The Detour arrive en France, voici 5 bonnes raisons de la regarder

The Detour

Comme tant d’autres chaines du cable, TBS s’est lancée il y a 2-3 ans dans une révision de sa ligne créative, comprendre que la chaine s’est mise à développer des séries l’éloignant de ce qu’elle était avant – soit l’endroit où on peut voir un épisode de The Big Bang Theory à n’importe quelle heure de la journée. Pour ce faire, il a donc été question de s’éloigner des comédies multi-caméra pour se tourner vers le single.

Cela donna le jour à des shows aussi différents que la parodie déjantée à la Angie Tribeca et autre Wrecked ou de l’étrange Search Party.

Au milieu de tout cela, nous trouvons donc The Detour qui semble, au premier abord, n’être qu’une version série du Vacation d’Harold Ramis (ou de son remake pour les plus jeunes). Le résultat va un peu plus loin que ça et mérite le coup d’œil, en particulier si vous préparez vous-même un road trip en famille.

Voici donc 5 bonnes raisons de jeter un coup d’œil à The Detour :

1. Une famille (pas) comme les autres

L’histoire de The Detour est donc la suivante. Nate (Jason Jones) se fait renvoyer, mais ne le dit pas à sa femme, parce qu’il est persuadé qu’il peut récupérer son travail une fois qu’il aura exposé les malversations de son patron. Il entraine alors Robin (Natalie Zea), Jared (Liam Carroll) et Delilah (Ashley Gerasimovich) sur la route, direction la Floride.

Cette petite famille est étonnement normale au premier abord et, si on excuse quelques excentricités, elle le reste jusqu’au bout. Si Jared n’est pas le garçon le plus futé qui soit, aucun n’a réellement une personnalité gonflée pour des besoins comiques et il y a quelque chose de rafraichissant à voir l’humour ne pas se faire au détriment de l’abruti de la famille… enfin, si on excepte la tante Vanessa (Daniella Pineda) qui n’est pas vraiment du voyage.

2. Sur la route, la vérité est parfois dangereuse

Il y a même un épisode entier qui prouve que, lors d’un road trip, il est préférable d’arranger la vérité un peu, car tout savoir ne cause réellement que des problèmes. Cela dit, quand on est enfermé dans un monospace qui tombe toujours plus en ruine à chaque épisode qui passe et que le voyage semble ne jamais se terminer, la tension monte et la vérité devient un catalyseur humoristique détonnant.

The Detour s’amuse alors à mettre Nate et Robin face à leurs névroses et autres petits mensonges qu’ils se racontent pour rendre le quotidien un peu plus facile. Cela mène à des réactions en chaine qui ont une tendance à devenir hors de contrôle assez rapidement, pour un résultat comique souvent explosif.

3. Le twist mystère

Il y a un mystère au cœur de cette première saison de The Detour, mais il faudra patienté jusqu’à la fin pour le découvrir. En attendant, l’histoire est racontée par Nate qui est interrogée pas une détective, mais nous ignorons donc pourquoi. Si cela n’est que de l’ordre du gimmick par moment, entretenir l’idée que Nate va se retrouver dans une mauvaise situation parvient étrangement à rendre le show plus addictif. Comme un personnage le soulignera à la fin, cette partie de la série nous laisse sur le cliffhanger le plus inattendu qui soit – ce qui donna une saison 2 bien différente, dans le bon sens du terme.

4. L’Amérique dans tous ses états

The Detour est une comédie moderne et elle a des choses à dire. La religion, le second amendement – ou les lois dépassées et arriérées du pays de façon plus générale –, le consumérisme et autres sont discutés. Enfin, ils sont abordés et débattus de manière souvent comique. Certes, ce n’est pas la série qui va faire avancer un débat public, mais cette famille n’a pas peur de livrer quelques arguments bien réfléchis sur des sujets un peu sensibles, ce qui donne à l’ensemble un peu plus de mérite.

5 – Le talent comique de Natalie Zea

Il n’est pas certain que si Amazon avait commandé The Rebels, Natalie Zea aurait brillé pour son talent comique, mais The Detour lui offre du matériel à sa hauteur. Souvent coincée dans des shows très masculins (et violent) où elle est réduite à n’être qu’un accessoire, Natalie Zea trouve dans Robin l’opportunité de s’imposer réellement. Elle n’est pas là que pour remettre Nate (Jason Jones) dans le droit chemin ou pour simplement lui donner des leçons. Bien au contraire, elle est son égale à tous les niveaux et cela signifie qu’elle contribue autant que lui à empirer des situations ou à les désamorcer. Elle est une mère de famille moderne qui prend des risques et qui admet être faillible. Concrètement, Robin est le genre de femme que les scénaristes disent tout le temps qu’ils veulent écrire et Natalie Zea lui offre toute l’énergie qu’elle avait besoin.


Publié en juin 2016, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion de la diffusion de la première saison de The Detour en France sur la chaine Warner TV dès ce 20 décembre à partir de 20h45.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link