Top 99 des personnages de Game of Thrones, de Tyrion Lannister aux Sand Snakes

Même s’il y a régulièrement des morts, Game of Thrones possède un imposant casting qui peut parfois pousser à devoir se triturer la mémoire pour se souvenir exactement de la dernière apparition d’un tel ou du rôle d’un autre. Un phénomène qui est accompagné par ailleurs de quelques recasting au fil des années.

Alors qu’il ne reste plus qu’une saison à découvrir du hit de HBO qui intégrera sûrement quelques nouveaux visages, nous avons décidé de nous lancer dans un top, du meilleur au pire des personnages.

Rappelons que Game of Thrones prend place dans les continents fictifs de Westeros et Essos et suit plusieurs familles de noble dans une guerre civile pour conquérir le Trône de Fer du Royaume des 7 Couronnes. Un trône également convoité par la jeune Daenerys Targaryen, héritière en exil d’une dynastie déchue. Cependant, une menace venant du Nord grossit alors que l’hiver approche et pourrait bien tout détruire sur son passage.

Ce classement fut établi à plusieurs — par Aline, Carole, Ilona et Maxime — et représente donc une opinion globale. Nous ne sommes pas d’accord sur tout, avons grandement débattu contre toute attente sur la place de Grey Worm dans cette liste, et pas eu un moment de doute sur qui devait la clore.

⚠️ Ce classement contient de gros spoilers sur le sort de certains personnages.

Vous aimez les classements de personnages ? Découvrez également  le top 70 des personnages de Twin Peaks ou Les 50 personnages de Downton Abbey qui nous ont marqués.

1. Tyrion Lannister (Peter Dinklage)

Tyrion Lannister boit et sait des choses. Ce n’est que l’un des aspects du mal-aimé de la famille Lannister qui en fait l’un des meilleurs personnages. Jugé responsable de la mort de sa mère, victime d’humiliation et de dédain de la part de son père, Tyrion est un nain qui n’a pas la langue dans sa poche, refusant de laisser ses différences devenir une faiblesse pour lui. Au lieu de cela, Tyrion survivra grâce à son intelligence sans pour autant corrompre ses valeurs. Dans le monde de Game of Thrones, ce n’est pas rien ! — Carole

2. Cersei Lannister (Lena Headey)

Il n’y a aucun personnage de Game of Thrones que l’on aime autant détester que Cersei Lannister. Intelligente et narcissique, la reine a vite appris à manipuler les hommes de son entourage pour arriver à ses fins. Enfant délaissée, épouse humiliée, mère rejetée puis détruite, le sort de Cersei a été scellé il y a longtemps de cela. On l’observe alors doucement embrasser la folie et la détermination qui font d’elle l’un des pions les plus dangereux de cet épique jeu de pouvoir. — Ilona

3. Arya Stark (Maisie Williams)

Un à un, elle a vu (et cru) les membres de sa chère famille décimés. Brisée, Arya Stark a voyagé, changé maintes et maintes fois de nom pour se réinventer en vengeresse sans pitié. Sa survie tient à sa soif de revanche, quitte à y perdre un peu de son humanité. C’est probablement un des personnages les plus instables et donc les plus intéressants de la série, son destin étant tout aussi imprévisible qu’elle. On l’adore, mais on en a peur : elle est géniale. — Maxime

4. Jon Snow (Kit Harington)

Pour quelqu’un qui ne sait rien, Jon Snow a su drôlement bien tirer son épingle du jeu. Il a démarré comme bâtard à bouclettes et pourrait bien être aujourd’hui le favori pour l’accession au trône. S’il était assez agaçant au départ et manquait cruellement de charisme, il est probablement celui qui a su le plus évoluer sans pour autant se dévoyer du chemin et trahir ses valeurs. Il a du mal à plier l’échine, mais au moins on ne lui parle plus de ses cheveux ! — Aline

5. Brienne of Tarth (Gwendoline Christie)

Brienne est probablement celle qui incarne la qualité la plus rare de l’univers de Westeros et Essos : la loyauté. À Catelyn, à ses filles, à son amitié étrange et touchante avec Jaime… Brienne traverse les royaumes sans dévier de son devoir. Elle protège à tout prix, son honneur en dépend. En ressort alors le personnage le plus sûr de la série, celui en qui l’on peut avoir confiance et qui profite de la formidable interprétation de Gwendoline Christie pour nous happer. — M.

