Bilan de la saison US 2012/2013 : Les Nouveautés

Comme tous les ans, la rédaction de Critictoo fait son bilan de la saison américaine qui vient de s’achever pour pouvoir se lancer complètement dans la suivante. Cette année, la formule change légèrement, puisque le découpage se fera de la manière suivante :

  1. le bilan sur les nouveautés de la saison
  2. le bilan sur les séries qui ont fait leur retour
  3. le bilan orienté sur les personnages
  4. les comptes-rendus finaux de chaque rédacteur

Les rédacteurs de Critictoo

Fabien

Hannibal

Meilleur pilote : The Americans

Meilleur nouveau drama : Elle est arrivée tardivement, mais Hannibal a dépassé tout ce que j’attendais et s’est imposée loin au-dessus du lot.

Meilleure nouvelle comédie : FX excelle dans le rayon des comédies, Legit en est une fois de plus la preuve.

La surprise de la saison : la série de SF Orphan Black s’annonçait intrigante, elle est bien plus que ça.

La déception de la saison : The Following, la définition du gâchis.

Meilleur nouveau générique : Vikings, étrangement fascinant.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : The Following, mais j’espérais sincèrement que la fin remonterait le niveau, à défaut de sauver l’ensemble. Raté.

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : Elementary, un procedural drama CBS frais avec une bonne répartie.

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : Il y avait un potentiel réel dans Last Resort et il n’a été qu’effleuré.

Meilleur épisode : Hannibal – Sorbet (1.07), étrangement jubilatoire.

Une scène inoubliable : Les aliens de The Neighbors version Broadway (Sing Like a Larry Bird – 1.20). De façon générale, je n’aime pas les épisodes musicaux, mais celui de The Neighbors était juste excellent, hilarant et étrangement justifié. La première scène chantée et dansée de l’épisode est un grand moment de comédie.

Meilleur season/series finale : Le double-épisode de fin d’Elementary qui a su imbriquer avec brio des twists assez inattendus.

La réplique de la saison :

Will Graham : This is my design.

— Hannibal.

Carole

Elementary (saison 1)

Meilleur pilote : The Americans, sous la direction plus qu’inspirée de Gavin O’Connor. Parfait dosage entre les éléments de présentation, l’ambiance espionnage et l’aspect ‘80s référentiel.

Meilleur nouveau drama : peu de nouveautés cette saison a réussi à totalement me séduire. Heureusement, Bryan Fuller est arrivé avec Hannibal. Je ne me rappelle plus la dernière fois que j’ai été happé par une série aussi rapidement. C’est purement excellent, sans parler de la cuisine !

Meilleure nouvelle comédie : encore et toujours, mon maillon faible. Je dis tous les ans que je vais y remédier, mais je ne le fais jamais. Je passe donc, ne m’étant pas investi de ce côté-là.

La surprise de la saison : Elementary. Non pas que je pensais que cela allait être mauvais, mais j’ai vraiment été séduite par les choix narratifs faits.

La déception de la saison : Vegas car elle avait un certain potentiel qu’elle ne semble pas avoir exploité. En tout cas, ce ne fut pas suffisant pour que je la regarde en entière. J’aimerais que Michael Chiklis se trouve une série digne de ce nom.

Meilleur nouveau générique : ayant délivré les 15 meilleurs génériques de la saison 2012-2013 cette année, il est évident que la réponse se trouve dedans.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : The Following vient aisément à l’esprit, ayant achevé la saison encore une fois car j’ai jugé avoir été trop loin pour m’arrêter à un certain moment.

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : quand une série est bonne, elle n’est jamais assez regardé, donc… Hannibal.

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : Bunheads. Cela n’a pas été officialisé, mais à ce stade, je n’y crois plus vraiment. Maintenant, je veux aller à Broadway juste pour voir Sutton Foster sur scène.

Une scène inoubliable : on ne pourra jamais retirer à Aaron Sorkin son don pour écrire des discours, il y en a donc plusieurs dans The Newsroom. Ce sont des moments à prendre dans leur intégralité pour ressentir leur impact.

