Tout va bien pour Sarah Wayne Callies. Maintenant régulière depuis deux saisons dans Colony, l’actrice a récemment endossé de nouveau le costume de Sara pour le revival de Prison Break, rôle qui l’aura fait connaitre auprès du public, plus de dix ans après le lancement de la série.

Il était une fois

Sarah Wayne Callies est née à La Grange, Illinois, le 1er juin 1977. Elle passe néanmoins son enfance à Hawaii. Ses parents s’installent à Honolulu alors qu’elle a un an. Sa mère enseigne l’anglais et son père le droit à l’université de Hawaii, Manoa.

Leur fille ne compte pas marcher dans leur pas, manifestant un intérêt pour le jeu d’acteur dès son plus jeune âge. Elle participe ainsi à différentes pièces durant ses études. Elle poursuit son cursus scolaire au Darmouth College (New Hampshire) puis rejoint le National Theatre Conservatory à Denver où elle obtient sa maitrise en beaux-arts en 2002.

C’est par ailleurs à Darmouth que Sarah Wayne Callies rencontre Josh Winterhalt, qu’elle épousera en juillet 2002. Le couple a aujourd’hui deux enfants : leur fille Keala, née le 20 juillet 2007, et Oakes Wayne, leur fils adoptif né en aout 2013.

Avant Prison Break

Après avoir terminé ses études, Sarah Wayne Callies s’installe à New York où elle obtient rapidement un rôle à la télévision. Elle est récurrente dans la courte série Queens Supreme de CBS. Cette dramédie judiciaire avec Oliver Plate suivait le quotidien de juges à New York. Comprenant 13 épisodes, elle est annulée au bout de 3.

L’actrice décroche également des rôles le temps d’un épisode dans Unité Spéciale, Dragnet ou encore un peu plus tard Numbers. C’est néanmoins avec Tarzan sur The WB qu’elle a l’opportunité de se faire une première fois remarquer.

Elle est choisie pour être la tête d’affiche féminine de cette création d’Eric Kripke (papa de Supernatural) librement inspirée de l’œuvre d’Edgar Rice Burroughs. Elle incarne Jane Porter, détective à New York dont l’existence prend un tournant lorsqu’elle rencontre John Clayton (Travis Fimmel ou Ragnar dans Vikings) au cours d’une de ses affaires. Ce dernier qui préfère se faire appeler Tarzan était considéré comme mort depuis 20 ans. Il a grandi dans la jungle et doit maintenant apprendre à vivre dans la Grosse Pomme.

À l’image de Queens Supreme, Tarzan ne trouve pas son public, mais restera à l’antenne un peu plus longtemps — soit 8 épisodes.

Docteur dans une prison de haute sécurité

Il n’aura pas fallu longtemps au fond pour Sara Wayne Callies pour trouver le succès. Celui-ci arrive lorsqu’elle obtient le rôle de la docteur Sara Tancredi dans Prison Break. Elle exerce au pénitencier d’État de Fox River où elle va rencontrer Michael Scofield. Toute sa vie va en être transformée.

Le parcours de Sara dans la série FOX sera un peu mouvementé. Régulière durant les deux premières saisons, des problèmes au niveau de la négociation du contrat mèneront au départ du personnage en saison 3. Elle fera son retour pour la quatrième et dernière saison. Le producteur Matt Olmstead a par ailleurs admis que ce sont les réactions des fans qui les ont poussés à réintégrer Sara au casting.

La série se termine officiellement en 2009 avec le téléfilm Prison Break : The Final Break. Cela, jusqu’à son revival où l’on a pu retrouver Sara, Michael et Lincoln au cours de 9 épisodes.

Sarah Wayne Callies incarne Sara Tancredi dans Prison Break

Des Zombies et des films

Peu de temps après avoir percé avec Prison Break, la carrière de Sarah Wayne Callies se développe au-delà du petit écran avec ses premiers rôles au cinéma. Cependant, elle n’y trouve pas vraiment le succès. On pourra néanmoins s’arrêter sur Whisper (2007), film d’horreur avec Josh Holloway — son collègue de Colony — Joel Edgerton et Dulé Hill.

C’est bel et bien dans le milieu des séries télévisées que l’actrice décroche ses meilleurs rôles. Après avoir fait la guest dans un épisode d’House et tourné un pilote sans suite, elle est officiellement de retour de manière régulière grâce à The Walking Dead.

Sarah Wayne Callies se trouve alors à endosser le rôle pas facile de Lori Grimes, l’épouse de Rick dans cette adaptation à succès du comic book signé Robert Kirkman. Celle-ci nous plonge dans un monde post-apocalyptique avec zombies. Elle est ainsi la mère de Carl dont elle aura eu à crier le nom plus que nécessaire.

Dans ce dangereux univers, il n’est pas rare qu’un membre du casting perde la vie et Sarah restera alors dans la série durant les trois premières saisons seulement.

Il faudra un peu de temps avant qu’elle ne décroche un nouveau rôle dans une série. Elle prend donc à l’évidence le temps de s’occuper de sa famille avec l’arrivée de son fils et tourne dans quelques films, dont Into The Storm (Black Storm, 2014), film catastrophe avec Richard Armitage qui fut un succès financier (il a triplé son budget), mais pas critique.

Sara fait de la résistance

Cela nous conduit à Colony, série USA Network lancée en janvier 2016 et diffusée en France sur TF1. Cette dernière s’inscrit dans la nouvelle politique de cette chaine du câble basique qui est en plein rebranding.

Création de Carlton Cuse et Ryan J. Condal, Colony nous entraine dans un Los Angeles dystopique où les extra-terrestres sont arrivés sur Terre et ont pris le contrôle en érigeant des murs qui divisent les habitants. À Los Angeles, Will Bowman (Josh Holloway) est forcé de travailler pour l’occupant après s’être fait arrêter alors qu’il tentait de passer un mur pour retrouver son fils de 12 ans qu’il n’a pas revu depuis le début de l’occupation. Sarah Wayne Callies incarne Katie Bowman, la femme de Will qui est aussi membre de la résistance.

C’est là où nous en sommes aujourd’hui. Renouvelée pour une saison 3, on retrouvera l’actrice l’année prochaine au sein des nouveaux épisodes de Colony. Avant cela, elle apparaitra dans The Long Road Home, série de National Geographic qui revient sur l’embuscade de la 1re division de cavalerie américaine en 2004 à Bagdad durant la guerre en Irak, aujourd’hui appelé « Black Sunday ».

dodger. stadium. #lookma!

A post shared by Sarah Wayne Callies (@sarahwaynecallies) on

 

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire