10 séries dont vous ignorez peut-être l’existence #PeakTV

23 Fév 2018 à 15:00

Selon FX Networks, 487 séries furent diffusées en 2017 — contre 455 en 2016. Un chiffre qui ne cesse de grossir à cause de la production des services de streaming. Plus que jamais, il y en a pour tout le monde et certains vous diront même qu’il y en a trop. Il est en tout cas aisé de se perdre au milieu de cette offre massive et d’ignorer même l’existence de certaines séries.

En l’honneur du #PeakTV, voici une sélection de 10 séries qui se fondent à leur manière dans la masse des séries. Vous en regardez peut-être même qui sont présentes dans cette liste. Elles sont animées, anthologiques, comiques et dramatiques. Elles ne sont qu’un échantillon de ce que la télévision nous propose.

Animals. (HBO, 2016)

Création animée de Phil Materese et Mike Luciano, Animals est la dernière série animée de HBO connue pour son humour noir et vulgaire. L’histoire suit différents animaux en ville, nous relatant leurs interactions entre eux mais aussi avec le monde humain. Raconté sous la forme de vignettes, les histoires sont là pour méditer sur l’expérience humaine vue à travers l’oeil animal.

Baskets (FX, 2016)

Bien qu’ayant su attirer l’oeil et faire un peu parler d’elle en se retrouvant nommé aux Emmy Awards (avec Louie Anderson ayant gagné en tant que meilleur acteur de second rôle dans une série comique), Baskets est une comédie FX assez discrète dans son registre. Elle nous parle de Chip Baskets (Zach Galifianakis), un homme vivant à Bakersfield qui a décidé de poursuivre contre toutes attentes son rêve. Il tente ainsi de devenir un clown respecté. Malheureusement pour lui, il ne réussit pas à devenir un diplômé de la prestigieuse école parisienne de Clowns. Le seul travail qu’il parvient à décrocher se trouve être auprès du rodéo local.

Detroiters (Comedy Central, 2017)

South Park, Broad City, Another Period… Comedy Central possède des comédies qui savent faire parler d’elles. Et d’autres qui se fondent plus dans la masse comme c’est le cas de Detroiters. Cette comédie produite par Lorne Michaels et Jason Sudeikis suit Sam (Sam Richardson) et Tim (Tim Robinson), deux publicitaires sans argents, connections ou talents, mais qui ont de grandes ambitions. Ils veulent créer un empire pour redorer l’image de Detroit.

Get Shorty (Epix, 2017)

Get Shorty a su faire un peu parler d’elle à son lancement. C’était à l’évidence le but d’Epix en choisissant d’adapter un roman d’Elmore Leonard (ayant déjà connu une adaptation cinématographique) en compagnie de Chris O’Dowd et Ray Romano. Elle n’a pas fait de vagues pour autant dans ce paysage télévisuel surchargé. L’histoire nous parle de Miles Daly (O’Dowd), un tueur à gages du Nevada qui tente de devenir producteur de films à Hollywood afin de laisser derrière lui son passé de criminel et de reconnecter avec sa famille. Il rencontre alors Rick Moreweather (Romano), un producteur désespéré qui devient son partenaire et guide. Avec son collègue criminel Louis (Sean Bridgers), Miles tente d’empêcher ses deux mondes d’entrer en collision.

The Guest Book (TBS, 2017)

Les anthologies sont aujourd’hui partout, même sur TBS. Nous venant du créateur de My Name is Earl et Raising Hope, The Guest Book se focalise sur les occupants d’une location de vacances dans la ville de Mount Trace. On retrouve donc les résidents du coin à chaque épisode qui se concentre sur un invité différent qui est donc un vacancier de passage.

I’m Sorry (TruTV, 2017)

TruTV s’est lancée il y a 2 ans de cela dans la série scriptée avec Those Who Can’t (qui arrive prochainement en France sous le titre Les Pires Profs). La chaine a donc choisi de continuer de s’étendre dans le domaine avec I’m Sorry, sitcom nous venant d’Andrea Savage (Veep, iZombie) qui tient également le premier rôle. On suit donc Andrea, épouse, mère de famille et scénariste qui expose ses névroses dans les situations les plus improbables qui soient.

Patriot (Amazon, 2015)

Lorsqu’Amazon a décidé de se mettre à proposer des séries, elle l’a fait avec un twist : le service mettait en ligne des pilotes et les abonnés votaient. Patriot faisait donc partie d’une vague de pilote de 2015 et il aura fallu attendre 2017 pour découvrir la première saison. Un délai qui a pu aisément participer à faire oublier l’existence de la série. Cette création de Steven Conrad (The Secret Life of Walter Mitty) sui les péripéties de l’espion John Tavner (Michael Dorman) qui a pour mission d’empêcher l’Iran d’obtenir la bombe atomique. Pour ce faire, il se fait passer pour un employé d’une entreprise de fabrication de tuyaux du Midwest qui se rend sur place pour négocier un contrat.

The Quad (BET, 2017)

Avec une saison 2 en cours de diffusion, pas de doute que The Quad a trouvé son public sur BET. Par contre, pas de doute que les critiques l’ont simplement zappé – avec juste 7 critiques pour la saison 1 sur Rotten Tomatoes (toutes positives, au moins). Cette création de Felicia D. Henderson et Charles Holland nous entraine au sein de l’université (fictionnelle) de Georgia A&M. Nous suivons la Dr Eva Fletcher (Anika Noni Rose) qui vient de prendre ses fonctions à la tête de l’école qui est alors au bord de la banqueroute, tout en gérant la fin de son mariage et sa fille adolescente en pleine rébellion.

There’s … Johnny! (Hulu, 2017)

Initialement annoncée pour l’été 2017, l’arrivée de There’s… Johnny! fut repoussée lorsque le service de streaming Seeso a ferme ses portes. La série a été sauvé par Hulu qui l’a ainsi mise en ligne en novembre dernier. Cette création de Paul Reiser et David Steven Simon nous entraine dans la vie d’Andy (Ian Nelson), un jeune homme de 19 ans venant du Nebraska qui arrive à New York où il se retrouve presque par accident à travailler pour le Tonight Show animé par Johnny Carson. Il rencontre alors Joy (Jane Levy), une coordinatrice sur l’émission. Ensemble, ils essaient de naviguer dans cet univers particulier et de prouver leur valeur.

9JKL (CBS, 2017)

S’il est naturellement plus aisé de passer à côté d’une série diffusée sur une petite chaine du câble par exemple, cela ne signifie pas que le phénomène ne peut pas affecter d’une certaine manière les networks. Prenons l’exemple de 9JKL que vous avez peut-être regardé mais qui n’était pas encore terminé qu’on pouvait déjà avoir oublié qu’elle était en diffusion. Cette comédie, inspirée par la propre expérience de sa tête d’affiche Mark Feuerstein, s’intéresse à un homme qui vit à l’appartement 9L dans l’immeuble où il a grandi, pris en sandwich entre l’appartement de ses parents 9J et celui de son frère, sa belle-soeur et leur bébé, au 9L. Il tente alors tant bien que mal d’imposer des règles pour sa famille bien intentionnée mais intrusive.

Les avez-vous vu ? Dites-nous quelle(s) discrète(s) série(s) vous aimez ?

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link