The Big Bang Theory : Penny, la Girl Next Door devenue sidekick

Depuis bientôt onze saisons, The Big Bang Theory nous offre une palette de personnages hauts en couleur tout en proposant une immersion dans la culture geek. Retour sur l’évolution de l’un de ses protagonistes phares, Penny.

La girl next door ultime

Quand The Big Bang Theory débuta en 2007, on nous proposait de suivre un groupe d’amis geeks quelque peu inadaptés socialement, en prenant pour point d’entrée dans le monde la rencontre entre notre héros, Leonard (Johnny Galecki), et sa nouvelle voisine, Penny (Kaley Cuoco). Dès le début, Penny s’est imposée comme étant la girl next door ultime : belle, drôle, gentille, un peu naïve, mais surtout avec de grands rêves de gloire. La plupart des épisodes mettaient alors en scène Leonard tentant par tous les moyens de séduire sa voisine, malgré les railleries de ses camarades. Le couple était au cœur de la série qui axait ses enjeux majeurs et ses retournements de situation autour des deux personnages, donnant lieu à un Will They/Won’t They efficace, mais très classique du genre.

Quand Leonard n’était pas occupé à la harceler séduire, on suivait Penny dans sa fébrile carrière d’actrice/serveuse au Cheesecake Factory. Celle-ci s’est vite révélée être un personnage incroyablement attachant, car tout autant empreint de doutes que le commun des mortels.

Monsieur et Madame Hofstadter

Même si Leonard et Penny sont présentés comme formant la relation centrale du show, c’est paradoxalement aux côtés de Sheldon (Jim Parsons) que Penny révèle tout son potentiel. Il faut dire que l’alchimie entre les deux acteurs crève l’écran et que la relation fraternelle qui se noue entre eux est aussi inattendue que salvatrice. Penny pousse Sheldon en dehors de sa (minuscule) zone de confort, alors que lui teste sans cesse la patience de sa voisine en la faisant grandir par la même occasion.

Le problème, c’est que depuis le moment où Leonard et Penny se sont dit oui, cette dernière n’a cessé de s’effacer petit à petit. On a l’impression que les scénaristes ne savent plus quoi raconter sur Penny. Créer du drame dans son couple uniquement pour nourrir les storylines n’est certes jamais une bonne idée, Penny méritant justement d’être un peu plus définie en dehors de sa relation avec Leonard. Bien trop souvent depuis la saison 8, elle n’est plus qu’une extension de celui-ci. L’épisode 11.09 (The Bitcoin Entanglement) nous propose de nous replonger 7 ans plus tôt, au moment de la première rupture du couple. Au lieu d’utiliser cette occasion pour faire un véritable point sur l’évolution de Penny, les scénaristes de The Big Bang Theory se raccrochent aux mêmes éléments que d’habitude, en ne définissant le personnage qu’à travers les yeux de Léonard.

Le changement de carrière de Penny en saison 8 laissait pourtant imaginer de belles histoires pour la suite, mais ce qui en ressort n’est que du potentiel gâché. Les seules tentatives tombent trop souvent à plat, comme The Champagne Reflection (8.10) qui, au lieu de s’intéresser à l’intégration de Penny dans son nouvel environnement, met l’accent sur Bernadette (Melissa Rauch) et son règne de terreur au travail.

Sidekick à ses heures perdues

Aujourd’hui, Penny a donc laissé les devants de la scène aux autres personnages pour embrasser pleinement son rôle de sidekick. Elle est tout de même encore là pour prodiguer des conseils à ses amis, dénigrer Leonard et délivrer des one-liners, certes hilarants la plupart du temps. Son duo avec Sheldon fonctionne toujours aussi bien, mais elle n’est là encore qu’au service de l’intrigue de ce dernier, comme dans The Solo Oscillation (11.13) où il fait appel à sa voisine alors qu’il est dans une mauvaise passe professionnellement parlant.

Les scénaristes sont conscients que Penny est coincée, comme l’illustre l’épisode The Celebration Reverberation (11.11). Cependant, au lieu d’utiliser cette opportunité pour renverser la situation, ils la cristallisent en la présentant comme étant un choix de Penny. Dès lors, le personnage autant que l’actrice paraissent évoluer en mode automatique.

Le traitement de Penny met The Big Bang Theory face à une problématique propre au genre de la sitcom : faire grandir ses personnages, et après ? Comment garder les personnages intéressants et en mouvement dans un genre si attaché au statu quo ? La série a réussi à le faire avec Sheldon, mais semble rencontrer énormément de mal avec Penny. Il semblerait qu’il s’agisse autant d’une panne scénaristique que de paresse.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires