Explorer l’histoire américaine avec les séries TV historiques, de l’époque coloniale au programme Apollo

Pour tout l’or du monde, votre professeur d’histoire n’aurait pu vous convaincre de rester éveillé durant ses cours. C’est un phénomène qui peut se produire lorsque l’on explore le passé, pourtant riche en évènements aussi fascinants qu’improbables.

Une fiction historique ne peut remplacer un livre d’histoire, mais elle peut sans conteste susciter de la curiosité pour un sujet inattendu, nous apprendre des choses et nous pousser à nous plonger dans des pages d’histoires. En gros, c’est un format idéal pour explorer le passé, mélangeant divertissement et connaissances – tant qu’on ne perd jamais de vue que c’est de la fiction.

Aujourd’hui, nous avons choisi de retracer l’histoire américaine avec les séries, de l’époque coloniale à la conquête spatiale et le programme Apollo. Il fallait s’arrêter quelque part, et nous avons choisi de ne pas aller au-delà des années 70 (à une exception près).

On monte dans notre machine à voyager dans le temps pour explorer l’histoire américaine avec séries historiques :

L’époque coloniale avec Saints and Strangers (2015)

L’histoire coloniale en Amérique du Nord commence peu après la découverte du Nouveau Monde par les Européens (ou Christophe Colomb en 1492). Fondée par les passagers du Mayflower, la colonie de Plymouth qui exista entre 1620 et 1691 est aujourd’hui la plus connue. À bord du bateau fut signé un pacte, un accord passé entre les colons pour l’administration de la colonie de Plymouth, qui posa les bases de la future Amérique.

Mini-série en deux parties diffusée sur National Geographic, Saints & Strangers revient sur cette période historique pour nous relater l’histoire des pèlerins du Mayflower, de leur voyage à leur première année en Amérique et le premier Thanksgiving en 1621.

Ce groupe de voyageurs se divisait en deux. D’un côté, il y avait des religieux qui avaient tout quitté dans l’espoir de pouvoir construire une nouvelle société basée sur leurs valeurs. De l’autre, on trouvait des aventuriers qui cherchaient la gloire et la fortune. Vincent Kartheiser incarne Williams Bradford, un des leaders de la communauté religieuse, tandis que Ron Livingston est le tout premier gouverneur de la colonie, John Carver. Anna Camp, Ray Stevenson, Natascha McElhone ou encore Brian F. O’Byrne font également partie la distribution.

Pour explorer cette période, vous pouvez également vous tourner vers la récente série britannique Jamestown. Cette dernière commence en 1619 dans une ville qui est entièrement masculine depuis 10 ans. Cela est modifié avec l’arrivée de femmes qui sont envoyées sur place pour devenir des épouses. Le récit suit spécifiquement trois d’entre elles, Jocelyn, Alice et Verity (incarnées par Naomi Battrick, Sophie Rundle et Niamh Walsh)

La naissance des États-Unis avec Turn et John Adams

Afin d’amortir le coût de la guerre de Sept Ans (1756-1763), la Grande-Bretagne imposa des taxes à ses treize colonies d’Amérique du Nord sans les consulter. Les colons américains n’ont pas accueilli cette nouvelle avec le sourire. Ils protestèrent d’abord auprès du roi et du Parlement avant de lancer une révolte. C’est le début de la guerre d’indépendance des États-Unis.

Turn : Washington’s Spies (2014-2017)

Basé sur le roman d’Alexander Rose, Turn : Washington’s Spies revient sur l’histoire des espions du Culper Ring qui a joué un rôle majeur dans la révolution américaine. Cette série développée par Craig Silverstein et diffusée sur AMC se centre sur Abe Woodhull (Jamie Bell), l’un des leaders de ce réseau d’espionnage géré par Benjamin Tallmadge (Seth Numrich), sous les ordres du général George Washington (Ian Kahn), de l’été de 1778, pendant l’occupation britannique de New York à l’apogée de la guerre d’indépendance des États-Unis. Heather Lind (Anna Strong), Meegan Warner (Mary Woodhull), Kevin R. McNally (Judge Richard Woodhull) et Samuel Roukin (Captain John Graves Simcoe) viennent compléter la distribution de Turn.

TURN - Saison 1
Price: EUR 33,13
Price Disclaimer

John Adams (2008)

S’unir ou périr ! Se basant sur la biographie de David McCullough, cette majestueuse production HBO signée Kirk Ellis revient en 7 épisodes sur la vie professionnelle et privée de John Adams. La série commence par sa participation juridique lors du procès qui suit le massacre de Boston pour nous conduire à sa nomination comme vice-président et, enfin, président des États-Unis.

Au casting de John Adams, on retrouve Paul Giamatti (John Adams), Laura Linney (Abigail Adams), John Dossett (Benjamin Rush), Stephen Dillane (Thomas Jefferson), Sarah Polley (Abigail Adams Smith), David Morse (George Washington), Tom Wilkinson (Benjamin Franklin), Danny Huston (Samuel Adams), Samuel Barnett (Thomas Adams), ou encore Andrew Scott (William S. Smith).

L’esclavagisme et la Guerre de Sécession avec Roots, Underground et Nord et Sud

Également connue sous le nom de guerre civile aux États-Unis, la guerre de Sécession a déchiré le pays pendant 4 ans, entre 1861 et 1865. Il s’agissait avant tout d’une guerre de principes opposant le Sud esclavagiste au Nord industriel du pays. Elle s’est achevée sur l’abolition de l’esclavage, la consolidation des institutions américaines, mais aussi la ruine du Sud.

Roots (1977 et 2016)

Œuvre majeure du petit écran américain, Roots a connu récemment une nouvelle adaptation dans le but de toucher un nouveau public, marquée par une actualisation des faits suite à des découvertes historiques.

Dans les deux cas, Roots – ou Racines en France – explore l’histoire américaine à travers la vie de Kunta Kinte et de ses descendants. Le récit commence en Gambie en 1750 avec la naissance de Kunta Kinte. Adolescent, il est capturé et vendu en tant qu’esclave. Envoyé de l’autre côté de l’Atlantique, il est revendu au propriétaire d’une plantation en Virginie. L’intrigue suit alors Kunta, puis sa descendance, jusqu’à la fin de la guerre de Sécession. LeVar Burton, puis John Amos endosse le rôle de Kunta Kinte dans la version de 1977, qui est interprété par Malachi Kirby dans la nouvelle minisérie.

Racines - L'intégrale
List Price: EUR 30,08
Price: EUR 27,75
You Save: EUR 2,33
Price Disclaimer

Signifions que Roots a connu deux suites : Roots : The Next Generations en 1979 et le téléfilm Roots : The Gift en 1988 qui relate des évènements prenant place entre le second et le troisième épisode de la minisérie originale.

Underground (2016-2017)

Avec Underground, Misha Green et Joe Pokaski abordent cette douloureuse page d’histoire en lui donnant la forme d’un thriller le temps de deux saisons pour un total de 20 épisodes — avec entre autres Jurnee Smollett-Bell, Aldis Hodge, Jessica De Gouw et Alano Miller.

Nous sommes en 1857 sur une plantation en Georgia. Un groupe d’esclaves  décide de se lancer dans un dangereux voyage pour retrouver la liberté. Pour cela, ils doivent donc emprunter le réseau de routes clandestines qui leur permettra de se réfugier au-delà de la ligne Mason-Dixon – qui sépare les États abolitionnistes du Nord des États esclavagistes du Sud.

Nord et Sud (1985-1994)

Bien avant le Nord et Sud britannique avec Richard Armitage, il y avait le Nord et Sud américain avec Patrick Swayze et James Read. Le premier incarnait Orry Main, homme d’une riche famille de propriétaires qui cultive du coton grâce à l’esclavagisme en Caroline du Sud ; le second jouait George Hazard, aussi issu d’une famille aisée, cette fois-ci des industriels métallurgistes à Philadelphie en Pennsylvanie. Ils vont devenir amis à l’académie de West Point avant que la guerre de Sécession (1861- 1865) ne commence. Lesley-Anne Down, Kirstie Alley, Jean Simmons, Mitchell Ryan, Terri Garber, Genie Francis, David Ogden Stiers, Jonathan Frakes et Hal Holbrook complètent la distribution.

Nord et Sud - L'intégrale
List Price: EUR 19,99
Price: EUR 19,99
Price Disclaimer

L’âge d’or avec Deadwood, Lonesome Dove, Hell on Wheels et… The Knick

Après la guerre de Sécession vint une période de prospérité et de reconstruction (sans oublier la crise de 1873) s’étalant de 1865 à 1901. Cette époque est marquée par une croissance importante du chemin de fer, des usines, des banques, des mines et autres entreprises familiales. C’est donc, vous l’avez deviné, la reprise de la Conquête de l’Ouest.