6. Eddard « Ned » Stark (Sean Bean)

Tout commence par le père. Cette force omniprésente, omnipotente, que chacun regarde comme un modèle, appelé à régner sur la morale par sa sagesse. Et pourtant, le destin tragique que connaîtra Ned marquera le point de bascule de toute la série, montrant l’importance du personnage sur sa famille qui en sera à jamais détruite et sur les royaumes qui voient en sa disparition désastre ou opportunité. Faire tomber le roi (officieux) lance le jeu des trônes et fait de Ned la figure sacrifiée indispensable à la série. — M.

7. Jaime Lannister (Nikolaj Coster-Waldau)

Avec ou sans sa main droite, le Kingslayer reste l’un des combattants les plus redoutés de tout Westeros. Tiraillé entre son amour pour sa sœur Cersei, son envie de faire ce qui est juste pour son pays et sa soif de vengeance, Jaime est un personnage complexe qui se dévoile tout en pudeur et que l’on apprend à aimer. En quête de rédemption, le garde royal prétentieux qui n’hésita pas à jeter un enfant du haut d’une tour s’efface doucement pour laisser place à un homme de valeur qui tente de racheter ses fautes. — I.

8. Davos Seaworth (Liam Cunningham)

Au milieu des lords, rois, reines et sorcières, Davos a su conquérir notre cœur grâce à ses origines modestes et son courage. Il a su s’élever au-dessus de son rang à force de travail. L’ironie de la vie a fait de lui un contrebandier et un homme honnête. Cette dualité représente à merveille Davos, un homme loyal qui a commis des fautes, un homme qui ne cesse de tomber et de se relever. Il est peut-être, en termes de valeurs, ce qu’il y a de plus proche d’un Eddard Stark sans être membre de la famille. Autant dire qu’on ne pouvait que l’aimer. — C.

9. Olenna Tyrell (Diana Rigg)

La matriarche de la Maison Tyrell mérite bien son surnom de « Reine des Épines ». Dotée d’un sens de la répartie digne de Tyrion, elle est aussi une conspiratrice de premier ordre qui a de quoi rivaliser avec Littlefinger ou Varys. Sa dévotion à sa famille, sa ténacité et son intelligence en font une adversaire digne de ce nom, une femme à la hauteur de sa réputation. On ne peut qu’admirer tant de génie et de ressources et s’agenouiller de respect devant celle qui a su faire face à la défaite pour partir selon ses propres termes. — C.

10. Sansa Stark (Sophie Turner)

De tous les enfants Stark, Sansa était définitivement celle sur laquelle personne n’aurait parié. Petite princesse naïve et égocentrique, elle s’est transformée en fine stratège et femme de pouvoir charismatique. Mariée contre son gré par deux fois, violentée, manipulée, blessée, Sansa n’a pas été épargnée et a montré une impressionnante force de caractère. En même temps que le respect de sa famille et son peuple, elle a su petit à petit gagner l’amour des fans. — I.

11. Daenerys Targaryen (Emilia Clarke)

Khaleesi, Briseuse de Chaînes, Mère des Dragons, L’Imbrûlée… Autant de titres que Daenerys ne pouvait espérer quand elle a été mariée de force par son frère au roi des Dothrakis. Mais la jeune femme apprend vite et se met à rêver de reprendre ce qui, d’après ses dires, lui revient de droit : le trône de Westeros. D’une terre à l’autre, elle rallie des peuples à sa cause et fonde son armée. Prête à en découdre, Dany est déterminée, surtout qu’elle pourra compter sur ses dragons, des atouts non négligeables. — I.

