Farscape a 20 ans : 20 épisodes iconiques pour revisiter la série

Alors que Buffy a célébré il y a peu ses 22 ans, c’est maintenant au tour de Farscape de souffler les bougies pour son vingtième anniversaire ce mardi 19 mars. Série romantique épique de SF où se côtoient humains, aliens et marionnettes, Farscape n’avait rien à envier à Doctor Who en terme de kitschitude (petit budget oblige) et tout pour faire jalouser encore aujourd’hui bien des productions grâce à ses ambitions et son originalité. Elle développa rapidement son exubérance et son affinité pour revisiter à sa sauce les concepts du genre SF, développant ainsi une riche mythologie et des personnages hauts en couleur inoubliables.

Tout commence avec John Crichton (Ben Browder). Il est astronaute. Une vague d’ondes électromagnétiques est passée et il a été aspiré par un vortex. Maintenant, il est perdu dans un coin reculé de l’univers à bord d’un vaisseau vivant habité par toutes sortes de créatures extraterrestres bizarres. Il est aussi rapidement poursuivi par un commandant militaire psychopathe qui sait tout ce qu’il ne sait pas. John cherche juste un moyen de rentrer chez lui. C’était il y a 20 ans et pour célébrer cette aventure hors du commun, voici 20 épisodes pour redécouvrir cette série culte (les dyptiques ou trilogies étant comptés comme un seul épisode) :

Premiere (1.01)

Sans être un excellent épisode, le series premiere reste une entrée en matière efficace dans son registre et qui annonce la couleur. Propulsé dans un coin reculé de l’univers après avoir été aspiré par un vortex, John Crichton rejoint un groupe de prisonniers échappés sur un vaisseau vivant, il fait la connaissance de la pacificatrice Aeryn Sun (Claudia Black) et devient la cible d’un militaire prêt à tout pour lui mettre la main dessus. John Crichton vient de passer de l’autre côté du miroir, et disons-le, il arrive dans un univers étonnant, coloré, imprévisible et dangereux.

PK Tech Girl (1.07)

Après un début de saison que l’on qualifiera gentiment en dents de scie, Farscape trouve ses marques et affirme son ton et ses enjeux avec PK Tech Girl. Cet épisode est donc le premier tournant que prend la série en nous offrant une sorte de huis clos sur l’épave du plus puissant vaisseau des Pacificateurs. Sur place, John rencontre la fameuse PK Tech Girl du titre aka Gilina qui va servir à mettre en perspective la relation entre Crichton et Aeryn alors que Rygel se confronte à son passé. L’épisode est alors l’un des premiers à démontrer la capacité de Farscape à se réapproprier les codes d’un genre pour les tourner à son avantage, de même que l’ensemble permet de commencer à voir les personnages sous un autre jour.

A Human Reaction (1.16)

Si Farscape pouvait se présenter comme une série formulaïque dans ses premiers épisodes, elle deviendra progressivement feuilletonnante et ce qu’elle aura construit au début refera surface par la suite. Cependant, rien de ce qu’elle avait délivré avant était du niveau de A Human Reaction. Cet épisode incontournable pour la mythologie de la série nous introduit à des composants narratifs importants (les Anciens), réoriente l’histoire et nous confronte aux plus importantes thématiques du show.

Nerve/The Hidden Memory (1.19 & 20)

Farscape ne serait pas ce qu’elle est sans son grand méchant, le fameux Scorpius qui fait une entrée plus que remarquée. Ce diptyque nous introduit aux motivations et aux méthodes de Scorpius tout en posant la première pierre de sa relation ambiguë avec Crichton qui va aller au-delà du simple rôle de gentil et de méchant. On y retrouve tout ce qui fait la série, à savoir des plans qui ne tournent pas comme prévu, une dose d’action, de tension et d’humour avec un soupçon de romantisme pour un mélange explosif. Le double épisode est aussi marqué par le retour de Gilina et l’introduction de Stark.

Crackers Don’t Matter (2.04)

Aucun épisode (ou presque) ne représente la folie de Farscape comme le fait si bien Crackers Don’t Matter. Complètement survolté, exploitant à fond l’approche un peu carton-pâte que peut posséder le décor (pour des raisons budgétaires), l’intrigue se nourrit de la paranoïa et des hallucinations de ses personnages pour donner le jour à un véritable délire qui ne sera pas sans conséquence pour les personnages. Cela est la parfaite illustration que l’on est à l’abri de rien dans Farscape, un point que l’équipe créative s’attèlera à démontrer régulièrement par la suite.

