15 séries britanniques qu’il fallait voir en 2018

Comme le veut maintenant la tradition, on tourne la page 2018 en faisant un petit tour d’horizon non exhaustif de ce que la télévision britannique nous a offert au cours des douze mois venant de s’écouler. Avec naturellement plus d’une centaine de séries qui furent diffusées, cette sélection se repose à la fois sur ce qui a marqué le petit écran et ce qui nous a emportés personnellement.

Si les amateurs de comédies n’y trouveront pas leur compte, la sitcom se faisant discrète ses dernières années sur le sol britannique (elle n’a pas pour autant disparu), le thriller est à l’honneur sous toutes ses formes. On vogue entre drame familial, politique et exploration historique, qui ont assuré de belles heures télévisuelles.

Sans plus tarder, voici les 15 séries britanniques qu’il fallait voir selon nous. La liste est triée par ordre alphabétique.

Black Earth Rising (BBC Two)

Créateur de The Shadow Line et The Honourable Woman, une création de Hugo Blick est toujours un petit évènement en soi à la télévision britannique. Le scénariste et réalisateur anglais ne déçoit pas le moins du monde avec Black Earth Rising, thriller en 8 épisodes qui revient sur le génocide rwandais — qui a eu lieu en 1994. Plus précisément, nous suivons Kate Ashby (Michaela Coel), une survivante qui était trop jeune à l’époque pour se souvenir de ce qui s’est produit, mais qui a été marquée à vie par ces évènements. Elle a été adoptée par Eve Ashby (Harriet Walter), une avocate anglaise, et n’a donc pas grandi dans son pays. Quand un général tutsi qui aida à mettre un terme au génocide est arrêté et qu’Eve se retrouve à devoir plaider contre lui, Kate ne comprend pas ce qui se passe. Ce qui va suivre la plongera dans une confusion encore plus grande. Avec l’aide de l’avocat Michael Ennis (John Goodman) et de la politicienne rwandaise Alice Munezero (Noma Dumezweni), elle part alors à la recherche de la vérité qui la poussera à en découvrir plus sur elle-même et son pays d’origine. En savoir plus.

Bodyguard (saison 1 – BBC One)

Au même titre qu’Hugo Blick, Jed Mercurio est devenu un scénariste incontournable du petit écran anglais grâce à l’excellente Line of Duty dont on attend chaque saison avec impatience. D’ailleurs, Bodyguard ne manque pas de points communs avec la série phare de BBC, mais elle possède ses propres ambitions en nous plongeant dans un monde politique où — sans surprise — l’arrivisme est omniprésent et une idée peut coûter la vie à des millions d’autres. Le principe étant que le danger peut venir de n’importe où et que personne n’est à l’abri. Cette saison en 6 épisodes s’intéresse plus précisément à une garde rapprochée sous haute tension. Après un acte d’héroïsme, le garde du corps David Budd (Richard Madden) se voit confier comme mission d’assurer la sécurité de la secrétaire d’État à l’Intérieur, Julia Montague (Keeley Hawes). Une politicienne qui représente tout ce qu’il déteste alors même qu’il se trouve — à l’insu de ses supérieurs — dans une position psychologique fragile, souffrant d’un trouble de stress post-traumatique. David Budd est alors autant un danger pour lui-même que pour celle qu’il doit protéger. En savoir plus.

The Cry (BBC One)

Les britanniques aiment les thrillers sur le petit écran et ce n’est pas 2018 qui nous fera dire le contraire, vu que l’on continue dans le registre avec The Cry. Cette Adaptation du bestseller éponyme d’Helen FitzGerald écrite par Jacqueline Perske suit de jeunes parents, Joanna (Jenna Coleman) et Alistair (Ewen Leslie), traversant la pire épreuve de leur vie. Un soir, à une station-service au milieu du désert australien, Noah, leur petit garçon de quatre mois disparaît. Alors qu’autour d’eux se déploient un gigantesque engrenage médiatique et une intrusive enquête policière, le couple meurtri se dévoile et des secrets refont surface. Loin d’être un simple drame familial, The Cry est un excellent thriller qui n’a pas peur d’apporter une bonne dose de sous-textes sociaux et une analyse fine des facettes les plus sombres de l’être humain. En savoir plus.

Derry Girls (saison 1 – Channel 4)

À chaque année, sa comédie britannique. Après This Country en 2017, c’est Derry Girls qui s’impose clairement comme la sitcom qu’il fallait regarder.  Cette création de Lisa McGee, librement basée sur sa jeunesse, suit le quotidien d’un groupe d’amies et de leurs proches à (London)Derry, une ville d’Irlande du nord durant les années 90, pendant « Les Troubles ». Se composant de 6 épisodes, la série cherche à faire rire dans un contexte spécifique, montrant que la vie continue même en plein conflit. Sa période historique la dote d’éléments spécifiques lui octroyant une identité propre. Elle mélange dès lors page d’histoire et banalités de la vie adolescente et familiale avec succès. En savoir plus.

Harlots (saison 2 – Hulu)

Après une saison 1 réussie, Harlots confirme avec une saison 2 qui continue à exploiter ses problématiques féminines avec la même verve qu’auparavant. On retourne dans le Londres Géorgien aux côtés de Margaret Wells (Samantha Morton), femme à la tête d’un bordel. Sa rivalité avec son ennemie Lydia Quigley (Lesley Manville) s’intensifie lorsque sa fille, Charlotte Wells (Jessica Brown Findlay) rejoint la maison de cette dernière et se lie d’amitié avec la socialite Lady Fitz (Liv Tyler). En parallèle, sa sœur Lucy (Eloise Smyth) séduit Lord Fallon (Ben Lambert) qui est prêt à payer pour l’avoir rien que pour elle. Margaret Wells et Lydia Quigley vont ainsi s’opposer jusqu’à tenter de complètement éliminer leur adversaire de l’échiquier dans cette saison 2 qui maitrise à la perfection les codes du soap, sublimée par des costumes qui injectent de la vie et de la couleur et rythmée par des dialogues acérés et un impeccable sens de l’imagerie. En savoir plus.

Humans (saison 3 – Channel 4)

Les Synths de Channel 4 n’ont plus rien à envier au modèle original suédois. Dans cette saison 3, les synths éveillés veulent intégrer la population civile, mais leur situation est précaire. Pour survivre, ils restent dans des camps clôturés autant pour leur protection que pour celles des humains. Alors qu’une nouvelle génération de robots fut produite pour les remplacer, ils peinent à être acceptés pour ce qu’ils sont. La série a toujours plus de choses à dire, dont présentement la désobéissance civile, et prend des risques intéressants pour faire progresser les intrigues. Elle le fait d’une manière qui rend le visionnage toujours plus addictif et émotionnel. En savoir plus.

Killing Eve (saison 1 – BBC America)

Après Fleabag, Phoebe Waller-Bridge donne vie à un thriller d’espionnage 100% féminin où le jeu du chat et de la souris se renverse constamment, pour notre plus grand plaisir. Au centre, nous avons deux femmes, Eve Polastri (Sandra Oh), agente du MI5 brillante, mais coincée dans un travail qui l’ennuie, loin du glamour que son métier lui inspirait au départ ; et Villanelle (Jodie Comer), tueuse tout aussi douée, mais un brin sociopathe. Lorsque leurs chemins se croisent, ce qui devait être une simple mission pour toutes les deux prendra une ampleur et une obsession personnelle qui dépasse leur contrôle… Il en résulte une première saison en huit épisodes sobre, élégante et intense. En savoir plus.

Kiri (Channel 4)

Jack Thorne possède un don certain pour aborder des sujets sérieux et difficiles sans pour autant se laisser consumer par la noirceur des thématiques. Kiri en est encore une belle illustration. Cette série en 4 épisodes prenant place à Bristol se centre sur le kidnapping (et ce qui en découle) d’une fille noire de 9 ans qui vit avec sa famille adoptive. Il en ressort un drama humain émotionnel non dépourvue d’humour portée avec brio par Sarah Lancashire dans la peau de Miriam, une assistante sociale et alcoolique fonctionnelle qui rappelle le besoin d’avoir un sens de l’humour pour pouvoir survivre au jour le jour à son activité (et aux pires tragédies de la vie). En savoir plus.

The Last Kingdom (Saison 3 – Netflix)

Uhtred de Bebbanburg (Alexander Dreymon) a repris les armes sur Netflix pour une saison 3 de The Last Kingdom, toujours pris entre ses convictions et ses allégeances. Alors qu’Alfred voit sa santé se détériorer et craint pour sa succession, son royaume est menacé par les Danois ainsi que par d’ambitieux « alliés ». Les conflits se multiplient au cours de cette saison 3, que ce soit entre Uthred et ceux qui l’entourent ou tout simplement pour l’Angleterre pour mieux analyser la notion de famille et d’héritage au sein de 10 épisodes navigant entre exploration socio-historique, humour et des batailles enivrantes. La destinée d’Uther n’en est que plus captivante à suivre saison après saison. En savoir plus.

The Little Drummer Girl (BBC One)

Quand Charlie (Florence Pugh), une jeune actrice, est recrutée par Gabi Becker (Alexander Skarsgârd), un agent du renseignement israélien lors d’un séjour en Grèce, elle va alors faire partie d’un complot orchestré par Martin Kurtz (Michael Shannon) qui va l’entraîner dans un jeu de dupes plus dangereux qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Mini-série scénarisée par Claire Wilson et Michael Lesslie qui a été réalisée par Park Chan-Wook, The Little Drummer Girl est une œuvre aboutie et intéressante, une mini-série qui a déjà tout d’une des plus grandes, tant par son esthétisme que par son récit, ses personnages et sa vision singulière et essentielle. En savoir plus.