12. Petyr « Littlefinger » Baelish (Aidan Gillen)

Ayant grandi dans un environnement où la force était la valeur masculine primordiale, le jeune Petyr a su exploiter l’avantage d’être celui dont on ne se méfie pas. S’il n’a pu gagner l’amour de sa douce Cat, il s’est pris à rêver lui aussi du Trône de Fer. Et il s’est avéré jusqu’à présent le plus fin tacticien et manipulateur de Westeros ! Semant le chaos parmi les grandes familles sans jamais être soupçonné de quoi que ce soit, malheureusement son piège s’est refermé sur lui. – A.

13. Bronn (Jerome Flynn)

À la solde de Tyrion, Bronn est alors son garde du corps, homme de main et compagnon de boisson, faisant de lui le sidekick par excellence qui a la langue bien pendue. Ce qui était plus difficile à prévoir était qu’il était destiné à s’associer avec Jaime Lannister et ainsi former avec ce dernier un duo d’une autre nature, mais tout aussi convaincant. Auprès des Lannister, Bronn n’a eu de cesse de nous clamer son amour pour l’or et de nous montrer qu’il était un homme bien plus noble qu’il ne l’admettra jamais. C’est tout ce qu’il fallait pour conquérir nos cœurs de téléspectateurs. – C.

14. Samwell Tarly (John Bradley)

Véritable honte pour son père, Sam a été envoyé de force à la Garde de Nuit. Le pauvre, plus habitué aux livres et à la bonne nourriture, n’aurait sûrement pas fait long feu sans Jon, son plus fidèle ami. En plus d’être brillant et cultivé, Sam est un gars bien, et ça ne court pas vraiment les rues à Westeros ! Il est prêt à tout pour protéger ceux qu’il aime et se découvre, en cours de route, un courage et des ressources inattendues. Avec la sauvageonne Gilly et son fils, ils forment une famille aussi improbable que touchante qui fait totalement fondre le cœur des fans, même les plus réfractaires. – I.

15. Varys (Conleth Hill)

L’araignée. L’eunuque. Le Maître des chuchoteurs. Varys est un roi du déguisement aux motivations pendant longtemps obscures qui aura mené une partie d’échecs serrée pour le pouvoir avec Littlefinger. À l’image de son adversaire, il doit sa survie et sa position à ses dons de manipulations. Cela a fait de lui une des figures les plus importantes et intéressantes de la série — C.

16. Catelyn Stark (Michelle Fairley)

La louve Stark, la vraie. Si elle n’a pas de direwolf comme ses enfants, Catelyn Stark n’en sort pas moins les crocs quand il s’agit de défendre ses enfants, étant prête à tout dès qu’on touche à l’un de leurs cheveux, sans jamais se compromettre dans les jeux de pouvoir dans lesquels son mari est emporté. Malheureusement, cela ne sera pas suffisant et elle verra sa famille décimée malgré sa combativité et pugnacité, jusqu’au fameux « Red Wedding » où elle périra aux côtés de son aîné. Être mère modèle ne suffit pas à survivre à Westeros. – M.

17. Joffrey Baratheon (Jack Gleeson)

Joffrey, le roi psychopathe, est le prototype du personnage que l’on a adoré détester. On pourrait trouver l’excuse de sa méchanceté dans ses origines incestueuses (fils de Jaime et Cersei), mais ce serait omettre sa nature profondément mauvaise, sans une once de pitié, surtout quand il s’agit de torturer ses femmes (pauvres Sansa et Margaery). Sa chute en sera d’autant plus jubilatoire qu’elle viendra le jour de son mariage, le « Purple Wedding ». Cela met fin aux agissements du personnage qui nous aura fait grincer des dents et fait tomber la mâchoire par sa cruauté, mais, soyons honnêtes, sans lequel la série ne serait pas la même. – M.

