10 épisodes pour découvrir Lucifer avant son arrivée sur Netflix

Après un long suspense de plus d’un mois et une forte mobilisation des fans et des acteurs, la série Lucifer a finalement été reprise par Netflix. Pour fêter cela, Aline et Nicolas ont eu envie de vous lister les épisodes les plus marquants des 3 saisons diffusées par la FOX.

Des épisodes qui ont largement contribué à construire la mythologie de la série et l’attachement que l’on peut avoir pour ses personnages qui en font bien plus qu’une série policière procédurale classique.

Sur les 57 épisodes déjà diffusés, voici donc les 10 qui nous ont le plus marqués.

Pilot (1.01)

Première rencontre avec le diable. On découvre une série policière comme la Fox aime en diffuser : un procédural classique agrémenté d’un « consultant » original, de préférence fantastique (Sleepy Hollow, Second Chance…). Et comme souvent, la réussite du pilote va résider sur l’attractivité du consultant.

Dans Lucifer, nous faisons donc connaissance avec Lucifer Morningstar, l’ange déchu en personne, lassé de l’Enfer et installé à Los Angeles pour y passer du bon temps. Certes, l’esthétique et la bande originale sont intéressantes, mais il n’est pas sûr que la magie aurait opéré sans un Tom Ellis au sommet de son impertinence pour interpréter le Diable en personne. Son charisme prend toute la place et je pense que si la plupart des autres acteurs n’étaient pas des visages connus, leurs personnages ne m’auraient absolument pas marqués.

Le but d’un pilote est de susciter l’envie et le moins qu’on puisse dire c’est que le pari était réussi pour moi. Alors que l’épisode avait fuité à l’été 2015, l’attente jusqu’à janvier 2016 aura été un enfer ! – Aline

A priest walks into a bar (1.09)

La première saison de Lucifer n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Après un bon pilote, on pouvait s’attendre à des feux d’artifice immédiats, mais la série a mis du temps à allier pour le meilleur sa formule procédurale avec sa mythologie naissante. Dès lors, on a des épisodes qui fonctionnent uniquement grâce au charme — incommensurable certes — de Tom Ellis. Et cet épisode-là en fait partie.

Il part d’une idée toute bête : le Diable qui rencontre un prêtre, joué par Colman Dolmingo (Fear The Walking Dead). De manière assez surprenante, les deux personnages vont parfaitement s’entendre et vont mener l’enquête tous les deux. Toutes les réactions de Lucifer sont excellentes dans cet épisode qui fait quasiment pour la première fois état d’une certaine mythologie religieuse, et d’une explication personnelle de la série. Cela, plus un humour au top et surtout un superbe moment musical entre les deux hommes, rendent la conclusion aussi triste que l’épisode est réussi.  – Nicolas

Monster (2.06)

Lucifer est une série qui se repose beaucoup sur l’humour. C’est l’essence du personnage de Lucifer lui-même. Mais petit à petit, la série cherche à proposer quelque chose de différent, allant de pair avec le développement de sa mythologie. Le mini arc narratif sur Uriel, un des frères de Lucifer, finit de façon tragique, à la fois pour Uriel (Michael Imperioli) lui-même, mais également pour Lucifer. Arrive donc le bien nommé Monster qui s’éloigne de toute comédie pour uniquement se concentrer sur les pensées et états d’âme du personnage principal. Il commence une descente aux enfers, sans mauvais jeu de mots, et enchaîne comportement destructeur sur comportement destructeur. Parce que, si Lucifer est beaucoup de choses, il n’est ni un menteur ni un tueur. Et c’est cette seconde caractéristique qui le hante désormais. On a aussi le droit à une très belle scène entre notre Diable préféré et Linda (Rachael Harris), sa psychiatre, qui trouve ici un rôle et une importance qu’elle n’a pas toujours eue dans la série.