The Way We Weren’t (2.05)

Si Farscape se déroule dans un univers aussi coloré que dangereux ou drolatique, la série peut aussi vous broyer le cœur. C’est ce qu’elle accomplit avec cet épisode qui revient sur l’histoire de Moya et de pilote et revisite ainsi une page sombre de leur passé où Aeryn Sun était également présente. Les blessures du passé sont exposées au grand jour et l’oppression et la douleur font plus que s’inviter pour mieux exposer une tragédie existentielle.

Out of Their Minds (2.09)

L’équipe de Farscape revisite le classique échange de corps dans un épisode qui s’inscrit alors dans la lignée de Crackers Don’t Matter. Bien que ne se présentant pas comme étant le plus original qui soit sur papier, il s’est imposé comme une référence de la série pour son approche plus que décalée du concept qui offrira d’ailleurs des opportunités aux acteurs de se distinguer. Dans cet épisode, Claudia Black est particulièrement inspirée dans un registre bien à l’opposée du précédent épisode de cette liste.

Look at The Princess (2.11 à 2.13)

Initialement, cette trilogie ne devait être qu’une duologie et fut tournée ainsi. Les producteurs décidèrent d’en faire une histoire en trois parties, entrainant ainsi l’écriture et le tournage de scènes additionnels. Cela marque également le début de l’histoire d’amour pour les trilogies, une des marques de fabrique de la série. Une princesse, un baiser et une statue… Farscape reprend les éléments d’un conte de fées à sa sauce lorsque son héros nommé Crichton doit faire un choix difficile pour échapper à Scorpius. C’est aussi cette trilogie qui nous introduit officiellement la race Scarran.

Liars, Guns, and Money (2.19 à 21)

Farscape n’aura pas tardé à délivrer une autre trilogie, s’éloignant des codes du conte de fées pour s’inspirer cette fois-ci des films de braquages, et plus spécifiquement d’une œuvre à la Ocean’s Eleven. Stark revient avec un plan pour sauver le fils de D’Argo et rendre tout le monde riche au passage, cependant ceci n’est que le point de départ d’une situation qui ne pouvait que mal tourner lorsque Scorpius entre en jeu. Certainement la plus fun des trilogies de la série, c’est aussi l’une qui exploite intelligemment le passé pour ramener des personnages et donner de la pertinence à des épisodes qui n’en avait pas trop. L’équipe de Farscape ne cessera de confirmer sa capacité à tisser une histoire complexe se reposant sur les éléments introduits au fil du temps.

Die Me, Dichotomy/Season of Death (2.22 & 3.01)

L’équipage se rend sur une planète glacière dans le but de rencontrer un physicien capable de soigner les blessures de Moya. En parallèle, John perd progressivement le contrôle de son esprit dans cette fin de saison 2 de Farscape, pour aboutir sur ce qui est aisément qualifiable du plus insoutenable cliffhanger de l’histoire de la série. Rebondissements et émotions sont donc au rendez-vous, autant pour la conclusion de la saison 2 que pour la reprise de la troisième qui annonce par ailleurs la thématique avec ce season premiere – saison de la mort.

Different Destinations (3.05)

Le début de saison 3 de Farscape n’est pas exempt en bouleversements majeurs (avec l’introduction de Jool, nouveau personnage rejoignant Moya). Dès lors, il serait aisé de passer outre ce cinquième épisode de par sa nature plus indépendante. Néanmoins, ce serait passer à côté d’un épisode qui explore le voyage temporel comme seule Farscape c’est le faire – avec des conséquences dévastatrices.

Incubator (3.11)

Qui est Scorpius ? Farscape a déjà alludé aux motivations complexes de l’antagoniste de John Crichton, et nous délivre une histoire d’origine pour mieux nous révéler la nature profonde de ce mi-Sébacéen mi-Scarran et ce qui le pousse à agir. Il lève le voile sur le mystère que représentait Scorpius (Wayne Pygram) , en évitant les pièges les plus courants liés au vilain aux motivations plus altruiste qu’on pouvait l’imaginer.

Infinite Possibilities (3.14 & 3.15)

Que se passerait-il si le savoir de John se retrouver dans de mauvaises mains ? Lorsque Furlow cherche à vendre ses connaissances sur les trous de ver au plus offrant, Crichton doit éviter que des informations précieuses tombent dans de mauvaises mains, et c’est une mission de laquelle il ne pourrait pas revenir. À ce stade, ce que les scénaristes de Farscape sont capables de faire a bien été établi, et ils ont un penchant pour que les choses se terminent mal. Ils savent frapper là où cela fait mal, et même lorsqu’on peut le voir venir, cela n’empêche jamais l’épisode de résonner sur un plan émotionnel.

Revenging Angel (3.16)

Farscape aura tout fait ou presque. La preuve avec cet épisode où Wily E. Coyote rencontre John Crichton. Au bord de la mort, John Crichton devient un personnage animé dans un épisode qui représente parfaitement la série : étrange, irrévérencieuse, émotionnellement chaotique et bouleversante et que rien ne peut arrêter. C’est également une énième preuve que la série trouve toujours de nouvelles méthodes pour raconter son histoire, refusant ainsi de se laisser limiter par une formule et préférant aller au-delà, à l’image de leur univers aussi coloré que complexe.

Into the Lion’s Den (3.20 & 21)

Tournant majeur de Farscape , ce double épisode aurait presque un doux parfum de fin de série – mais ce n’est heureusement pas là que cette aventure se termine. L’équipage de Moya se lance dans une dangereuse mission en se rendant sur le vaisseau de Scorpius où une menace plus grande que ce dernier les attend. Un double épisode épique et magnifique qui nous introduit le commandant Grayza et nous mène à une forme de conclusion explosive mélangeant colère, désespoir et amour.

John Quixote (4.07)

Second épisode écrit par Ben Browder (après Green Eyed Monster, 3.08), celui-ci s’inscrit dans la lignée de l’épisode animé, mais plonge ses personnages dans un jeu vidéo grandeur nature inspiré par le style de Spyro le dragon. Épisode complètement décalé, ce dernier nous délivre un hommage à Max Headroom, une princesse à l’accent inévitable, et le retour de personnages iconiques de la série.

Unrealized Reality/Kansas/Terra Firma (4.11 à 13)

Pouvoir voyager grâce aux vortex est dangereux. C’est le point qu’un Ancien surnommé Einstein fait à John dans un épisode non dénué d’étrangeté et de poésie pour nous montrer des réalités qui ne se sont pas produites. C’est également le début d’une trilogie qui nous ramène sur Terre et confronte John à son passé, son présent et son futur et tout le chemin qui fut parcouru, l’évolution de l’espèce humaine et le danger que la planète court. Tout ce que voulait John était trouver un chemin pour rentrer chez lui, mais bien des choses ont changé depuis qu’il a quitté la Terre…

Prayer (4.18)

Jusqu’où est-on prêt à aller pour protéger ceux qu’on aime ? La réponse à cette question en ce qui concerne Aeryn Sun n’est pas difficile à concevoir, on connait le personnage, mais cela n’enlève rien à la dureté de cet épisode, un où elle est continuellement torturée lorsque les Scarrans réalisent qu’elle pourrait être enceinte du bébé de John. Un épisode de Farscape où Aeryn rappelle à ces ennemis sa valeur. Et un des épisodes les plus sombres de la série.

We’re So Screwed (4.19 à 21)

Pour sauver Aeryn, l’équipage de Moya doit infiltrer un vaisseau Scarran. Les choses ne se déroulent pas exactement comme tout le voudrait, et cela nous conduit à une dernière trilogie naturellement explosive, avec un plan un peu fou, de la trahison, du romantisme, Stark (Paul Goddard) et beaucoup plus. Comme souvent, on se retrouve face à de nombreux obstacles à surmonter, du danger à tous les coins de rue et des idées pour s’en sortir stupides, improbables et qui pourraient bien fonctionner. Farscape, quoi.

Bad Timing (4.22)

Farscape devait initialement avoir une saison 5, l’épisode terminant la quatrième n’avait donc pas été écrit pour servir de final, mais remplit dans son ensemble parfaitement cette fonction, outre le cliffhanger (quoi que dans le pur esprit de la série). Lorsque les Scarrans découvrent un vortex menant à la Terre, l’équipage de Moya doit les stopper avant qu’il ne soit trop tard pour la Terre. C’est une fin de saison maitrisée, qui nous parle d’espoir même lorsque tout va mal, de possibilités et d’un avenir meilleur même lorsque cela semble impossible.


Farscape possède une mini-série, The Peacekeeper Wars, qui offre une conclusion à la série et condense ainsi ce qui aurait dû se passer en saison 5. Les aventures de John et Aeryn se poursuivirent ensuite sous la forme d’un comic book.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link