18. Margaery Tyrell (Natalie Dormer)

Margaery était l’incarnation parfaite de l’emblème de la famille Tyrell. Séduisante et dangereuse comme une rose, elle aura été une ramification de sa grand-mère Olenna sans jamais en être véritablement le pion. Intelligente, elle savait manœuvrer ses adversaires et l’on aurait aimé que son duel avec Cersei dure plus longtemps. Elle en était d’ailleurs le pendant plus jeune. Probablement mieux conseillée, Margaery avait les mêmes ambitions : devenir une reine avec des pouvoirs et pas seulement une belle plante d’ornement. – A.

19. Theon Greyjoy (Alfie Allen)

Theon a cette capacité à me mettre dans tous mes états et est certainement l’un des personnages à l’évolution la plus riche. Déraciné d’une famille peu aimante, intégré de force dans un clan où il est difficile de se faire une place, Theon n’a de cesse de se chercher et de vouloir s’affirmer. Ça ne lui aura pas toujours réussi et sa rébellion envers les Stark aura coûté cher. Néanmoins, son passage entre les mains de Ramsay est un brise-cœur et l’on ne peut que se réjouir de voir que progressivement Theon reprend le dessus sur « Reek » et se rapproche de sa famille de cœur. – A.

20. Robb Stark (Richard Madden)

Héritier de la famille Stark, Robb possédait les mêmes valeurs de rigueur et de vertu que son père. Cependant, le loup n’était pas encore prêt pour prendre la tête de la meute et même si sa nomination au rang de « King of the North » a été un moment fort des débuts de la série, son règne aura été de courte durée. Évidemment, on garde tous en tête sa fin tragique, mais finalement Robb est tombé pour les mêmes raisons que son père. Comme Ned, il pensait qu’il suffisait d’être un combattant loyal pour tracer son chemin à Westeros. Sa naïveté aura coûté la vie à une bonne partie de la famille Stark et mis fin à nos habitudes d’assister à des récits manichéens. – A.

21. Sandor « The Hound » Clegane (Rory McCann)

Formidable guerrier qui aime tuer, Sandor Clegane est un homme marqué par les traumatismes qui a côtoyé de trop près les Lannister pour se faire des illusions sur le monde dans lequel il vit. Pour sa nature fataliste et son côté protecteur qu’il emploiera bon gré mal gré avec Arya, Clegane s’impose comme un homme sensé dans l’univers de Game of Thrones qui traverse les contrées pour évoluer et révéler sa nature compassionnelle. Au milieu de cette épopée, il connaît son propre voyage à nature presque initiatique dont on ne peut que vouloir découvrir où cela va le mener. – C.

22. Tywin Lannister (Charles Dance)

Pour comprendre les enfants Lannister, il faut se tourner vers le père, Tywin. Ce dernier ne laisse pas les émotions se mettre sur la route de la gloire de la Maison Lannister, même si cela est revenu à détruire justement sa famille. Implacable, intelligent, calculateur et froid, c’est un homme qui fascine pour son esprit, mais aussi pour la manière dont il a forgé la psychologie de ses enfants sans en mesurer pleinement les conséquences. Il paiera le prix de son arrogance sur le sujet. – C.

23. Tormund Giantsbane (Kristofer Hivju) — image animée !

Si les Wildings n’ont pas toujours prouvé qu’ils pouvaient être fiables, Tormund Giantsbane reste une valeur sûre. De bras droit de Mance Rayder à soutien de Jon Snow, ce valeureux guerrier a montré à maintes occasions qu’il était prêt à se battre barbe et ongles pour la survie de son peuple. Le tout avec une bonne humeur qui ne séduit pas que nous, mais aussi Brienne, association qui nous fait espérer une issue heureuse (et redouter en même temps). À l’origine du plan pour convaincre Daenerys et Cersei de l’existence d’une menace plus grande, Tormund est une pièce maîtresse des dernières saisons. – M.