Un épisode pratiquement sans humour était risqué de la part de Lucifer. Mais avec une mythologie qui ne cesse de s’étoffer et une introspection sur le personnage principal, l’épisode propose quelque chose de différent, montrant peut-être pour la première fois que la série ne porte pas seulement sur les histoires du Diable qui résout des crimes à Los Angeles. — Nicolas

A good day to die (2.13)

Certainement l’un des épisodes les plus riches de Lucifer ! D’abord parce qu’on y découvre pour la première fois l’Enfer qui est loin de l’image populaire tout feu tout flammes. Un écueil bien évité par les scénaristes qui nous proposent une torture psychologique bien plus effrayante. De plus, le Professeur Carlisle (Tim DeKay) aura été un brillant ennemi de Lucifer et Chloe, arrivant à créer une telle tension qu’on aurait pu croire que le personnage était resté bien plus que deux épisodes.

Mais c’est sur le plan émotionnel, et particulièrement pour Lucifer, que l’épisode est marquant. Ses sentiments pour Chloe, sa relation avec sa mère, la culpabilité d’avoir tué Uriel… jusqu’à la révélation finale qui va venir tout remettre en question. Lucifer fait ses valises et nous laisse en plan avant une pause de plusieurs mois, mais l’épisode permet de donner un nouveau souffle à l’intrigue et à la dynamique des personnages. – Aline

God Johnson (2.16)

Ce qui est appréciable avec cette série, c’est qu’on arrive à autant aimer les épisodes qui font avancer l’intrigue fil rouge que ceux qui sont plus anecdotiques. Celui-ci est certainement l’épisode qui m’a le plus marquée dans la série.

Si Dieu est un personnage principal omniscient dans la série de par le ressenti que lui porte Lucifer, sa rencontre avec un patient psychiatrique qui se prend pour lui était géniale. Il faut dire qu’incarné par Timothy Omundson, ce God Johnson était délicieux.

Le résultat est un épisode drôle, piquant, mais aussi émouvant, car il cristallise toute la peine que Luci a d’avoir été rejeté par son père. Et l’on en vient comme lui à souhaiter que cet homme ne soit pas aussi fou qu’il y paraît… – Aline

The Good, the Bad and the Crispy (2.18)

Un épisode final de deuxième saison qui fait avancer tous nos personnages d’une manière ou d’une autre. Lucifer a toujours eu un problème à jongler entre les nombreux personnages qui peuplent son univers, et parfois au détriment de ceux-ci. Néanmoins, cet épisode prend le temps de traiter chaque personnage individuellement, et de donner une sorte de conclusion à leurs arcs narratifs respectifs cette saison. Ce constat est d’autant plus vrai pour Dan (Kevin Alejandro), un personnage qui a sans doute eu le droit à la meilleure rédemption qualitative de la série. De « Detective Douche » et flic corrompu, il est devenu un allié, un comédien et un vrai ami sur lequel ses proches peuvent compter. Sa relation avec « Charlotte » (Tricia Helfer) était également appréciable, pour nous montrer à quel point Dan peut être un homme bon. Amenadiel (D. B. Woodside) trouve également un sentiment de quiétude dans cet épisode, et ce, malgré la fin « tragique » avec sa mère qui repart. Tricia Helfer a mis un peu de temps avant de trouver la clé de son rôle, mais a réussi depuis à osciller entre la peur, la puissance et la colère, nous donnant un personnage complexe et ambivalent.

Finalement, The Good the Bad and the Crispy réunit Lucifer et Chloe, mais le grand dieu des scénaristes a encore décidé que cette dernière n’apprendrait pas le secret — pourtant très peu gardé — de Lucifer durant l’épisode. Une seule goutte de frustration dans un océan de bonnes choses qui permet à la série de clôturer avec succès sa meilleure saison en date. – Nicolas

Mr and Mrs Mazikeen Smith (3.03)

La série Lucifer repose également sur des personnages secondaires forts ce qui fait que lorsqu’on nous propose des épisodes qui sortent du schéma habituel, cela marche très bien également.

Il faut dire que Maze est un personnage fort. Leslie Ann Brandt incarne parfaitement une démone dont le décalage avec les humains est toujours un ressort à la fois drôle et émouvant. Lui consacrer un épisode était une bonne chose, surtout qu’il permettait d’introduire l’absence temporaire du personnage pour cause de grossesse de l’actrice. Dommage que son alter ego n’ait pas fait long feu, le duo était bien plus intéressant que son rapprochement avec Amenadiel.

La parenthèse canadienne aura clairement été le meilleur moment de Maze durant cette troisième saison. – Aline

Off the record (3.07)

Lucifer montre encore une fois qu’elle n’est pas un simple procedural policier avec comme twist le fait que c’est le Diable en personne qui résout des crimes à Los Angeles. Cet épisode expérimental est du point de vue de Reese (un superbe Patrick Fabian), un journaliste qui essaie de détruire Lucifer, parce qu’il a couché avec son ex-femme. Lorsqu’il est révélé que cette dernière est Linda, cela complique encore davantage les choses. Et Lucifer ne comprend pas de suite que Reese en a après lui et ne cesse d’aider le journaliste dans ses enquêtes.

L’épisode est véritablement déroutant, parce qu’on sent que l’on est en saison 1, mais on ne sait pas si c’est par non-souci de la continuité de la série, ou si c’est beaucoup plus nuancé que cela. La réponse est que cela est bien plus nuancé que cela.

L’épisode, en plus d’être déroutant, est incroyablement profond dans sa façon d’aborder le « c’est le Diable qui m’a forcé ». C’est véritablement une caractéristique principale du personnage de Lucifer qui déclare que ce n’est pas de sa faute si les humains font des erreurs ou commettent des crimes, c’est la culpabilité humaine qui en est la cause, et c’est également elle qui pousse à chercher un autre coupable que lui-même.

La descente aux enfers du personnage est fascinante. Il prend une mauvaise décision à chaque tournant, à chaque fois qu’il a le choix, il prend la pire option, celle qui l’enfonce un peu plus loin.

Et quand, à la fin de l’épisode, on apprend finalement que Reese est en Enfer, vivant encore et encore le même moment, c’est le clou du spectacle. C’est juste bluffant de maîtrise. Encore une fois, c’est un des fameux quatre épisodes de la saison 2 qui ont été mis de côté. Et je dois dire que celui-là m’a soufflé. – Nicolas

The last heartbreak (3.18)

Après que les scénaristes aient appris à l’utiliser, et avant que ces mêmes scénaristes s’emmêlent les pinceaux sur le personnage, Pierce — ou Caïn — a eu un épisode centré sur sa personne, avec The Last Heartbreak. C’est un de mes épisodes préférés de cette troisième saison, parce qu’il donne de l’épaisseur au personnage du premier tueur sur Terre. Le voir naviguer entre plusieurs époques à la recherche de tueurs nous rappelle que, avant tout, c’est un excellent policier et un homme qui souffre. De plus, il se dégage une certaine émotion de sa relation avec la petite fille de la femme qu’il a jadis aimée, mais avec qui il n’a pas voulu rester, parce qu’il avait peur. Une lâcheté finalement assez caractéristique, comme on peut le voir avec les épisodes suivants.

Pierce est un personnage qui ne m’a pas vraiment convaincu dans cette saison 3, et l’interprétation somnolente de Tom Welling n’a sûrement pas aidé. Néanmoins, pendant au moins quarante minutes, je me suis surpris à m’impliquer dans les aventures du personnage, et même à commencer à penser qu’on tenait là la clé de sa rédemption. Je me suis trompé, mais cela n’enlève rien aux mérites de ce très bon épisode. – Nicolas

A Devil of my word (3.24)

Un épisode fort en émotions à bien des niveaux. Diffusé quelques jours seulement après l’annonce par FOX de l’annulation de la série, cet épisode final se devait d’être particulier à bien des égards.

Les conséquences de l’assassinat de Charlotte — un personnage qui avait su se faire une place pour la seconde fois dans la série — sont fortes émotionnellement pour chacun des personnages. Cela contribue nécessairement à pousser Lucifer à se révéler à Chloe, mais ce sont les circonstances qui vont l’y pousser lors de la confrontation avec Cain. Une scène forte où l’on retrouve un Lucifer qui n’a pas que le nom du seigneur des enfers, mais bien tous les attributs.

Si l’on aurait tout de même pu se contenter de ce final explosif, on ne peut que se réjouir que Netflix nous offre la possibilité d’explorer les conséquences de cette révélation. – Aline

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires