Interview : Ron D. Moore et Kate Vernon parlent de Battlestar Galactica

Ron D. Moore

Cette interview est disponible dans sa version originale sur le site Daemon’s TV qui a bien gentiment accepté de nous prêter le matériel de base.

Il y a quelques semaines, après la révélation de l’identité du dernier Cylon en la personne d’Ellen Tigh, Ron D. Moore et Kate Vernon ont pris le temps de répondre à quelques questions, lors d’une conférence de presse concernant les ultimes épisodes de Battlestar Galactica.

Voici ce qu’ils en ont dit :

  • (A Ron D. Moore) A quel moment avez-vous décidé qu’Ellen serait le dernier Cylon, et pourquoi l’avez-vous choisie ?

Ron D. Moore: J’ai essayé de me rappeler à quel moment précis j’avais choisi Ellen, et je ne suis pas vraiment sûr de moi. C’était au cours de la troisième saison. Je pense que ça faisait quelques temps que l’idée de faire d’elle le dernier Cylon nous trottait dans la tête, mais il n’était vraiment pas dans nos plans de révéler les identités des quatre derniers Cylons dans le dernier épisode de la saison, jusqu’à l’écriture de ce fameux épisode. Donc, pendant un bon moment, on ne s’est pas vraiment concentré sur les noms des cinq derniers, mais je pense qu’on avait celui d’Ellen en tête quand on pensait à qui pourrait être les Cylons restants, eh bien peut-être que ça pourrait être Ellen. Et on a gardé l’idée sous le coude. « Ca pourrait être sympa. On y reviendra peut-être un jour. » La question n’est devenue essentielle que lorsque nous avons décidé de révéler l’identité de quatre des cinq derniers Cylons dans l’ultime épisode de la saison. Et ensuite, entre les deux saisons, nous nous sommes réunis entre scénaristes pour discuter de tout en détail, et Ellen était la première candidate pour être le cinquième Cylon, mais la discussion était très ouverte, vous savez.

« Donc, nous pensons que c’est Ellen. Disons qu’elle est la candidate la plus probable. Mais qui sont les autres candidats ? » Et nous avons parlé d’autres possibilités, mais aucune d’elles ne tenait la route. Aucune d’elles n’avait de sens ni de réel intérêt, donc nous en sommes restés à Ellen. Et je dirais que ça a fonctionné en partie en raison de sa relation avec Tigh. En quelque sorte, cela ancrait ce couple dans quelque chose de vraiment spécial. Et dès la mini-série, le personnage d’Ellen était présent derrière la caméra, ça me plaisait bien. On entendait parler de la femme de Tigh, elle servait à définir son personnage et donc on savait qu’elle avait une importance dans la mythologie de la série.

Et parler de la longue histoire d’amour de ce couple, insister sur sa particularité me plaisait bien, je trouvais vraiment intéressant et sympa de mettre en avant cette espèce de relation éternelle, cet amour de toujours. Et cela a comme complété l’histoire des cinq derniers. Ca collait, vous savez, tout s’emboitait. Cela expliquait aussi le fait que Tigh ait tué sa femme une fois de retour sur New Caprica, encore plus riche, encore plus complexe, débordant de paradoxes et de sentiments contradictoires quant à ce qui était en train de se passer. Dans les grandes lignes, c’est comme ça que ça s’est fait.

  • Qui a été le premier dauphin ?

Ron D. Moore: Oh, je savais que vous alliez me demander ça. Je pense que nous les avons tous éliminés. Je ne sais pas si quelqu’un est arrivé en deuxième position – je veux dire, nous avons parlé de Dualla, de Gaeta. Nous avons fait le tour de tous nos personnages récurrents, et nous avons parlé de – nous avons très vite mis Eddie et Mary de côté parce que nous nous sommes dit : « Ca pourrait être … Et si c’était Adama, et si c’était Laura. » J’avais la sensation que ça enlevait quelque chose à la série et que ça nous ferait du mal, parce que si on avait dit qu’Adama était un Cylon, on aurait senti que quelque chose ne collait pas et le sens aurait été différent de ce que je voulais, donc on les a très tôt éliminés. Et ensuite nous avons brièvement parlé de Dualla et Gaeta et n’avons pas – leurs personnages étaient intéressants mais l’enjeu n’en était pas plus élevé.

  • Est-ce que toute cette aventure s’est déroulée comme vous l’attendiez ?

Ron D. Moore: Non, certainement pas. Vous savez, je ne m’attendais pas à ce que la série soit saluée par la critique. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle touche aussi profondément le grand public, qu’on en parlerait autant, qu’elle recevrait les récompenses qu’elle a reçues, et qu’elle serait mise en lumière de la sorte. Je pensais juste que c’était une bonne série.

Je croyais en ce que nous faisions, je pensais que ce serait vraiment spécial et que je pourrais en être fier. Mais c’est allé beaucoup plus loin. En termes de créativité, je suis vraiment surpris que nous soyons allés aussi loin. Vous savez, tous les personnages et les mythes. Et au début, je n’avais rien de tout cela. J’avais juste confiance, je me disais que nous aviserions, et c’est ce que nous avons fait. Mais je n’avais pas vraiment de plan super élaboré de comment tout cela allait s’emboîter.

  • N’y a-t-il pas eu un moment, malgré tout, où vous avez senti que vous vous engagiez sur la voie qui vous intéressait ?

Ron D. Moore: Si, je veux dire, depuis la première saison je sentais que – vous savez, la première saison était très expérimentale, nous avons testé plusieurs modes de narration, pour savoir ce qui collait avec la série et ce qui ne collait pas. Et à la fin de cette première saison, je pensais connaître la réponse. « Eh bien, c’est ça, la série. » Et j’ai en quelque sorte compris où nous allions et quel était le sujet de la série. J’ai compris quel était le meilleur moyen pour Galactica de raconter les histoires.

  • (A Kate Vernon) Est-ce que ça n’a pas été difficile de garder cela secret ? Ne manquiez vous pas de le laisser échapper à chaque fois que vous parliez à quelqu’un ?

Kate Vernon: Mon Dieu, ça a été – si, par moments ça a été un supplice, une grande frustration, et puis ça me sortait de la tête. Je veux dire, j’ai eu deux ans pour m’y faire – je pense que nous l’avons bien décidé deux ans avant – un long moment avant, Ron. Je ne suis pas absolument affirmative quant aux dates, mais ça a duré longtemps. Donc, pendant cette longue période, j’ai dû l’oublier pendant un instant. Mais la plupart du temps, j’avais une envie désespérée d’en parler, simplement parce que c’était un véritable honneur que de m’être vu attribuer ce rôle. Lorsqu’ils m’ont tuée, je suis allée voir Ron, je l’ai regardé droit dans les yeux et je lui ai dit : « Est-ce qu’il y a moyen qu’on me fasse revenir ? On peut bien me faire revenir, non ? » Et il m’a juste regardée très gentiment et m’a assuré que non. Donc aux yeux de Ron, j’allais en rester là. Mais au fond de mon cœur d’actrice, j’ai une histoire d’amour personnelle avec Ellen et avec cette série, et je n’ai jamais lâché l’affaire. Ron peut confirmer, parce que je lui ai passé plusieurs coups de téléphone. Et Dieu te bénisse, Ron, d’avoir pris tous mes appels.

Ron D. Moore: C’est à dire que, de mon côté, tuer Ellen était une réussite sur le plan créatif. C’est une de ces fois où on se dit : « Waouh, c’est une fin géniale. Bon sang, ça va être puissant. » C’était très excitant en soi. Mais c’était difficile de se séparer de ce personnage, c’était rude de se dire : « Oh, Ellen ne sera plus dans la série. »

Je dirais que le moment le plus pénible, ou un des moments les plus – non, probablement le plus pénible de ma carrière sur cette série, a été d’appeler Kate Vernon pour lui dire : « On va faire disparaître ton personnage. »

C’était vraiment très – c’était tout simplement – c’était très émouvant, vraiment déchirant, douloureux. C’était douloureux de le faire et c’était – je pense que quelque part je m’en tenais pour responsable et cela a sans doute contribué à me donner envie de la faire revenir. On peut dire ça comme ça.

  • Pour en revenir au point de départ, n’avez-vous pas été tenté, ne serait-ce que pendant un instant, de vous crasher à Roswell, Nouveau Mexique, en 1947 à la fin de la série ?

Ron D. Moore: Non.

  • (A Kate Vernon) Donnez-nous un petit avant-goût. Maintenant que nous savons que vous revenez pour une poignée d’épisodes, jusqu’à la fin de la série, pouvez-vous nous dire, sans trop en dévoiler, quel genre de choses nous allons vous voir faire ?

Ron D. Moore: Parler, elle va beaucoup parler.

  • Kate Vernon: Oui, je vais parler. Marcher et parler. Je retrouve mon mari, comme au bon vieux temps. Voyons voir, je ne peux pas vraiment en parler sans laisser filtrer d’info, n’est-ce pas, Ron ?

Ron D. Moore: Oui, je pense que c’est – que dire que vous vous réconciliez – c’est sans doute suffisant.

Kate Vernon: Ok. Vous voyez, ça me rend un peu nerveuse de parler alors que je ne dois rien dire.

Ron D. Moore: Oui, le truc, c’est que à partir de maintenant et ce jusqu’à la fin de la série, l’histoire se suit de façon continue. Donc nous ne voulons dévoiler aucun élément important, sinon vous comprendrez aussi où se dirige l’histoire actuelle. Du fait, nous essayons de maintenir autant d’opacité possible autour ce qui reste.

  • (A Ron D. Moore) Qu’avez-vous pensé des réactions du public quant à ces morts de la semaine dernière ? Apparemment, les fans sont devenus fous. Certains d’entre eux considèrent que c’est une idée génialissime, d’autres l’avaient vu venir. Plusieurs ont dit : « Pourquoi avoir tué le seul personnage noir ? » Je veux dire, tous ces retours sont intéressants. Quelle a été votre réaction face à ces réactions ?

Ron D. Moore: Oh, je suis ravi. Vous savez, il y a eu énormément de retours, et c’est ça qu’on veut. On cherche à faire réagir notre public. De temps en temps, on essaie d’atteindre les gens, on veut les saisir à la gorge et leur ordonner de ressentir quelque chose. « Réagis. Implique-toi. Réfléchis. Qu’est-ce que ça évoque chez toi ? Que signifie le brusque et douloureux suicide de Dualla ? Est-ce que tu es choqué ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce que ça te fait quelque chose ? Est-ce que tu as été attentif ? » Je veux dire, c’est génial. Quelle que soit la réaction des gens, aussi particulière qu’elle soit, ça me convient, du moment qu’ils ont une réaction ; du moment qu’ils sont absorbés par la série, et qu’elle fait sens pour eux.

  • J’anticipe un peu mais, qu’est-ce que ça vous fait de vous investir à fond dans Caprica ? Et je suppose que ‘Le Plan’ est en cours de production ?

Ron D. Moore: ‘Le Plan’ est dans la boîte, je n’ai pas encore vu le montage, mais vous savez, le tournage est terminé et il nous reste un gros travail de postproduction à faire. Et je ne sais pas quand ce sera prêt. Mais c’est fait et j’ai hâte de voir le produit fini. Caprica est en marche. Les scénaristes sont en pleine réunion en ce moment même. C’est très excitant. C’est un défi vraiment différent. La série est très différente, et on sait bien que Battlestar a placé la barre très haut, donc tout le monde doit être au top de sa créativité. C’est un peu l’esprit dans lequel nous abordons Caprica.

  • A propos de créativité, y a-t-il une sorte de bouton ‘reset’ ? Êtes-vous repartis à zéro ? Restez-vous dans le même monde, ou faites-vous quelque chose de différent ?

Ron D. Moore: Bon, je ne sais pas si ça s’appelle repartir de zéro, mais nous avons voulu rendre l’énergie de la première saison, ce qui fait la force de la série. « Voyons comment nous allons raconter des histoires, ici, quel est – ou plutôt qui sont ces personnages ? De quoi allons-nous parler ? Par quels moyens allons-nous titiller le public ? Par quel côté allons-nous aborder la série ? » C’est comme si on explorait un – un territoire inconnu. Et c’est ça qui est excitant, et effrayant. C’est effrayant de devoir faire décoller un projet tout en espérant que tout fonctionnera comme il faut, que les gens aimeront la série, surtout quand on sait que tout le monde la comparera à Battlestar. Mais l’une des raisons pour lesquelles nous faisons ce métier est que nous aimons relever ce genre de défis.

Suite page 2

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link