Hell On Wheels : L’Enfer de l’Ouest (2011-2016)

Comme dit précédemment, cette période est marquée par la construction du chemin de fer. Ce sujet est exploré dans Hell On Wheels qui relate sur 5 saisons (pour 57 épisodes) des évènements prenant place entre 1865 et 1869. L’histoire nous ramène alors dans ce camp mobile où ouvriers, mercenaires, prostituées, arpenteurs et Cie vivaient, travaillaient et mouraient. Plus spécifiquement, le récit se centre sur Cullen Bohannon (Anson Mount), un ancien officier confédéré qui cherche — au début — à obtenir vengeance pour la mort de sa femme et de son fils.

Deadwood (2004-2006)

Création de David Milch, Deadwood nous ramène à la fin des années 1870 dans la petite ville de Deadwood dans le Dakota du Sud. C’est dans cet endroit sans foi ni loi que se retrouvent ceux qui ont la fièvre de l’or.

L’ordre et la civilisation vont bien évidemment débarquer en même temps que les ambitions du gouvernement. Y intégrant de multiples figures historiques, l’ensemble s’articule particulièrement autour de deux personnages : Al Swearengen (Ian McShane) et Seth Bullock (Timothy Olyphant). Diffusée sur HBO, Deadwood comprend à ce jour 3 saisons et nous attendons toujours le film de conclusion.

Lonesome Dove (1989)

Lonesome Dove est un classique de la télévision américaine qui remettait le western sur les devants à une époque où ce n’était plus un genre à la mode. Divisée en 4 épisodes faisant chacun 1h30, l’histoire se déroule en 1876 et suit le long voyage d’un groupe de cowboys mené par deux anciens Texas Rangers, Augustus « Gus » McCrae (Robert Duvall) et Woodrow F. Call (Tommy Lee Jones). Ils entrainent un troupeau du Texas au Montana pour y installer le premier ranch dédié à l’élevage de la région. Une ambitieuse aventure qui n’est pas sans risque durant laquelle plusieurs membres de l’équipée y laisseront leur vie.

Lonesome Dove
Price Disclaimer

Basée sur la série littéraire de Larry McMurtry, Lonesome Dove a été suivie par plusieurs minisérie, chacune adaptant un autre roman de l’auteur. Le récit s’est donc poursuivi dans Return to Lonesome, puis Streets of Laredo, alors que Dead Man’s Walk et Comanche Moon sont des préquelles.

Le western était un genre populaire sur le petit écran dès la fin des années 40, mais atteindra son apogée en 1959, avec 26 séries dans le genre en diffusion en prime-time. Par conséquent, vous pouvez explorer cette période en vous tournant vers certains classiques, comme Rawhide (1959-1965) qui raconte le voyage d’un groupe de cow-boys chargés de convoyer têtes de bétail de San Antonio, Texas, à Sedalia, Missouri, dans les années qui suivent la guerre de Sécession.

Vous pouvez (re)découvrir les aventures de Josh Randall (Steve McQueen), chasseur de primes dans le Far West, armé de sa redoutable Mare’s Leg, une Winchester calibre 44/40 modèle 1892 à crosse et canon sciés dans Au nom de la loi (Wanted: Dead or Alive, 1958-1961). Ou vous plonger dans l’incontournable Gunsmoke qui relate les aventures du marshal Matt Dillon (James Arness) à Dodge City dans le Kansas, après la guerre de Sécession.

The Knick (2014-2015)

On change radicalement d’ambiance avec The Knick. La série Cinemax créée par Jack Amiel et Michael Begler, et entièrement réalisée par Steven Soderbergh nous raconte en 2 saisons (et 20 épisodes) un bout de l’existence du Dr Thackery (Clive Owen) et de ses collègues de l’hôpital du Knickerboker de New York au début du 20e siècle.

Loin de l’environnement poussiéreux de Deadwood ou Hell On Wheels, nous voilà donc à arpenter les couloirs d’un hôpital pour s’intéresser à la médecine d’un autre siècle, en compagnie entre autres de Andre Holland, Jeremy Bobb, Juliet Rylance, Eve Hewson, Michael Angarano ou encore Chris Sullivan.

The Knick - Saison 1
List Price: EUR 13,80
Price: EUR 13,80
Price Disclaimer

La Prohibition et les Années folles avec Boardwalk Empire (2010-2014)

L’alcool qui coule à flots, le charleston, le shimmy, le jazz… Nous voilà au moment des années folles que l’on peut résumer aux années 20 et qui alla presque main dans la main pendant une bonne période avec la Prohibition (1919-1933). Ce fut une époque flamboyante pour les organisations criminelles grâce au marché noir.

Pour explorer la prohibition, quoi de mieux que Boardwalk Empire ? Cette création de Terence Winter nous ramène à cette période à Atlantic City à travers l’histoire de Nucky Thompson (inspiré par Nucky Johnson) qui passe de politicien à gangster à cause du trafic illégal d’alcool sur la côte est américaine. Il fréquenta des figures historiques du crime organisé comme Al Capone (Stephen Graham) et Arnold Rothstein (Michael Stuhlbarg), et d’autres fictionnelles comme l’immense Gyp Rosetti (Bobby Cannavale).

Icône des années 1920, Zelda Fitzgerald est l’héroïne de la série Z : The Beginning of Everything avec Christina Ricci dans la peau de l’épouse et égérie de l’écrivain Francis Scott Fitzgerald. Ensemble, la presse américaine les a considéré comme l’incarnation des Années folles et l’âge du jazz : jeunes, riches, beaux et pleins de vie. La série explore alors sous l’angle de Zelda cette période.

La Grande Dépression avec Carnivàle (2003-2005)

Après les années 20, les États-Unis sont touchés par la plus importante dépression économique du XXe siècle qui s’accompagna d’une énorme déflation et d’une explosion du chômage. La crise économique des années 30 ou La Grande Dépression a commencé en 1928 et nous emmène jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

C’est à cette période que prend place Carnivàle – ou la Caravane de l’étrange –, série de Daniel Knauf qui dura deux saisons (et 24 épisodes) sur HBO. Après la mort de sa mère qui le rejetait et ne possédant plus rien, Ben Hawkins (Nick Stahl) trouve refuge au sein d’une troupe de forains afin d’échapper à la police. Le jeune homme est doté du pouvoir de guérison et de résurrection, et il est tourmenté par des rêves étranges et prophétiques qu’il partage avec un prêcheur méthodiste, Justin Crowe (Clancy Brown), vivant en Californie. C’est une lutte entre le Bien et le Mal qui nous est alors proposé.

La Seconde Guerre mondiale avec Band of Brothers, The Pacific et Manhattan

Conflit armé à l’échelle planétaire, la Seconde Guerre mondiale dura du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945.  C’est cependant à la fin de l’année 1941 que ce conflit devient vraiment mondial. Après l’URSS qui a rejoint le camp allié suite à l’invasion allemande en juin 1941, les États-Unis font de même après l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

Band of Brothers (2001)

Il existe de nombreuses œuvres traitant de la Seconde Guerre mondiale. Pas de doute à avoir sur le fait que la minisérie HBO Band of Brothers fait partie des incontournables. Inspirée de l’œuvre de l’historien Stephen E. Ambrose, cette série retrace l’histoire des soldats de la Easy Company, du 506e régiment d’infanterie parachutée, de la 101e Division Aéroportée US, de ses débuts et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

La série a lancé la carrière de Damian Lewis sur le petit écran américain, mais il n’est pas le seul visage familier de cette œuvre majeure qui n’a rien perdu de sa force avec les années.

The Pacific (2010)

Près de dix ans plus tard, l’équipe de Band of Brothers explore un autre pan de la Seconde Guerre mondiale avec la minisérie The Pacific – appelée parfois chez nous Band of Brothers : L’Enfer du Pacifique. Cette fois-ci, la série retrace l’odyssée croisée de trois marines américains (de la 1re division de Marines) – incarnés par Joseph Mazzello, Jon Seda et James Badge Dale – dans le Pacifique.

L’œuvre nous plonge au cœur de nombreuses batailles, dont la bataille de Guadalcanal, la bataille de Peleliu, la bataille d’Okinawa ou encore la bataille d’Iwo Jima.

Band of Brothers + The Pacific [Blu-ray]
List Price: EUR 33,08
Price: EUR 33,08
Price Disclaimer

Manhattan (2014-2015)

Alors que le nombre de morts ne cessait de grossir, une course à la bombe est lancée. Les scientifiques du projet Manhattan travaillent activement, perdus au milieu du Nouveau-Mexique, à créer l’arme ultime pour mettre fin à la guerre, fin à toutes les guerres pour eux.

C’est dans cet environnement particulier où règne la paranoïa que se déroule les deux saisons de Manhattan, l’intelligente œuvre de Sam Shaw qui nous parle de guerre, de paix et bien plus encore avec l’aide de John Benjamin Hickey et Ashley Zukerman (qui était aussi dans The Pacific).

