Elisabeth Moss : entre femme fatale et femme-enfant

18 Juil 2019 à 12:00

Fille du président pour certains, publiciste engagée pour d’autres, servante écarlate pour beaucoup. Elisabeth Moss fait partie de ses rares actrices de télévision à marquer plusieurs décennies de ses incroyables interprétations. Jeune femme réservée, mais n’hésitant pas à s’investir dans les scènes les plus crues, scientologue convaincue, mais féministe affirmée, retour sur la vie de cette femme au centre de tous les paradoxes.

Née le 24 juillet 1982 à Los Angeles de parents musiciens, elle baigne très tôt dans un univers artistique et se dirige vers une carrière de danseuse de ballet. Elle fait sa première apparition télévisuelle à huit ans, dans la minisérie Poker d’amour à Las Vegas (Lucky Chances), adaptation de romans de Jackie Collins. C’est en 1999 qu’elle raccroche ses pointes définitivement, lorsque sa carrière sur le petit écran décolle avec le rôle de Zoey Bartlet, la fille du président, dans À la Maison Blanche — de son titre original, The West Wing (1999-2006).

Après la conclusion d’À la Maison Blanche, Elisabeth Moss rejoint pour quelques épisodes la série de science-fiction Invasion, sorte d’Invasion des Profanateurs en version télévisuelle. Elle enchaine en décrochant le rôle de Peggy Olson, pour une petite série nommée Mad Men sur AMC. Elle débute ainsi sa carrière dans l’univers publicitaire en étant la nouvelle secrétaire de Don Draper, avant de monter les échelons au fil des saisons. Le succès interplanétaire de la série et son incroyable performance lui permettent d’obtenir ses premières nominations aux Emmy Awards. Elle tiendra ce rôle pendant 7 saisons, de 2007 à 2015.

En parallèle, sa carrière au cinéma prend forme. Après avoir cabotiné dans des productions comme Ma mère, moi et ma mère (1999), Une Vie Volée (1999) ou Les Disparues (2003), Elisabeth Moss trouve ses marques et des projets où elle se fait remarquer. On peut notamment la voir dans Truth : le prix de la vérité (2015) aux côtés de Cate Blanchett et Robert Redford, dans le très déstabilisant High-Rise (2015) ou encore dans le primé The Square (2017). L’actrice devient sans conteste l’un des noms de la scène indépendante grâce aussi à Listen Up Philip, The One I Love et Queen of Earth en 2014 et 2015.

C’est tout de même sur le petit écran qu’elle continue d’accumuler les récompenses et la reconnaissance. Flic torturée dans la minisérie Top of the Lake (2013) et dans sa suite sous-titrée China Girl (2017), puis mère porteuse exploitée par un régime autoritaire patriarcal dans The Handmaid’s Tale (2017-), c’est pour ce dernier rôle qu’elle remporte en 2017 son premier Emmy Award, puis un Golden Globe l’année suivante.

Il est indéniable à la vue de ce CV impressionnant qu’Elisabeth Moss aime les personnages féminins complexes et hors-norme. Féministe accomplie également à la ville, elle soutient ouvertement le planning familial, l’avortement et participe aux marches de femmes à l’encontre du Président Donald Trump.

Ce positionnement semble cependant en totale contradiction avec son éducation particulièrement conservatrice. Élevée par des parents scientologues, elle est aujourd’hui une membre importante de cette Église. Interrogée sur cet aspect de sa vie, l’actrice reste évasive et ne souhaite pas s’étendre, ce qui cultive habilement le mystère. De façon générale très discrète sur sa vie privée, on lui connaît néanmoins un mariage express avec l’acteur touche-à-tout Fred Armisen de 2009 et 2011.

Captivante à tous les niveaux, celle que le New York Magazine a désigné « Reine de l’âge d’or de la télévision » doit aujourd’hui son succès – et probablement une partie de ses échecs passés – à son visage poupon à l’expressivité déconcertante. Bruce Miller, le créateur de The Handmaid’s Tale, soulève sa capacité rare à être une « personne normale » à l’écran.

Derrière le talent incroyable d’Elisabeth Moss se cache de toute évidence une personne fragile et discrète au parcours atypique. Fascinante, attachante, inspirante, autant d’adjectifs que d’émotions qu’elle provoque à chaque apparition. Déjà plus de deux décennies qu’elle occupe solidement le paysage télévisuel et ça ne devrait pas s’arrêter de si tôt.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link