Introduction

Les audiences américaines sont souvent simplifiées en France. D’abord, car une part des chiffres ne nous parlent pas, et ensuite, car on passerait plus de temps à expliquer qu’à fournir des données. Ainsi, on retrouve un peu partout le nombre de téléspectateurs en millions, et la part de % (ou de points, c’est du pareil au même) sur les 18-49 ans, mais pas ce qui va avec.

Je ne vous dis pas le choc la première fois que vous faites un tour sur Futon Critic, sûrement le plus détaillé, bien qu’il faut le dire, en tant que spectateur français, il y a beaucoup de données dont on n’a pas à se préoccuper. De même, Sci Fi Channel fournit ses résultats en points, ce qui est assez peu précis si on ne sait pas le nombre d’Américains ayant accès à la chaine. Pour compliquer encore plus le jeu, les chiffres d’HBO n’ont quasi de sens que pour eux, car nous avons rarement le résultat final, c’est-à-dire celui avec HBO On Demand, et surtout, cela importe peu si la chaine récolte, grâce à son programme, de nouveaux abonnés. C’est le Canal + local, en bien plus sophistiqué. S’abonner à HBO, cela peut vous revenir très cher.

Les chaines, au contraire de nous, s’intéressent aux enregistrements, chiffres que l’on n’a pas le jour de la diffusion, mais qui arrivent bien plus tard. Aujourd’hui, le poids n’est pas négligeable, et Medium y doit sûrement sa survie, plus d’un million, en moyenne, enregistre la série. Ce qui pour eux, fait le résultat de la soirée + les enregistrements.

Ces chiffres de soirée, justement, quand on vous les fournit, ils sont rarement définitifs, et vont obligatoirement être revus. Il faudrait attendre le lendemain pour avoir les nombres exacts, mais ces derniers ne sont pas vraiment diffusés (enfin, ils se retrouvent dans la presse écrite américaine par exemple) et on se contente sans problème des approximatifs.

Nielsen Media Research

Nielsen Media Research est le leader sur les mesures d’audience de la télévision aux États-Unis et au Canada. Nous n’allons alors pas entrer dans des explications sans fin sur les procédures utilisées pour mesurer l’audimat américain – parce qu’il faut bien le dire, ce n’est pas ce qui nous intéresse ici – mais à ce que notre ami Nielsen mesure.

* Le rating : in french, l’indice d’écoute. Cela nous fournit le nombre de personnes ou de foyers qui ont suivi un programme télévisuel spécifique, que ce soit dans son intégralité ou en partie.
On parlera chiffres dans la suite, et vous verrez son utilisation.

* A share : une part, dans la langue de Molière. C’est le nombre de spectateurs (ou de foyers) devant leur télévision qui ont regardé ledit programme mesuré.

* La période des sweeps : on en parle, mais on ne fournit quasiment jamais d’explication sur ce moment clé de la télévision. C’est un terme qui désigne des mois dans l’année durant lesquelles Nielsen Media Research mesure tous les marchés locaux. Ainsi, ils enquêtent sur la majorité de leurs 210 marchés locaux en novembre, février, mai et juillet. Les données récoltées vont être utilisées par les chaines pour fixer les prix sur les publicités, les augmentations, et prendre des décisions pour l’avenir des programmes.

Alors, voilà, maintenant qu’on a mis cela à plat, qui, je suis sûre, n’a en rien simplifié notre affaire, nous allons parler chiffres !

Si vous souhaitez aller voir une partie en particulier, voilà ce que vous trouverez dans la suite de ce dossier :

Page 2 : Les audiences selon Futon Critic
Page 3 : Les audiences sur les autres sites
Page 4 : L’audimat câble basique

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire