Titre Original : The Golden Girls
Titre Traduit : Les Craquantes
Créateur : Susan Harris
Années : 1985-1992
Nombres d’épisodes : 180

Casting : Bea Arthur (Dorothy Zbornak), Betty White (Rose Nyland), Rue McClanahan (Blanche Devereaux), Estelle Getty (Sophia Petrillo)

L’histoire : Trois amies veuves ou divorcées partagent une maison avec la mère de l’une des trois à Miami et vivent des aventures très quotidiennes.

Souvenirs

Les Craquantes ou les Drôles de dames retirées, sans leur Charlie et leur Bosley, de leur vie de justicières du crime.

Bienvenue dans une banlieue résidentielle de Miami (dont on ne verra guère plus que la façade de la maison et la voiture devant le garage, c’est une sitcom après tout) au sein de laquelle Dorothy, sa mère Sophia, Blanche et Rose coulent une vie paisible pleine de remarques acerbes. La cinquantaine dynamique (sauf pour Sophia qui est forcément plus âgée), elles occupent leurs journées sans difficulté, pas forcément les unes avec les autres, mais se retrouvent toujours le soir autour d’un bon gros cheesecake.

Ceux qui regarderont aujourd’hui pour la première fois cette série très années 80 seront saisis par son aspect vieillot. Je ne parle pas ici de l’image, des costumes ou des décors, mais surtout de l’âge des personnages. Car avoir 50 ans dans les années 80, ce n’est pas la même chose que de les avoir dans les années 2000. Si les 3 actrices principales avaient effectivement la cinquantaine (la plus jeune Rue McClanahan est née en 1934), leurs activités et leur façon de vivre les font paraître plus âgées.

Mais peu importe. Cette petite gène dépassée, pas de doute que l’humour ravageur un poil féministe de Dorothy, la niaiserie de la provinciale Rose, la nymphomanie de Blanche et le mauvais caractère de Sophia auront raison de vos zygomatiques pour la simple et bonne raison que Les Craquantes fut réalisé à l’ancienne. Situations simples, dialogues faciles, la créatrice Susan Harris aura voulu aller à l’essentiel, sans doute très influencée par son expérience sur Maude, la première sitcom de Bea Arthur qui fut adaptée chez nous sous le nom de Maguy.

Mais si, dans mes jeunes années, je fus séduite un dimanche matin sur FR3 par cette série sans véritable histoire c’est grâce aux actrices dont deux ont d’ailleurs aujourd’hui disparu. Hasard ou coïncidence, la mère et la fille, Estelle Getty et Bea Arthur nous quittaient à un an d’intervalle en 2008 et 2009. Si la seconde devint une véritable star entre Maude et Les Craquantes, Estelle Getty sera surtout connue pour le rôle de Sophia et sa participation au film Arrête ou ma mère va tirer avec Stallone.

Si aujourd’hui Rue McClanahan n’apparaît que très ponctuellement en guest dans des séries, Betty White est terriblement active à la télévision comme au cinéma (elle apparaît d’ailleurs dans La Proposition avec Sandra Bullock qui est sorti il y a peu).

Toutes récompensées à un moment donné de la série par un Golden Globe ou un Emmy, ces 4 Drôles de vieilles dames laisseront un souvenir impérissable et un show terriblement attachant.

avatarUn article de .
2 commentaires