The Long Song (BBC One)

Neuf ans après Small Island, cette nouvelle adaptation d’un livre d’Andrea Levy (intitulé Une si longue histoire en France) démarre sur les mémoires d’une vieille Jamaïcaine. Elle nous narre les dernières heures de l’esclavage à travers July (Tamara Lawrance), une jeune esclave un peu effrontée dans une plantation de canne à sucre. Prise dans le mouvement de libération des noirs, elle va se retrouver dans un triangle amoureux entre sa maîtresse tyrannique et un maître amoureux. The Long Song est une mini-série de qualité qui ne tente pas de montrer un renversement radical, mais d’en analyser les impacts sur les destins de personnages tous plus intéressants les uns que les autres.  En savoir plus.

Mrs Wilson (BBC One)

En 1963, Alexander « Alec » Wilson (Iain Glen) est victime d’une crise cardiaque et laisse derrière lui sa femme Alison (Ruth Wilson) et deux enfants. Mais pas seulement… Lors des préparatifs de l’inhumation, une inconnue sonne à la porte. C’est Mme Wilson, première du nom qui réclame le corps de son mari, dont elle dit n’avoir jamais divorcé. En déroulant le fil de ses mensonges, Alison va découvrir un tout autre visage de l’homme qu’elle aimait et remettre cause jusqu’à ses convictions les plus profondes. Ce récit en trois épisodes basée sur une histoire vraie est alors un magnifique portrait de famille, une histoire d’espionnage aux rebondissements toujours plus improbables et un drame historique soigné. En savoir plus.

Ordeal By Innocence (BBC One)

BBC One continue de revisiter l’oeuvre d’Agatha Christie et marque le coup avec cette adaptation de Témoin Indésirable. Tout commence avec la riche héritière Rachel Argyll (Anna Chancellor) qui est retrouvée morte d’un coup sur la tête chez elle, où elle vivait avec son époux Leo (Bill Nighy), ses cinq enfants adoptés — Mary, Mickey, Jack, Tina et Hester — et leur gouvernante, Kirsten. Avec ses empreintes sur l’arme du crime et aucun autre suspect, Jack est arrêté pour le meurtre de sa mère et tué en prison avant le procès. 18 mois plus tard, tandis que Leo se trouve sur le point de se remarier avec Gwenda, sa secrétaire, un homme nommé Arthur Calgary, arrive au domicile familial et clame pouvoir fournir un alibi à Jack. Qui est cet étranger et s’il dit la vérité, qui est alors le meurtrier ? La série décrypte les rapports de force, la place de la figure parentale, les abus psychologiques et les manipulations pour le bien des apparences, le tout élevé par un excellent casting, l’esthétique verdoyante et les couleurs chaudes venant contrebalancer la noirceur pour mieux jouer avec les apparences que la famille cherche à maintenir. En savoir plus.

Patrick Melrose (Sky Atlantic)

Version fictionnelle de l’auteur Edward St Aubyn, Patrick Melrose (Benedict Cumberbatch) est  un aristocrate en proie à ses traumatismes d’enfance et ses addictions dans cette mini-série en 5 épisodes qui nous emmènent dans le New York dans les années 80, la France des années 60 ou encore en Grande-Bretagne au début des années 1990 et 2000. Se concentrant à chaque épisode sur un moment spécifique de la vie de son protagoniste, la série donne forme à un tourbillon émotionnel qui se révèle à la fois excitant et douloureux. Patrick Melrose s’impose comme une œuvre poignante et troublante qui traite avec intelligence et réalisme de l’addiction et des traumas familiaux. En savoir plus.

A Very English Scandal (BBC One)

Basée sur des faits réels qui rappelle que la réalité est souvent plus étrange que la fiction, A Very English Scandal profite de la plume aiguisée de Russell T Davies et du talent de ses deux têtes d’affiches — Hugh Grant et Ben Whishaw — pour s’imposer comme une brillante farce politique aussi divertissante que révélatrice sur la nature humaine et notre société. Nous sommes dans les années 60 en Angleterre. Jeremy Thorpe est un ambitieux politicien libéral qui peut emmener son parti dans les hauteurs. Élégant, charmant, intelligent, manipulateur et effronté, Thorpe ne peut néanmoins pas tout contrôler, à l’image du jeune Norman avec qui il va entretenir une relation homosexuelle dans une Angleterre où cela est encore illégal. Leur histoire ne cessera de venir se rappeler à l’un ou à l’autre et nous fera traverser deux décennies à un rythme effréné. C’est une critique sociale acerbe, une représentation des mœurs et des classes qui résonne encore de nos jours où l’absurde et la tragédie se rencontrent devant la porte de l’amour. En savoir plus.

Et vous, quelles sont vos séries britanniques de 2018 ?

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link