Portrait Acteur : Neil Patrick Harris

Né à Albuquerque (Nouveau-Mexique) le 15 juin 1973, Neil Patrick Harris a connu le succès dès ses débuts. De Docteur Doogie à How I met your mother, sa notoriété n’a pas eu le temps de faiblir. Fils d’avocats devenus restaurateurs, c’est en suivant son grand frère à une audition qu’il décroche un rôle dans une pièce de l’école, Le magicien d’Oz. Première aventure scénique certainement enthousiasmante, il est ensuite souvent sur scène au collège et au lycée, et principalement dans des comédies musicales.

  • Ses débuts, surtout en séries

1988, date de son premier film, Le secret de Clara, Neil a pour partenaire Whoopi Goldberg. De 89 à 93, le public le voit grandir dans la série Docteur Doogie, un petit génie de la médecine. Il a d’ailleurs été nommé aux Golden Globes pour ces deux rôles. Il apparait ensuite dans des seconds rôles dans plusieurs séries, comme Au-delà du réel, Homicide,  Will & Grace, Boomtown, Law & order, Numb3rs. En 1999, il devient Henry McNeeley, l’éditeur de l’excentrique Ian Stark, incarné par Tony Shalhoub, dans Stark Raving Mad. La série sera annulée au bout de sa première saison, avant tout victime de la vague de télé-réalité/jeux du moment. En 2003 , il prête sa voix à Peter Parker dans la série animée des nouvelles aventures de Spider-man. 2005 est l’année où il retrouve à nouveau la célébrité avec son rôle de Barney Stinson dans la série How I met your mother. Qui ne connaît pas ses multiples combines pour des aventures d’un soir, ses costumes, le Barney’s bro code, et bien sûr son legen… wait for it… dary !

  • Un peu de cinéma

Côté grand écran, les seconds rôles lui ont surtout collé à la peau, Animal room (1995, exception à la règle, il a ici le premier rôle), Starship Troopers (1998), La proposition (1998), Un couple presque parfait (2000), Opération funky (2001), Justice League : The new frontier (2008). Devant surtout sa popularité au personnage de Docteur Doogie, il incarnera son propre rôle en 2004, dans la comédie Harold & Kumar Go to White Castle, les deux amis le reconnaissant pour être Doogie Howser. Devant la popularité du ‘personnage’, il sera aussi dans la suite, en 2008, dans Harold & Kumar Escape from Guantanamo Bay, qui donnera même le jour à des affiches où l’on pourra même lire ‘What Would Neil Patrick Harris Do?’. Malgré cela, son actualité cinématographique reste maigre, il est surtout présent sur scène, là où le public est réel.

  • On Broadway stage

Neil a depuis tout jeune été passionné par le chant, s’entrainant avec son père qui, lui, jouait de la guitare. La comédie musicale est devenue évidente dans son parcours. En 1997, à Los Angeles, il est pris pour le rôle de Mark Cohen dans Rent, the musical. En 1998, il va jouer à nouveau ce rôle, chez lui, à Albuquerque. En 2001, sur les scènes de Broadway, il a notamment interprété le rôle de Tobias Todd dans Sweeney Todd, puis Emcee dans Cabaret où il partage l’affiche avec Deborah Gibson (teen idole de la fin des années 80) et Tom Bosley (Howard Cunningham dans Happy Days), puis un double rôle, Balladeer et Lee Harvey Oswald, dans Assassins, de Stephen Sondheim. 2002 sera consacré à une pièce de théâtre, Proof/La Preuve, aux cotés de Anne Heche. Depuis, il a été le Dr Horrible de Joss Whedon, dans trois webisodes pendant l’été 2008. Ces webisodes ont été tourné pendant la grève des scénaristes. En décembre dernier, il a aussi participé à la comédie musicale satirique anti proposition 8, Prop 8, the musical, la loi qui interdit le mariage gay dans plusieurs états d’Amérique. Neil est d’autant plus concerné par le sujet…

  • Et alors, côté vie privée ?

Depuis 2004, Neil n’est plus un cœur à prendre, étant en couple avec l’acteur David Burtka depuis cette date. En novembre 2006, il officialise sa relation aux médias en affirmant qu’il assume parfaitement son homosexualité dans sa vie personnelle comme professionnelle.

  • Aussi, dans les émissions télévisées…

Fréquemment présent sur les plateaux de tv, le public a découvert en Neil Patrick Harris des talents de magiciens, oui, oui ! Les téléspectateurs ont pu admirer ses tours de magie chez Ellen deGeneres, David Letterman, ou encore Jay Leno. Humour et chant, Neil possède ses deux qualités et l’a démontré plus d’une fois sur les plateaux de tv : avec Jason Segel sur le plateau de Megan Mullally avec une reprise des Misérables ; ou encore dans le show Sesame street, et tout récemment, le 10 janvier plus exactement, il a participé à l’émission Saturday night live, où justement l’un des sketchs  est de sauver Broadway. Au cours de l’émission, il a aussi fait une reprise du générique de Docteur Doogie.

Discret sur sa vie personnelle, Neil Patrick Harris possède un vrai capital sympathie auprès du public. On lui souhaite longue vie sur le petit écran, comme sur la scène. Et pourquoi pas sur grand écran ?

avatarUn article de .
5 commentaires