D’anciennes séries découvertes en 2015 ? En voici 5 que les membres de Critictoo ont finalement regardées

Rattrapage FNL, The Shield et Nathan Barley

Il y a quelques années de cela, il était bien plus facile de regarder tout ce qui paraissait mériter d’être vu. Vous savez, avant que l’on ait le choix entre plus de 350 séries par an. Malgré tout, il y avait des séries produites avant notre temps et il est finalement aisé de passer contre toute attente à côté d’un show qui gagnait à être découvert.

À Critictoo, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour essayer de ne pas nous laisser dépasser par tout ce qui est diffusé chaque semaine, mais nous prenons tout de même le temps à l’occasion de donner une seconde chance à une vieille série que l’on a abandonnée trop vite ou de simplement en regarder une qui nous est fortement recommandée. On tente aussi de voir quelques classiques.

Voici donc 5 séries que nous avons rattrapées cette année. Et vous, quelles sont la ou les séries que vous avez finalement pris le temps de regarder ? était-elle à la hauteur de sa réputation ?

Friday Night Lights

Friday Night Lights, vue par Nicolas

Passionné de sport depuis ma tendre enfance, j’ai toujours adoré les séries portant sur le sujet. Ma première série a d’ailleurs été One Tree Hill. Je me suis donc tourné vers Friday Night Lights, série contant les aventures de la ville fictive de Dillon, Texas, où tout tourne autour du football américain. Si vous aimez l’esprit d’équipe, la ferveur qui s’empare d’une ville lorsqu’un match se prépare, la beauté de l’effort, jetez-vous sur cette série. Si le sport n’est pas votre tasse de thé, ne renoncez pas pour autant. La série dépeint de nombreux personnages tous plus intéressants les uns que les autres, des adolescents aux parents. C’est juste, réel et pertinent. Et bien entendu, il y a Coach Taylor. Homme droit, bon et encore pourvu de pleins de qualité — dont la compréhension des femmes ne fait pas partie – il élèvera la série à chacune de ses apparitions, à chacun de ses discours et vous laissera ces six mots dans votre tête : Clear eyes, full hearts, can’t lose.

Profit

Profit, vue par Thomas

Attiré par l’aura culte de cette série et ayant trouvé le coffret intégral en promo, je me suis dit qu’il était temps de plonger dans cette œuvre soi-disant malsaine et incontournable. Profit a sans doute été précurseur de nombre de cable drama amoraux et cyniques. Dexter Morgan, Walter White, Vic Mackey et consorts doivent sans doute, de près ou de loin, leur existence a Jim Profit, enfant maltraité par la société et qui va lui rendre la monnaie de sa pièce devenu adulte. Une chronique ultra courte (8 épisodes produits et pas tous diffusés par FOX en 96) sur la violence du monde, et notamment du capitalisme, qui passe chaque seconde de son existence à marteler avec intelligence le dicton « kill or be killed« . Trop en avance sur son temps pour être en plus diffusée sur un grand network, Profit conserve une grande fraicheur malgré sa – déjà – vingtaine d’année d’existence et permet de découvrir Adrian Pasdar dans un rôle magnétique, celui qui l’a révélé…

Nathan Barley

Nathan Barley, vue par Carole

Lorsque l’on parle de Charlie Brooker en France, il est question de Black Mirror et occasionnellement de Dead Set. Avant cela, le scénariste marquait le petit écran anglais avec l’aujourd’hui cultissime Nathan Barley qu’il a co-écrit avec Chris Morris. Entre son statut et sa courte durée (6×26 minutes), c’était un peu ridicule de ne pas avoir pris le temps jusque-là de la regarder. Œuvre tragiquement visionnaire se présentant comme une satire de la vie de ceux qu’on appellera plus tard des hipsters – dans son sens le plus négatif possible –, Nathan Barley nous offre le portrait de la vie de créatifs au cours d’une période de bouleversements sociaux et technologiques rapides. Dan Ashcroft se bat contre les idiots, dans lesquels se trouve Nathan Barley, mais ne peut pas vraiment gagner. Notons qu’au casting, aux côtés de Nicholas Burns, Julian Barratt et Claire Keelan, on croise aussi Ben Whishaw (qui ne parle quasiment pas) ou encore Benedict Cumberbatch. Dix ans après sa première diffusion, Nathan Barley reste une œuvre incontournable de la télévision britannique qui a pris quelques rides sur le plan de l’image, mais pas une seule sur son sujet — bien au contraire.

All in the Family

All in the Family, vue par Fabien

Comme tous sériephiles, j’essaie de trouver le temps pour jeter un coup d’œil aux séries dites classiques. All in the Family est l’une d’entre elles, comme vous le savez, mais pas forcément la plus connue et accessible en France. Il faut dire qu’elle a techniquement beaucoup vieilli – pour ne pas dire que c’est un peu moche. L’écriture par contre passe bien l’épreuve du temps et si les histoires de ce macho raciste d’Archi Bunker et de sa famille approche des 45 ans, il est triste de constater comment elles peuvent parfois sonner si contemporaines. Chaque épisode ou presque s’efforce de parler de sujets de société et cela fait des étincelles entre Archie et son gendre que tout oppose. C’est souvent intelligent et régulièrement hilarant. Je n’ai trouvé le temps que de regarder une saison, mais je vais certainement poursuivre.

The Shield

The Shield, vue par Maxime

The Shield était cette série un peu obscure pour moi dont j’entendais parler, mais moins que certaines de ses consœurs ayant marquées leur époque (The Wire, Six Feet Under). C’était surtout un pitch un peu étrange : une équipe de flics ripoux jouant des codes de la rue pour servir leurs propres desseins tout en ayant un sens de la justice personnel. Et puis ce fut une claque. The Shield est une œuvre à part. Plus que son univers brutal, plus que cette dense et prenante descente aux enfers, c’est la maestria de l’écriture et de la réalisation qui étonne dans la série de Shawn Ryan. La caméra immersive fait de nous un membre de la Strike Team, mais n’oublie pas de nous pousser à questionner sans cesse les agissements de Vic et des siens. L’action va crescendo tout au long des sept saisons, les trois dernières montant la pression de plusieurs crans pour atteindre une apothéose dans son ultime acte, prouvant que The Shield était pensée comme étant un tout vraiment bien ficelé. The Shield, une très grande série à rattraper d’urgence, si ce n’est pas déjà fait.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link