16 séries pour explorer la politique américaine

15 Nov 2017 à 12:00

The West Wing

Entre comédies et drames, grands networks et services de VOD, il n’y a jamais eu autant de séries TV politiques de diffusées en même temps sur le petit écran américain.

Le genre n’est bien entendu pas nouveau et il est loin d’être réservé à la télévision américaine. Cela dit, c’est sur celle-ci que l’on se concentre aujourd’hui avec une liste rassemblant plus d’une dizaine de séries qui nous proposent de plonger aussi bien dans les coulisses du pouvoir local que dans les couloirs de la Maison-Blanche.

Madam Secretary (CBS, 2014-…)

Série politique avec une pointe d’espionnage et une dose de dramédie familiale, Madam Secretary nous parle d’Elizabeth McCord (Tea Leoni), une ancienne analyste de la CIA qui se retrouve au poste de Secrétaire d’État. Cette création de Barbara Hall s’aventure dans les méandres de la politique internationale à une époque où la puissance américaine est chancelante et cherche à y poser un visage humain – voici 5 bonnes raisons de la regarder.

The Mayor (ABC, 2017-…)

Comédie s’inscrivant dans la succession de Parks & Recreation sur certains aspect, The Mayor se centre sur Courtney Rose (Brandon Micheal Hall), un rappeur qui rencontre des difficultés à trouver le succès et qui devient candidat pour le poste de maire de Fort Grey, une ville de Californie, afin de se faire un peu de publicité. À la surprise de tout le monde, il remporte l’élection. Cela nous entraine donc dans les coulisses du pouvoir local avec une bonne dose d’humour.

House of Cards (Netflix, 2013-…)

Fer de lance de l’offre séries de Netflix, House of Cards est également devenue la référence moderne de la série politique à l’américaine. Cette adaptation de l’œuvre britannique éponyme nous raconte comment Frank Underwood (Kevin Spacey), avec l’aide de sa femme Claire (Robin Wright), va grimper les marches du pouvoir. Manipulations, meurtres, corruptions, chantages, tout est bon pour les Underwood afin qu’ils puissent atteindre leur but : le bureau ovale.

Designated Survivor (ABC, 2016-…)

Comme dans Commander in Chief, Tom Kirkman (Kiefer Sutherland) se retrouve Président de manière inattendue dans Designated Survivor. Le gouvernement américain est détruit par une explosion le soir du discours de l’Union. Le président et toutes les personnes présentes (ou presque) y trouvent la mort. Un évènement qui propulse Kirkman, alors designated Survivor, dans la position de leader d’une nation fragilisée et au bord de l’implosion. Cela donne The West Wing: Conspiration.

Veep (HBO, 2012-…)

Alors qu’il terminait The Thick of It en Angleterre, Armando Iannucci lançait sa cousine américaine, une nouvelle série politique satirique sans concession : Veep. L’histoire suit les péripéties hilarantes de la vice-présidente américaine Selina Meyer (Julia Louis-Dreyfus) alors qu’elle se bat pour exister politiquement au sein du gouvernement.

Alpha House (Amazon, 2013-…)

Comme Netflix, Amazon se lança dans la production de séries originales en s’aventurant dans la politique. La différence est qu’Alpha House est une comédie signée par Garry Trudeau (également scénariste de Tanner ’88). L’histoire suit quatre sénateurs républicains (John Goodman, Clark Johnson, Matt Malloy, Mark Consuelos) qui cohabitent ensemble à Washington D.C. et qui tentent de faire leur travail afin de servir leurs électeurs et leur parti politique, ce qui est bien souvent incompatible.

The West Wing (NBC, 1999-2006)

The West Wing est LA référence de la série politique à l’américaine. Cette création d’Aaron Sorkin a laissé son empreinte sur le petit écran US, mais a également influencé les productions étrangères – sans oublier qu’elle a été couverte de récompenses. De plus, elle a très certainement inspiré quelques personnes à faire carrière. Plus besoin de la présenter, mais faisons-le quand même rapidement : c’est la vie dans l’aile ouest de la Maison-Blanche, là où l’équipe du Président Bartlet travaille à faire passer des lois et à gérer des crises.

Parks and Recreation (NBC, 2009-2015)

Parks & Recreation, c’est la politique à la petite échelle, puisque cela se passe au cœur du département parcs et loisirs (pour traduire) de la petite ville de Pawnee dans l’Indiana. En apparence, elle ressemble plutôt à une comédie de bureau, mais plus elle avance et plus elle plonge régulièrement du côté de la satire politique. Les ambitions de Leslie Knope (Amy Poehler) nous entraineront ainsi au cœur du gouvernement local, puis fédéral – et voici 5 bonnes raisons de la regarder.

Boss (Starz, 2011-2012)

Chicago est réputée pour son histoire avec la corruption, mais ce n’est pas cela que nous montre Boss, même si elle nous plonge dans les coulisses de la mairie. Ici, il est question de froides manipulations et de contrôle, et ce, à différents échelons. C’est une plongée en eaux troubles sans concession auprès du maire tout puissant Tom Kane (Kelsey Grammer) qui montre ce que c’est que le réel pouvoir politique et ce que sont prêts à faire ceux qui veulent le conserver (ou le prendre).

Boss - L'intégrale de la série : Saisons 1 et 2
List Price: EUR 30,08
Price: EUR 24,90
You Save: EUR 5,18
Price Disclaimer

Commander in Chief (ABC, 2005-2006)

Et si, par accident ou presque, une femme (jouée par Geena Davis) devenait soudainement le Présidente des États Unis d’Amérique. C’est le point de départ de Commander in Chief, une série politique dont l’un des plus gros problèmes est l’absence de conviction politique de son héroïne — à croire que quelqu’un ne voulait pas prendre trop de risques. Avec en plus un timing qui encourageait une comparaison peu flatteuse avec The West Wing, Madame la Présidente n’est pas restée longtemps en poste.

Tanner ’88 (HBO, 1988)

Le mockumentaire politique n’est pas une nouveauté sur HBO, puisqu’elle diffusa en 1988 une mini-série de ce genre. Tanner ’88 était réalisée par Robert Altman et nous plongeait dans les primaires du parti démocrate américain auprès du candidat Jack Tanner. Une suite a vu le jour en 2004 sous la forme d’un film indépendant, Tanner on Tanner, toujours réalisé par Altman qui suivait la fille de Tanner (Cynthia Nixon) alors qu’elle faisait elle-même un doc sur les élections de 1988.

K Street (HBO, 2003)

Encore sur HBO, mais cette fois avec une approche totalement expérimentale. Créée par Steven Soderbergh, cette série mélange réalité et fiction de façon extrême, puisque les épisodes étaient tournés quelques jours avant la diffusion pour coller au maximum à l’actualité. De plus, il y avait aussi bien des acteurs que des véritables hommes politiques devant la caméra. K Street est juste quelque chose de différent.

Spin City (ABC, 1996-2002)

Sitcom à succès, Spin City nous plongeait dans la vie de la mairie de New York. Ce n’est pas véritablement une série politique (plus une comédie de bureau), mais les petits tracas professionnels animaient tout de même les journées de Mike Flaherty (Michael J. Fox) — puis de Charlie Crawford (Charlie Sheen) — qui devait gérer le sympathique, mais pas toujours très compétent, maire Randall Winston (Barry Bostwick).

The Bold Ones: The Senator (NBC, 1970-1971)

The Bold Ones était un titre qui regroupa 4 séries différentes dont 3 étaient tirés de téléfilms, comme c’est le cas avec The Senator. Hal Holbrook était le Sénateur Hays Stowe, un politicien très idéaliste qui se battait pour améliorer la société et l’environnement dans lesquels il vivait. Malheureusement, malgré le soutien de ses poches, ses opposants étaient bien souvent connectés et il devait vraiment se battre fermement pour ce qu’il croyait. En plus du téléfilm, il y a eu 8 épisodes, ce qui fut suffisant pour lui apporter 9 nominations aux Emmy Awards (elle gagna 5 statuettes).

The Wire (HBO, 2002-2008)

Techniquement, The Wire n’est pas un drama politique, mais plus une série policière. Elle évolua cependant pour ajouter durant sa troisième saison une composante politique majeure avec l’introduction de Tommy Carcetti (Aidan Gillen), un politicien qui nous entrainera dans les entrailles de l’administration publique de Baltimore. On a ainsi droit à des élections, mais surtout, à l’avant et à l’après, montrant les limites du pouvoir politique à plusieurs niveaux dans une ville de ce genre.

Mister Sterling (NBC, 2003) et les autres

Comme Hal Holbrook, Josh Brolin a joué un sénateur idéaliste pour le petit écran, mais sans rencontrer le même succès. Créée par Lawrence O’Donnell, producteur et scénariste sur The West Wing, Mister Sterling a rapidement disparu de l’écran pour être aussi vite oubliée, et elle n’est pas la seule série politique à avoir connu l’annulation sans trop perdre de temps. On a ainsi pu croiser William Katt en représentant du congrès dans Top of the Hill (CBS, 1989), Patty Duke en Présidente des USA dans Hail to the Chief (ABC, 1985) et encore Kevin Hooks en jeune maire de 25 ans dans He’s The Mayor (ABC, 1986) – les deux dernières étaient avant tout des comédies.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link