24. Stannis Baratheon (Stephen Dillane)

Vouloir être roi fait surgir le meilleur et le pire des hommes et Stannis Baratheon, le deuxième de sa lignée en est la preuve. Sous la coupe de Melisandre et sa religion, il voue sa vie à parvenir au trône, soi-disant élu, mais surtout fanatique de premier plan. Figure tragique, il ira jusqu’à sacrifier sa famille (et surtout sa fille) au nom d’une destinée qui ne se réalisera pas. Stannis aura alors toujours vécu dans l’ombre, celle de son frère Robert ou de sa conseillère et nous offre un personnage dont la manipulation fascine autant qu’elle inquiète. – M.

25. Oberyn Martell (Pedro Pascal)

Rares sont les personnages qui marquent autant une série en y restant aussi peu. Le fier libertin Oberyn Martell a élargi nos connaissances géographiques de Westeros en introduisant Dorne dans le jeu de pouvoir; il est surtout venu nous en apprendre plus sur l’histoire de la Bataille du Trident, pendant laquelle sa sœur Elia — épouse légitime du Roi Rhaegar — est violée et tuée par Gregor Clegane sur ordre de Tywin Lannister. Ce qui explique que la Vipère Rouge ait décidé de défendre Tyrion, accusé du meurtre de Joffrey, pour pouvoir affronter la Montagne. Un duel qui lui sera malheureusement fatal, mais qui fera entrer le personnage dans la légende de Westeros. – A.

26. Jorah Mormont (Iain Glen)

C’est dans le déshonneur que l’aventure de Jorah a débuté, envoyé en exil par Ned Stark lui-même. Depuis, Jorah fait tout ce qu’il peut pour que ce soit l’honneur qui le caractérise. Cela et ses sentiments pour la Mère des Dragons. Si le fidèle serviteur de Daenerys n’avait pas le profil de l’amoureux transi éternellement éconduit, il cache bien mal ses sentiments. Reste à savoir si tous les parallèles existants entre Jon Snow et lui, qui sont toujours à l’avantage du bâtard, finiront par aboutir sur une coopération ou sur un affrontement. – A.

27. Bran Stark (Isaac Hempstead Wright)

Tout commença avec un Stark. Dès le premier épisode, Bran est le déclencheur des inimitiés qui vont construire les destins de sa famille, son accident forçant son père à prendre la route et sa mère à se venger. Mais son chemin personnel sera mystique et nous donnera une quête initiatique en dehors des querelles du royaume. Peu à peu, des pouvoirs vont se révéler à lui et lui indiquer qu’il peut jouer un rôle dans l’avenir du monde même en étant handicapé. Distant et impartial, Bran tient peut-être entre ses mains plus que ce qu’il paraît et son rôle n’en finit pas de nous faire spéculer. – M.

28. Walder Frey (David Bradley)

Génie du mal ou fou à lier ? Peu importe, Walder Frey est un ennemi de taille pour quiconque n’est pas de sa famille. Patriarche dérangé, il sait naviguer dans les eaux troubles de Westeros, tel une anguille vicieuse et déloyale, conscient de la position stratégique qu’il occupe. Désavouant constamment le motto de sa maison, « Toujours unis », les luttes intestines et sa soif de pouvoir le mènent à instiguer le « Red Wedding ». Il scelle alors son destin en s’attirant l’ire d’Arya qui l’égorgera, tenant promesse à sa liste. Walder fut un adversaire redoutable et redouté, R.I.P. – M.