Pour voir la guerre sous l’angle de la comédie, vous pouvez vous tourner vers Papa Schultz ou Hogan’s Heroes (1965-1971). La série prenait place dans un camp de prisonniers un peu particulier, comportant tout un réseau de tunnels qui permettait au colonel Hogan et à ses hommes de sortir du camp pour espionner, faire sauter des usines ou des dépôts d’armes et bien plus.

Le traitement parodique était voulu par plusieurs acteurs de la série qui avaient connu l’enfer des camps de concentration ou avait dû fuir l’Allemagne nazie.

La Guerre de Corée avec M.A.S.H., la Guerre du Viêt Nam avec Tour of Duty et China Beach

Les États-Unis est l’un des pays qui ressort gagnant de la Seconde guerre mondiale, avec l’URSS. Deux idéologies bien distinctes émergent. Cela donne rapidement le jour à la guerre froide qui durera plus de 40 ans (voir The Americans pour les années 80). L’opposition au communisme conduisit également à la guerre de Corée (1950-1953), puis à la guerre du Guerre du Viêt Nam (1955-1975).

MASH (1972-1983)

Création de Larry Gelbart diffusée sur CBS, MASH suit le quotidien d’une équipe de médecins et d’infirmières constituant la 4077e compagnie du Mobile Army Surgical Hospital, située à Uijeongbu, en Corée du Sud, durant la guerre de Corée — avec Alan Alda, Wayne Rogers et Loretta Swit.

Beaucoup d’épisodes dans les premières saisons sont basés sur des histoires vraies rapportées par des chirurgiens des unités MASH rencontrés par l’équipe de production.

Cependant, si MASH prenait place durant la guerre de Corée, il est important de noter qu’à l’image du film de Robert Altman qu’elle adapte, la série se voulait être autant une allégorie de la guerre du Viêt Nam, qui était toujours en cours lorsque la diffusion débuta, qu’une sur la guerre de Corée.

Avant de devenir le mythique Jack McCoy de Law & Order, Sam Waterston était déjà procureur dans I’ll Fly Away (Les Ailes du Destin, 1991-1993). La série prend place à la fin des années 50 en Géorgie où Forrest Bedford élève seul ses trois enfants. Il engage après le départ de la nourrice à la retraite, Lilly Harper (Regina Taylor), une jeune gouvernante noire. La ségrégation raciale était alors l’un des principaux sujets de cette série diffusée sur NBC.

Tour of Duty ou L’enfer du Devoir (1987-1990)

Quelques années après MASH, CBS s’intéresse de manière encore plus directe à la guerre du Viêt Nam avec Tour of Duty. La série de L. Travis Clark et Steve Duncan nous raconte sur 2 saisons, l’histoire de la compagnie Bravo, un peloton de jeunes soldats américains, pendant la guerre du Viêt Nam à la fin des années soixante.

Le récit se focalise sur les problèmes humains du quotidien plus que sur les atrocités de la guerre, avec dans son casting, Terence Knox, Stephen Caffrey, Ramón Franco ou encore Miguel A. Núñez, Jr.

China Beach (1988-1991)

À la même période que Tour of Duty, ABC diffusait quant à elle China Beach, mettant en scène la vie du personnel féminin, militaire et civil, dans un hôpital situé à Da Nang, pendant la guerre du Viêt Nam. En coulisses, John Wells pris le contrôle de la série au début de la saison 2, et c’est pour cette raison que l’on retrouvera des membres du casting plus tard dans Urgences.

China Beach a peut-être d’ailleurs laissé une empreinte chez nous de par les noms qu’on y croisait, vu que c’est avec le rôle de Collen McMurphy que Dana Delany obtint une plus grande notoriété à l’époque. Marg Helgenberger et Robert Picardo faisaient aussi partie de la distribution.

Le désormais mythique Don Draper a fait la guerre de Corée. Il se réinventa en tant qu’individu avec son retour de la guerre pour devenir créateur dans le milieu publicitaire à New York dans les années 1960 dans Mad Men (2007-2015). L’œuvre de Matthew Weiner a été célébrée pour son soin du détail, cette dernière utilisant souvent les évènements historiques comme toile de fond pour ses personnages. Certains moments marquants jalonnent néanmoins l’histoire et ont eu un impact notable dans la vie des personnages.

La conquête spaciale avec From The Earth To The Moon (1998)

Pendant que Don Draper enchainait les cigarettes et les verres de whisky, les États-Unis partaient à la conquête de l’espace avec le programme Apollo, programme spatial de la NASA lancé par John F. Kennedy le 25 mai 1961. Dans le contexte de la guerre froide, il était question de reconquérir le prestige américain mis à mal par le succès de l’astronautique soviétique.

Se présentant comme une extension du film Apollo 13 ayant remis en avant une page de l’histoire qui était tombée dans l’oubli, From The Earth to The Moon est la première production de Tom Hanks pour le petit écran (avant Band of Brothers/The Pacific) ; elle nous parle de la fameuse course à l’espace, débutant avec les programmes Mercury et Gemini avant de se tourner — dès le second épisode — vers Apollo.

Avec son traitement proche du documentaire, la série multiplie les points de vue et les thèmes pour offrir une large représentation de l’époque et des évènements qui ont jalonné cette histoire qui nous est racontée sur 12 épisodes.

Vous avez aimé l’épisode consacré aux femmes d’astronautes dans From The Earth to The Moon ? The Astronauts Wives Club (2015) est pour vous ! Cette adaptation en 10 épisodes du roman éponyme de Lily Koppel par le duo Josh Schwartz/Stephanie Savage se concentre sur Betty Grissom (JoAnna Garcia Swisher), Rene Carpenter (Yvonne Strahovski), Louise Shepard (Dominique McElligott), Trudy Cooper (Odette Annable), Marge Slayton (Erin Cummings), Annie Glenn (Azure Parsons) et Jo Schirra (Zoe Boyle).

L’histoire de la CIA avec The Company (2007)

Fondée en 1947 par le National Security Act, la CIA est l’une des agences de renseignement les plus connues des États-Unis. L’un de ses membres les plus emblématiques de nos jours est Carrie Mathison. Son histoire est jalonnée de moments glorieux, de tragédies, d’actions plus que répréhensibles, de corruption, de taupes et plus encore.

The Company est une minisérie en 3 épisodes (d’une durée totale de 286 minutes) qui nous propose de revisiter 40 ans d’histoire via le prisme de la Compagnie aka la CIA. Tout commence dans les années 1950 à Yale où trois étudiants de la même promotion vont chacun intégrer les services secrets de leur pays au moment où la Guerre froide bat son plein.

Les protagonistes vont donc voir leur existence rythmer par de nombreux évènements tels que l’insurrection de Budapest et la Baie des Cochons, jusqu’à la Chute du bloc communiste.

S’il est sans doute bien plus conseiller de lire le roman de Robert Littell qui est porté à l’écran, The Company a tout de même de quoi séduire par son sujet et son casting – où l’on retrouve Chris O’Donnell, Michael Keaton, Alfred Molina ou encore Rory Cochrane.

Bonus : Traverser l’histoire avec Code Quantum et Timeless

Le voyage dans le temps est un bon moyen pour revisiter différentes périodes de l’histoire, se focaliser sur des évènements majeurs ou oubliés, rencontrer multiples figures historiques. Ce procédé est mis en pratique dans Code Quantum et Timeless.

Code Quantum (1989-1993)

Sam Beckett voyage à travers le temps et l’espace dans ce classique de la télévision américaine des années 90. Scott Bakula incarne ce scientifique qui passe du corps d’une personne à une autre, mais seulement quand il a accompli ce pour quoi il a été envoyé. Bien entendu, c’est à lui de deviner les tenants et aboutissants de sa mission, aidé par l’hologramme d’Al Calavicci (Dean Stockwell), son ami qui l’aide grâce à la base de données se trouvant sur l’ordinateur contrôlé par l’intelligence artificielle nommée Ziggy.La série se confronte à de nombreuses périodes historiques et problématiques socio-économiques, avec souvent un angle sentimental, au cours des voyages de Sam qui auront duré 5 saisons.

Timeless (2016-)

Comme on le sait, voyager dans le temps peut avoir de graves conséquences et il faut faire attention à ne pas modifier l’histoire.

Dans Timeless, l’équipe formée par l’historienne Lucy Preston (Abigail Spencer), le soldat Wyatt Logan (Matt Lanter) et l’ingénieur Rufus Carlin (Malcolm Barrett) voyagent dans le temps pour stopper Garcia Flynn (Goran Visnjic), un criminel qui veut influer sur le passé pour empêcher que les États-Unis deviennent ce pays que nous connaissons à présent.

À chaque épisode, un saut temporel qui nous ramène à une période différente pour explorer l’Histoire et l’importance du passé, entre autres.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link