married with children

Lundi 5 septembre 2011 à 8:10 | 4 commentaires | | | |

Flashback : Mariés, deux enfants

par .

Titre Original : Married… with Children
Titre Traduit : Mariés, deux enfants
Créateurs : Michael G. Moye & Ron Leavitt
Années : 1987-1997
Nombres d’épisodes : 262
Casting : Ed O’Neill (Al Bundy), David Faustino (Bud Bundy), Christina Applegate (Kelly Bundy), Katey Sagal (Peggy Bundy), Amanda Bearse (Marcy D’Arcy), Ted McGinley (Jefferson D’Arcy), David Garrison (Steve Rhoades), Harold Sylvester (Griff).

L’histoire : Dans la banlieue de Chicago vit la famille Bundy. Al, ancien champion de football au lycée est devenu vendeur de chaussure, et sa femme Peggy n’est pas douée pour faire grand-chose. Leurs deux enfants semblent aussi irrécupérables et leurs voisins en paient souvent le prix.

Souvenirs

À la fin des années 80, FOX venait de naitre et sa toute première série se trouva être une sitcom du nom de Married… with Children. Cela dit, ce n’est pas pour ce fait que la série est aujourd’hui bien connue. Il faut dire qu’elle vécut le temps de 11 saisons et a grandi dans la controverse, à une époque où le Parents Television Council n’était pourtant pas encore là pour s’en prendre à elle. Ce n’est pas grave, puisqu’une mère de famille du Michigan était assez outrée par le contenu du show pour lancer à elle toute seule la campagne d’opposition qui permettra à Married… with Children d’obtenir la publicité gratuite qui la propulsa au top.

publicite

En France, la série n’était pas accompagnée par autant de bruits, mais ce n’est pas pour cela qu’on pouvait forcément la regarder sans problème. J’ai d’ailleurs mis quelque temps avant de pouvoir l’apprécier de façon régulière, mais c’était surtout parce qu’à l’époque il n’y avait qu’une télévision à la maison et que la série était considérée comme étant juste trop débile pour entrer dans le planning familial de visionnages. D’un autre côté, les horaires de programmations ne m’ont pas toujours aidé.

Quoi qu’il en soit, j’adorais Al Bundy, un vendeur de chaussures à l’hygiène douteuse plus que légèrement misogyne qui n’a jamais de chance au travail et qui rentrait chez lui pour trouver un frigo vide et sa femme qui ne savait même pas qu’ils avaient un balai dans la maison. Peggy, et sa légendaire coiffure, n’était pas en reste, toujours prête à regarder Oprah et à envoyer balader son mari. Leurs enfants ne remontaient pas trop le niveau, puisque Kelly était aussi belle que stupide, et Bud avait du potentiel, mais semblait incapable de l’exploiter, restant un pur loser. Celui que l’on pouvait vraiment plaindre était Buck, le chien de la famille qui, quand il est décédé, s’est retrouvé réincarné en Lucky, le nouveau chien des Bundy !

Il y avait aussi les voisins. L’irascible Marcy, pour laquelle Al a toujours un mot tendre en réserve, a été mariée au pauvre Steve dont la vie est plus ou moins ruinée à cause de sa proximité avec les Bundy, puis il y a eu Jefferson, un bon à rien qui ne pouvait pas s’entendre mieux avec Al.

Dans ce paysage de désolation, c’est vraiment Al qui donna à la série son âme. Lui qui n’a jamais de chance, condamné par la malédiction des Bundy. Chacune de ses idées de génie se retourne contre lui, finissant régulièrement blessé physiquement, surtout quand il essaie de réparer quelque chose. Ce qui n’est probablement pas pire pour lui que de vendre des chaussures à des femmes obèses. On pourrait presque compatir, s’il n’était pas capable d’être aussi mesquin. Cela dit, Ed O’Neill était vraiment excellent dans ce rôle, ce qui faisait qu’on ne pouvait qu’espérer qu’Al s’en sortirait mieux, bien qu’il échouait tout ce qu’il entreprenait. Enfin, il y avait occasionnellement des victoires. La famille était capable de tirer la gloire dans la misère qu’ils provoquaient chez les autres. Il faut dire que Married… with Children ne s’ennuyait pas à faire la morale, ce qui est probablement sa plus grande qualité.

Au fil des saisons, la série évolua, ainsi que les Bundy – dans une certaine mesure. Kelly et Bud ont grandi et ont échoué à quitter la maison. Bud s’est quand même installé dans la cave pour prendre une sorte d’indépendance. La mère de Peggy posa ses bagages à l’étage, ce qui donna naissance à de nouveaux gags de mauvais gout. Al créa l’excellent No Ma’aM (National Organization of Men Against Amazionian Masterhood) qui était là pour garantir la survie de son style de vie. On trouvait notamment dans cette association Jefferson, mais surtout Griff, le collègue de travail d’Al qui rejoint la série à la saison 9.

Avec 11 saisons, Married… with Children a largement gagné sa place dans l’Histoire des sitcoms américaines et elle reste pour moi l’une des meilleurs des années 90, même sans la finesse de ses concurrentes. Elle était juste hilarante.

L’intégralité de Mariés deux enfants est disponible au format DVD.

Partager cet article

Flashbacks
publicite
53 queries. 0,696 seconds.