29. Ramsay Bolton (Iwan Rheon)

Pas la peine de tourner autour du pot : Ramsay est un sadique. Il existe dans l’univers de la série pour créer de la souffrance et cela tombe bien, car il y prend beaucoup de plaisir. Pas l’antagoniste le plus fascinant dans l’univers de la série, mais certainement l’un des plus cruels doté d’une intelligence et d’ambitions politiques qui l’ont poussé à commettre de violentes actions qui ont laissé une empreinte indélébile. – C.

30. Missandei (Nathalie Emmanuel)

Passée d’esclave auprès des maîtres d’Astapor à conseillère de la Khaleesi, Missandei a eu une évolution fulgurante. Alors qu’elle incarnait avec Daenerys et le girl power façon Essos, le personnage s’est depuis bien longtemps cantonné à n’être plus qu’une présence physique, éclipsée par des conseillers plus expérimentés. On ne peut que regretter qu’elle n’existe à présent qu’à travers son amourette avec Grey Worm. Espérons que sa grande maîtrise des langues, dont le Haut Valyrien, puisse jouer un rôle dans la suite de la lutte pour le Trône de Fer. – A.

31. Melisandre (Carice van Houten)

Prêtresse de R’hllor venue d’Asshaï, Melisandre est un personnage charismatique et redouté dont le mysticisme et les grandes déclarations frôlent parfois gentiment la parodie. Elle joue un rôle important dans la quête du pouvoir pour Westeros, mettant au départ ses talents surnaturels indéfinis et imprévisibles au service de Stannis Baratheon. Guidée uniquement par ses convictions, elle incarne une figure énigmatique et parvient à nous captiver à chacune de ses rares, mais grandiloquentes interventions. – I

32. Jaqen H’ghar (Tom Wlaschiha)

Un homme sait marquer une série de son empreinte sans pourtant y apparaître souvent. Un homme sait enseigner à une petite fille à ne plus avoir de visage et à devenir une redoutable meurtrière. Un homme ne s’est certainement pas retrouvé par hasard dans cette cage sur la route de Winterfell. Un homme sait que tous doivent mourir. – A.

33. Robert Baratheon (Mark Addy)

Plus apte à la guerre qu’à la paix, Robert Baratheon est le genre de rois que l’on n’apprécie pas forcément lorsqu’il est sur le trône, mais qu’on ne peut s’empêcher de regretter ensuite. Autant dire que l’on n’aura pas forcément fait connaissance avec lui au bon moment, mais son amitié avec Eddard aura été là pour nous montrer quel homme il pouvait être lorsqu’il était bien entouré. Le problème étant que cet amoureux de la chasse et de la boisson était encerclé par des lions. Au vu de la suite, cela pousse à voir Robert sous un angle différent pour apprécier qui il était et ce qu’il représentait. – C.

34. Hodor (Kristian Nairn)

Peu de personnages ont acquis un capital sympathie aussi important qu’Hodor avec si peu de lignes de dialogues. Ce nounours simplet de plus de deux mètres ne passe pas inaperçu à Winterfell, surtout lorsqu’il trimballe le jeune Bran sur son dos. Les deux acolytes développent une relation extrêmement touchante, preuve que l’amitié n’a pas de barrière. Lorsque l’on découvre enfin la vérité derrière le handicap du bonhomme, il est déjà trop tard, et on assiste impuissant à l’un des adieux les plus déchirants de la série. Hodor, tu nous manques. – I.

35. Khal Drogo (Jason Momoa)

Il y a probablement plus de testostérone dans une mèche de cheveux du chef des Dothraki que dans un bus complet de rugbymen. Khal Drogo ne s’encombre généralement pas de politesses et de négociations, son truc à lui c’est la bagarre. Ce sauvage d’apparence rustre s’avère plus nuancé qu’il n’y paraît, et finit par gagner la confiance et l’amour de celle qu’il a épousée de force, Daenerys (vous avez dit syndrome de Stockholm ?). Malheureusement, leur histoire sera de courte durée et le Khal succombera à une simple coupure en fin de saison 1. Ce valeureux guerrier aurait mérité une mort plus digne. – I.

36. Grey Worm (Jacob Anderson)

À toute grande souveraine, ses dévoués serviteurs. En libérant peuple après peuple, Daenerys s’est attiré la loyauté de nombres vaillants guerriers et plus particulièrement Grey Worm, fait commandant des Immaculés, peuple d’Astapor. Par son passé d’homme meurtri, d’eunuque résilient, il incarne la sagesse auprès de la reine des dragons et est un atout de poids dans les jeux de pouvoir qui se joue. Sa relation avec Missandeï en fait une figure tragique que les guerres en cours vont probablement mettre à l’épreuve. – M.

37. Gendry (Joe Dempsie)

Fils illégitime de Robert Baratheon, Gendry a tout pour faire un bon roi. Il a juste ignoré pendant longtemps qu’il pouvait potentiellement avoir accès au trône. Un temps compagnon de route d’Arya, c’est à cette période que Gendry révéla sa personnalité, exposant un jeune homme pragmatique, modeste et travailleur, capable de se battre bien que n’ayant aucune affinité pour la guerre. Le genre de personnages qui nous rappelle que tout n’est pas pourri dans le monde de Westeros et qu’on ne peut s’empêcher de vouloir voir s’en sortir quoiqu’il arrive. – C.

38. Yara Greyjoy (Gemma Whelan)

Prétendante au titre de reine des îles de Fer, Yara est la fille de Balon Greyjoy et la sœur aînée de Theon. Cette guerrière très appréciée de ses hommes n’a pas froid aux yeux et sait se montrer sans pitié. À bord de son navire Vent Noir, elle écume les mers et ne laisse que des épaves sur son passage. Incarnation d’un certain féminisme, Yara ne rend de compte à personne, profite des plaisirs de la vie et ne prend pas de gants pour exprimer le fond de sa pensée. Son sort dans sa lutte contre son oncle Euron est pour l’instant incertain, mais on ne peut qu’espérer un retour digne de ce nom pour ce personnage charismatique. – I.

39. Ygritte (Rose Leslie)

« You know nothing, Jon Snow! ». Si on connaît tous cette phrase, celle qui l’a prononcé a disparu un peu vite de la vie du jeune homme. Ygritte, sauvageonne tiraillée entre son amour pour le garde de la Nuit et sa loyauté pour son peuple, est une de ses figures tragiques qui ponctuent la série. D’abord initiatrice des affres de l’amour, elle est aussi une combattante hors pair qui ne se laisse pas dicter sa conduite, ce qui en fait un personnage fort et important. Mais son attachement à quelqu’un d’extérieur (et traître) aura raison de sa vie, malheureusement. – M.

40. Beric Dondarrion (Richard Dormer)

Fondateur de la Fraternité sans Bannière, Beric est le Lord de la maison Dondarrion, vassale des Baratheon. Véritable légende au Royaume des Sept Couronnes, le bonhomme a été tué six fois, avant d’être ressuscité par son comparse de toujours Thoros de Myr. Figure de l’ombre de la série, il croise pourtant la route de nombreux personnages tels que Ned, Arya, Melisandre et Jon. Il accompagne même ce dernier vers le Mur, prêt à en découdre avec les marcheurs blancs, armé de sa terrifiante épée enflammée. – I.

Sword Tankard (14cm)
List Price: EUR 26,68
Price: EUR 26,68
Price Disclaimer

41. Lyanna Mormont (Bella Ramsey) (Rory McCann)

Game of Thrones arrive souvent à rendre des personnages cultes dès leur première scène. C’est bien le cas avec Lyanna Mormont, petit bout de femme bien plus déterminée et autoritaire que tous les vieux chefs de famille du Nord réunis. Jeor aurait été fier de cette oursonne qui incarne parfaitement une rigueur qui n’est pas sans rappeler celle d’un Ned Stark. “Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.” – A.