Meilleure soundtrack : Nashville mérite d’être évoquée.Entre les covers et les compositions originales, un boulot de dingue a dû être effectué.

Meilleur season/series finaleHannibal n’est pas fini, mais je mets mes billes sur le final.

La réplique de la saison :

You have failed this city!

— Arrow.

Nolwenn

Nashville

Meilleur pilote : The Americans. Ce pilote réussit parfaitement à restituer l’ambiance des années de guerre froide aux États-Unis sans pour autant paraître trop cliché. De plus, l’introduction des protagonistes est bien amenée et donne réellement envie de poursuivre la série.

Meilleur nouveau drama : House of Cards. Difficile de passer à côté de cette série où Kevin Spacey nous délivre une excellente performance aux côtés de Robin Wright qui m’a bluffé dans son rôle de dame de glace.

Meilleure nouvelle comédie : pas de nouvelle comédie commencée cette année par manque de temps.

La surprise de la saison : Nashville. Très bonne série qui mérite un tout petit peu d’investissement à ses débuts mais qui devient vite passionnante. Le casting est solide et les scénaristes semblent savoir la direction qu’ils veulent prendre, rendant les intrigues intéressantes.

La déception de la saison : Deception. Sans jeu de mots aucun, il s’agit d’une belle tromperie sur la marchandise : on nous vend du soap à la Revenge, et on obtient un genre de Dallas fané où les intrigues sont cousues de fil blanc.

Meilleur nouveau générique : The Americans. Efficace, il permet de nous replonger dans la paranoïa ambiante de cette époque entre les images d’archives et la musique aux accents stridents.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder (jusqu’au bout)Revolution. Pour être sincère, je l’ai arrêté après 6 épisodes. Il m’a été impossible de m’attacher aux personnages – surtout Charlie – et l’ensemble m’a paru bien trop manichéen à mon goût.

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : The Newsroom. Fan d’Aaron Sorkin, j’attendais avec impatience cette nouveauté et je n’ai pas été déçue. Bien sûr, comme The West Wing avant elle, cette série est une véritable ode politique mais elle pose d’intéressantes considérations sur le monde journalistique d’aujourd’hui.

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : Vegas. J’avoue être particulièrement déçue de son annulation ; je m’étais vite habituée à ce shérif hors norme qui sillonnait la ville à cheval. Certes les intrigues étaient quelques fois un peu simples et on n’échappait pas à certains clichés, mais elle était sans prise de tête et agréable à suivre.

Une scène inoubliable : Nashville. Deacon (Charles Esten) qui explique à la véto que son chien s’appellera Sue même si c’est un mâle. Cette dernière (Susan Misner) n’ayant aucune connaissance de la musique country ne comprend pas le clin d’œil à Johnny Cash.

Nashville - a dog named SueNashville - a dog named Sue

Meilleure soundtrack : Nashville. J’aime beaucoup les voix de Connie Britton et Hayden Panettiere, j’ai d’ailleurs acheté quelques unes de leurs performances.

Thomas

Arrow

Meilleur pilote : House of Cards. Toute l’esthétique du réalisateur de Millenium et The Social Network au service d’un thriller politique, servi par un casting de luxe. On sait dès ce premier épisode que l’on va follement s’amuser dans ces couloirs du congrès…

Meilleur nouveau drama : House of Cards. Exagérée ? Évidemment. Délicieuse ? Assurément. La connivence Franck/public est remarquable. On en voudrait presque plus par moments…

Meilleure nouvelle comédie : The Mindy Project. Voici une fille qui prouve qu’elle n’a pas qu’un physique : The Mindy Project est fraiche, pétillante, hypermoderne (parfois jusqu’à l’overdose) et regorge de clins d’œil à la pop culture romantique. Les femmes s’y retrouvent et les hommes ne boudent pas leur plaisir devant une comédie qui assume pourtant totalement son côté girly. Ça s’appelle le talent.

La surprise de la saison : Arrow. Honnêtement, qui croyait à ce « sous-Batman » mixé à un « sur-Robin des Bois » décliné en feuilleton ? Pas moi. Arrow a pourtant explosé son petit potentiel aperçu dans le pilote pour devenir une vraie série de comic book. Il y a ici une vraie vision narrative qui n’hésite pas à bousculer ses personnages pour les mettre face à leurs destinées. Oliver Queen était sans doute l’un des personnages les plus intéressants de cette saison, qui apprend, pas toujours subtilement, mais chèrement les conséquences de n’importe lequel de ses choix.

La déception de la saison : Go On. J’aurai adoré l’adorer. Je déteste ne pas l’aimer. Matthew Perry en héros cynique et touchant, personne n’aurait pu m’empêcher de regarder. J’ai lutté pour tenir. Ça n’a pas suffi. Des faux rythmes tout du long, un brin de condescendance envers certains personnages malgré plusieurs bonnes idées et le talent infini de l’ex Chandler Bing.

Meilleur nouveau générique : la toute petite séquence d’ouverture de The Mindy Project, qui fait également une très sonnerie de téléphone, un peu funky, un peu électro. Discrète et identifiable facilement.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : Que je n’ai pas regardé jusqu’au bout d’ailleurs : Go On.

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : The Mindy Project. Mindy Kaling n’a clairement pas l’audience proportionnelle à son talent. En espérant que la confiance des dirigeants de Fox qui lui ont accordé une saison 2 suffise à ramener plus de monde pour ce joli brin de fille (et de série).

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : Rien pour moi. Trop peu de séries entamées cette année.

Meilleur season/series finale : Contre toute attente, Arrow a tenu ses promesses avec un Sacrifice aussi surprenant que bien vu. La proportion d’échec et de réussite du héros est parfaitement dosée, et réussit à dégager une certaine émotion. Et surtout, que de promesses pour la suite…

Maxime

Top of the Lake

Meilleur pilote : House of Cards.

Meilleur nouveau drama : Top Of The Lake. Puissant, extrêmement puissant en si peu de mots.

Meilleure nouvelle comédie : Ben & Kate. Il faut bien primer la seule bonne sitcom qui est sortie cette année.

La surprise de la saison : Bates Motel. M’attendant à ne vraiment pas apprécier la série, elle fut une bonne surprise.

La déception de la saison : 666 Park Avenue. Que ce fut laborieux et médiocre malgré un casting prometteur.

Meilleur nouveau générique : Top Of The Lake.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : 666 Park Avenue (à égalité avec Last Resort).

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : à ce stade… Top of The Lake.

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : The Goodwin Games. Parce que même après un épisode, elle a su m’accrocher plus que n’importe quelle série annulée.

Meilleure soundtrack : Top of The Lake. Simple, laissant parler le silence, parfaite.

Cécile

The Americans

Meilleur pilote : The Following. Parfaitement construit, j’ai été bluffée pour la première fois de la saison.

Meilleur nouveau drama : The Americans et The Newsroom. Oui, désolée, il ne peut pas en rester qu’une.

Meilleure nouvelle comédie : The Neighbors. Je n’aurais jamais pensé qu’avec un pitch pareil, Dan Fogelman accoucherait d’une série aussi drôle et humaine. Une réussite.

La surprise de la saison : Last Resort. Je n’étais pas convaincue par le pilote et malgré sa fin expéditive, la dose d’action et d’exotisme a été délivrée.

La déception de la saison : Nashville. J’y ai cru au début et malgré la performance d’Hayden Panettiere, je me suis ennuyée chaque épisode un peu plus. Il ne s’y passe rien.

Meilleur nouveau générique : Banshee. La musique est géniale et les images sont évolutives.

Une nouveauté que je n’aurais pas dû regarder jusqu’au bout : Je n’ai pas de regret de ce genre cette année, c’est une chance. Il faut dire que j’ai pris les devants en arrêtant Zero Hour ou Do No Harm dès le pilot !

Une nouveauté que l’on voudrait que plus de monde regarde : Bunheads, c’est sympa et parfois très drôle !

Une nouveauté qu’il ne fallait pas annuler : Last Resort donc.

Une scène inoubliable : Et bien, disons que les séances de tractions d’Oliver dans Arrow ne m’ont pas laissée indifférente !

La réplique de la saison :

Michelle : I’m omniscient, I’m Michelle.

— Bunheads.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link