Street Hawk

Fiche Technique

Titre Original: Street Hawk
Titre Traduit: Tonnerre Mécanique
Créateurs: Robert Wolterstorff, Paul Belous, Bruce Lansbury
Années: 1984-1985
Nombre d’épisodes: 13
Casting: Rex Smith (Jesse Mach), Joe Regalbuto (Norman Tuttle), Richard Venture (Leo Altobelli), Jeannie Wilson (Rachel Adams)

L’histoire: Jesse Mach policier adepte de moto cross, après avoir été grièvement blessé par de dangeureux malfaiteurs, est recruté par un agent du gouvernement afin de piloter le Tonnerre Mécanique une moto qui peut aussi bien franchir trente mètres dans les airs, qu’atteindre les 500 km/heure, afin de combattre le crime organisé.

Souvenirs

Alors que mes amis adolescents adeptes du Biactol s’éclataient les neurones à fantasmer devant la voiture qui parle de K2000 ou les yeux pas contents de Stringfellow Hawk à bord de son Airwolf, moi j’avoue avoir bien trippé devant Street Hawk qui narrait les exploits d’un chevalier solitaire défendeur de la veuve et de l’orphelin sur sa belle moto. Nettement plus classe que la bicyclette qui me faisait office de véhicule à l’époque.

Ne proposant rien de plus que ces deux consœurs, la série malgré tout avait un côté psychédélique et assez délirant lorsque Jesse Mach, le flic conducteur du Tonnerre Mecanique (encore une traduction Made in France trouvée dans une pochette surprise) à l’aide de son complice et mentor Norman Tuttle enclenchait le turbo je ne sais plus quoi, qui propulsait la moto à des vitesses tout simplement hallucinantes qui feraient exploser n’importe quels radars modernes.

Alors pourquoi moi qui n’ai toujours aucun permis encore à ce jour, ais-je apprécié ce programme où les intrigues étaient si fines qu’on aurait pu les comparer à des mannequins de haute couture et où le personnage principal était une moto, le reste du casting étant réellement inintéressant, au point de vous en parler. Peut être grâce à un épisode où un certain George Clooney alors affublé d’une chevelure dantesque et bouclée, vint non pas jouer les guest stars, vu qu’ER était encore loin, mais l’ami d’enfance de notre cher inspecteur qui ne respectait pas les limitations de vitesse. Et ça, dans la vie d’un adolescent ça ne s’oublie pas, car des années plus tard lorsque je vois ce cher Georges réussir une très belle carrière cinématographique je me dis que tout est possible, si on y croit vraiment.

Message d’espoir qui n’aura malheureusement pas suffit à sauver la série d’une annulation rapide, puisque le moteur de la moto la plus rapide de la télé s’éteignit définitivement après seulement 13 épisodes. Et finalement c’est peut être pas si mal, donnant comme pour pas mal de programmes ayant connu les affres de mauvaises audiences, un côté culte à ce Faucon de la Rue qui n’en espérait peut être pas tant.

Pour finir ce flashback, impossible de ne pas parler du buzz qui commence à prendre forme sur la toile d’araignée avec une affiche que fait circuler le studio Universal, affiche où l’on peut voir une moto et une tête de faucon en logo. Alors info ou intox quand à une adaptation possible au cinéma de la série maudite, réponse en 2009…

avatarUn article de .
1 commentaire