Ten (David Tennant) - Doctor Who

Le 10e Doctor va bientôt tirer sa révérence, alors avant de lui faire nos adieux, nous avons décidé de l’honorer une dernière fois, en revenant sur l’héritage qu’il aura laissé. Pour l’occasion nous avons opté pour donner le jour à une sélection d’épisodes, en ne nous arrêtant que sur ce que nous considérons comme le meilleur de cette période de Doctor Who. Si vous trainez dans le coin depuis assez longtemps, vous savez que nous n’avons pas toujours fait l’unanimité sur la question, et notre avis n’a pas changé (oui, oui!).  Devant un avenir qui s’annonce plein de changements et de renouveau, autant conserver le meilleur du passé, et de l’ère de ce Doctor incarné par David Tennant.

Voici donc ce qui pour nous incarne ce qu’il y a eu de mieux en termes d’épisodes au cours des saisons 2 à 4 – special compris, avec un classement très subjectif, réalisé par mes soins (et qui fut difficile, on en convient) :

10 & 9 / Army of Ghosts (2.12) & Doomsday (2.13) – écrit par Russell T. Davies et réalisé par Graeme Harper.

Cybermen Vs. Daleks ayant choisi la planète Terre (et Londres) pour champ de bataille. Un final qui concorde avec le départ de Rose, et qui contient les premiers ingrédients de la démesure de Russell T. Davies. Si ce double épisode occupe la dernière place du podium, c’est avant tout car j’étais assez heureuse de voir partir Billie Piper, et que je n’ai jamais été une fan de la relation entre la compagne et le 10e Doctor. Cet épisode reste rondement mené, jouant pas mal sur l’action et laissant bien peu de répit au spectateur.

8 & 7/ Silence in the Library (4.08) &  Forest of the Dead (4.09) – Ecrit par Steven Moffat et réalisé par Euros Lyn.
Steven Moffat est sans conteste le scénariste le plus plébiscité de Doctor Who (il a aussi ses détracteurs) et si ce double épisode n’est pas mon préféré de sa personne, il reprend les codes que l’auteur nous a imposés au cours des quelques épisodes qu’il a livrés, avec en plus une Alex Kingston vraiment radieuse, et une histoire servie par un décor à mes yeux somptueux.

6 / Blink (3.10) – écrit par Steven Moffat et réalisé par Hettie MacDonald.

Russell T. Davies a instauré le concept des épisodes avec un Doctor quasiment absent, avec Love & Monsters, Moffat l’a magnifié avec Blink, en nous livrant le meilleur épisode de la troisième saison. Sally Sparrow (aka l’actrice montante Carey Mulligan) tente de découvrir ce qui se cache derrière des statues qui se déplacent et cette interdiction de cligner des yeux. Moffat joue sur la répétition d’éléments et sur nos nerfs, et il le fait à merveille.

5 & 4 / Rise of the Cybermen (2.05) & The Age of Steel (2.06) – Ecrit par Tom MacRae et réalisé par Graeme Harper.

Tom MacRae n’aura écrit que ce double épisode pendant l’ère Russell T. Davies (et du 10e Doctor), mais cela ne l’a pas empêché de donné le jour à une histoire où s’entremêle famille (celle de Rose), réalité alternative (Mickey/Ricky) et surtout, le retour des Cybermen dans l’univers Who. Un bel exemple de ce que la série fait de mieux en termes d’épisodes mouvementés et imaginatifs.

3 / The Christmas Invasion (2.00) – écrit par Russell T. Davies et réalisé par James Hawes.

Notre Doctor est cloué au lit ! C’est le difficile passage du 9e au 10e Doctor qui se fait, et sûrement, l’un des épisodes avec lequel, pour beaucoup, tout commença. Aussi mémorable fût le 9e (et Christopher Eccleston), comme tout Doctor qui se respecte, le nouveau va devoir s’imposer, et entre un combat à l’épée en pyjama (et une référence au Guide galactique) et quelques menaces bien senties, c’est une entrée réussie et quasi inoubliable qui a été offerte au fameux Doctor que l’on honore aujourd’hui.

2 / The Runaway Bride (3.00) – écrit par Russell T. Davies et réalisé par Euros Lyn.

Une mariée fait son apparition dans le Tardis, et voilà notre Doctor de retour sur Terre, à Noël, avec de nouveau, des Pères Noëls psychopathes, et une menace à arrêter. Le tout assisté par l’hystérique Donna – incarnée par Catherine Tate – qui sera tellement efficace qu’elle deviendra compagne officielle pendant toute une saison. The Runaway Bride, c’est surtout beaucoup de fun, et quelques jolis moments d’émotions, entre deux grosses scènes de poursuite. Un dosage quasi parfait.

1 / Midnight (4.10) – Ecrit par Russell T. Davies et réalisé par Alice Troughton.

L’épisode s’annonçait plutôt banal, qu’il s’agisse de ces personnages ou de son concept de huit clos. Pourtant, Midnight sera la preuve vivante que Russell T. Davies est capable de grande sobriété,  jouant avant tout sur la peur et l’imagination du spectateur face à un ennemi invisible, mettant le Doctor dans une position de faiblesse qui fut sous cet angle là peu explorée et offre alors un aspect émotionnel plus fort qu’à l’accoutumée. Une histoire claustrophobique  réussissant à exploiter les défauts scénaristiques de son auteur à bon escient pour livrer, à travers un classique du genre, un épisode inoubliable. En bonus, pour les fans du samedi sur BBC, Colin Morgan (Merlin) faisait partie du voyage.