Titre Original : The Persuaders
Titre Traduit : Amicalement Vôtre
Créateur : Robert S. Baker
Années : 1971-72
Nombres d’épisodes : 24
Casting : Tony Curtis (Danny Wilde), Roger Moore (Lord Brett Sinclair), Laurence Naismith (Judge Fulton).

L’histoire : L’américain Danny Wilde et l’anglais Lord Brett Sinclair sont riches, mais presque tout les oppose. Sous la direction du Juge Felton, ils vont faire équipe pour enquêter sur des crimes que la police n’a pu résoudre.

Souvenirs

Ce flashback aurait probablement dû être le tout premier de la catégorie, car Amicalement Vôtre – avec Chapeau melon et bottes de cuir – a occupé une grande place dans ma sériephilie quand j’étais encore bien jeune. Comme beaucoup, j’ai regardé un grand nombre de fois les rediffusions de M6, passant souvent mes samedis après-midi devant la chaine de toute façon.

Bref, c’est presque insultant, mais je vais quand même refaire la présentation, on ne sait jamais que quelqu’un ait pu accumuler une somme astronomique d’occasions manquées au point de ne jamais voir un épisode de cette série.

Tony Curtis est Danny Wilde, l’américain aventurier qui s’est fait tout seul, et Roger Moore est Lord Brett Sinclair (son nom dit à peu près tout). Suivant un classique schéma de buddy movie, ils ont peu en commun et ne cessent pas de chamailler, mais ça ne les empêchera pas d’être totalement complémentaire et de devenir véritablement amis. Leurs aventures étaient donc fortement teintées d’humour, mais la série savait également jouer sur l’émotion, notamment quand elle explore le passé des deux hommes ou leurs relations sentimentales.

Ce n’est pas le meilleur épisode, mais celui que je préfère est Regrets éternels (A death in family) dans lequel les Sinclair se font tuer les uns après les autres. J’adore particulièrement l’oncle et sa cave à vin. Il y a également Un rôle en or (Greensleeves) dans lequel Brett se fait passer pour un acteur qui était censé jouer son rôle. Étrangement, je me rends compte que j’ai toujours préféré les histoires de Brett, Danny y trouvant le plus souvent les meilleures opportunités pour jouer avec son humour. Mais bon, de manière générale, et selon mes souvenirs, il n’y a pas vraiment d’épisode que je n’ai pas aimé voir et revoir.

Pour finir, car parler d’Amicalement Vôtre sans évoquer cela ne serait pas très sérieux : le doublage. Il est vieux, mais c’est probablement l’un des meilleurs qui aient été faits avec les célèbres Michael Roux et Claude Bertrand.

Ce n’est pas le moment pour entrer dans les détails, ici c’est la section souvenirs, mais il est probable qu’un jour, pris d’un gros coup de Nostalgie je revois une fois de plus la série, à ce moment-là, on en reparlera plus en profondeur, car il y a beaucoup à en dire.