes britanniques se retrouvent à boucler leur saison avec un cliffhanger ou tout simplement à planifier sur la durée leur série.

Le phénomène se répand là où il était avant question de raconter une histoire complète sans ouvrir une porte à la fin. Certains shows en ont fait les frais, comme la plus que sympathique The Living and The Dead qui aurait pu sans aucun doute se passer des dernières minutes de son final. Celui de Home Fires aura suscité de vives réactions, l’annulation abrupte de la série (qui faisait de bons chiffres d’audience) aura laissé les spectateurs sur leur faim avec un cliffhanger. Rappelons aussi l’annulation d’Indian Summers qui avait été développée pour durer 5 saisons mais qui fut annulée faute d’audiences.

Les adieux programmés

Malgré la fin abrupte pour certaines productions, d’autres ont le droit à une véritable conclusion — comme c’est le cas tous les ans. En tout cas, des oeuvres se terminent selon la volonté de leur scénariste. Une saison est toujours marquée par des adieux et il y en a donc eu quelques uns de marquants au cours de cette année 2016, à commencer par ceux mélancoliques de Kurt Wallander.

Dans un registre doux-amère, Mr Selfridge a fait ses adieux à son magasin et une page d’histoire était tournée dans Ripper Street. The Fall a délivré son ultime confrontation entre Stella Gibson et Paul Spector. Noël fut l’occasion de dire au revoir au couple de Vicious. Et une dernière enquête pour Scott & Bailey

La saison de Noêl, les fêtes de fin d’année à l’anglaise

Les amateurs de séries anglaises le savent bien, les fêtes de fin d’année ne sont jamais synonyme de repos, mais d’épisodes spéciaux. Plus que jamais d’ailleurs, car il semble que les chaines britanniques ont décidé de se focaliser sur leurs hits et d’éviter de prendre trop de risques. Concrètement, plus d’épisodes de Noël, moins de mini-séries originales.

La seule qui entrerait dans cette description est vraiment The Witness For The Prosecution qui ne fait cependant que surfer sur le succès de And Then There Were None de l’année dernière.

En tout cas, l’approche a le mérite de ramener à la vie quelques séries qui ne sont plus vraiment en cours. C’est toujours un plaisir de retrouver la famille d’Outnumbered, tandis que Jonathan Creek a une fois de plus fait un retour inattendu, alors que Mrs Brown’s Boys prend désormais l’habitude de n’offrir que deux épisodes par an — un à Noël et un au jour de l’an, et on ne va pas s’en plaindre. Bien entendu, Doctor Who est toujours au rendez-vous et, si Downton Abbey était absente et avant que Victoria ne reprenne la place l’année prochaine, ITV a au moins ramener Grantchester, confirmant par la même occasion le succès de la série.

Cela dit, il devient apparent que les coupes budgétaires limitent l’originalité. Même les téléfilms étaient très limités cette année. Si c’est un signe pour les années à venir, les fêtes de Noël risquent de devenir moribonde pour ceux qui ne regardent pas ses séries et aimaient les programmes plus évènementiels.

Les valeurs sûres de la BBC

Quand on réfléchit à ce que la télévision anglaise a bien pu nous offrir de meilleure en 2016, difficile de ne pas penser à Happy Valley, Peaky Blinders et Line of Duty. Trois séries BBC qui n’ont plus rien à prouver et qui, même quand elles n’atteignent pas nécessairement les sommets des saisons précédentes restent excellentes et incontournables.

Comme on le disait plus tôt, ITV expérimente et on pourrait même ajouter qu’elle a récemment perdu tous ses principaux succès. Qualitativement parlant, BBC a donc profité durant l’année qui vient de s’écouler d’avoir su poursuivre avec des incontournables, mais le vent tourne doucement et, surtout, la chaine ne peut pas les ramener de manière régulière, à part Line of Duty qui en profite même pour déménager sur BBC One tellement son succès sur BBC Two est important.

Et vous, qu’est-ce qui vous a marqué au cours de cette année 2016 britannique ?

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link