42. Podrick Payne (Daniel Portman)

On pourrait ne guère prêter attention à Pod, mais ce serait passer à côté d’un oiseau rare de Westeros. Derrière ses airs un peu simplets et son côté amusant, Podrick est plein de bonnes attentions, loyal à l’excès, humble et plus courageux que certains l’imaginent. Bien élevé, il montre toujours du respect envers autrui et sait garder un secret comme personne. En somme, c’est une perle rare ce Podrick, une à garder précieusement près de soi. – C.

43. Euron Greyjoy (Pilou Asbæk)

Depuis ses débuts, Game of Thrones a eu son lot de vilains psychopathes et égocentriques. Le petit dernier, c’est Euron Greyjoy, l’oncle machiavélique de Theon et Yara. Après avoir pris le pouvoir de force sur les Îles-de-Fer, ce pirate d’une rare violence offre ses services à Cersei dans l’espoir de gagner ses faveurs et de monter un jour sur le trône. En attendant de voir ses ambitions réduites en miettes, on se délecte bien malgré nous de ses répliques cinglantes, de sa nonchalance extrême et de son étrange charisme. – I.

44. Edmure Tully (Tobias Menzies)

Dans la famille Tully, on retiendra surtout – pour des raisons bien différentes – les deux soeurs Catelyn et Lysa. Edmure est un peu le vilain petit canard, l’héritier qui n’a pas la carrure et qui se retrouve coincé entre un oncle charismatique et un neveu sacré Roi du Nord. On en viendrait même à oublier que les fameuses Noces Pourpres étaient à son propre mariage ! Depuis, il moisit dans les geôles des Jumeaux et on l’aurait certainement oublié s’il n’était pas interprété par Tobias Menzies ! – A.

45. Ellaria Sand (Indira Varma) – image animée

Bâtarde dornienne d’une beauté renversante (merci Indira Varma), maîtresse d’Oberyn Martell, mère des Sand Snakes, Ellaria Sand a tenté d’acquérir peu à peu du pouvoir en commanditant la mort de Myrcella, la fille de Cersei. Loyale à sa famille, mais prête à se jouer des allégeances et de sa sexualité pour avancer ses pions et prendre le contrôle de Dorne, elle perdra pourtant tout peu à peu, la reine étant une adversaire bien plus retorde et puissante. Elle aussi croupit dans une cellule de King’s Landing, victime de son propre jeu. – M.

46. Osha (Natalia Tena)

En fuyant les marcheurs blancs et en franchissant le Mur, Osha fait littéralement souffler un vent de fraîcheur dans les premières saisons de la série. Cette sauvageonne au fort caractère et au franc-parler se fait capturer par Robb Stark qui l’épargne et fait d’elle une servante. Lors de l’invasion de Winterfell par les Fer-nés, elle met tout en œuvre pour permettre à Bran et Rickon de s’échapper. Jusqu’à son dernier souffle, elle protégera tant bien que mal les deux jeunes Stark. Son courage, sa détermination et sa clairvoyance ne seront malheureusement pas de taille face à Ramsay… Encore une mort qu’on n’a pas encore totalement digérée. – I.

47. Daario Naharis (Michiel Huisman)

Daario Naharis n’est rien de moins que le commandant des Puînés, une compagnie de mercenaires d’Essos dont la réputation de combattants féroces n’est plus à faire. Mais une fois sous le charme de la Mère des Dragons, Daario va surtout avoir en charge la garde très rapprochée de sa reine. Sous le charme de Daenerys, il n’obtiendra malheureusement pas l’autorisation de l’accompagner dans sa conquête de Westeros et incarnera la détermination sans faille de la Khaleesi. – A.

48. Tommen Baratheon (Dean-Charles Chapman)

Serait-ce déplacé de dire que le règne du pauvre Tommen a été explosif ? Troisième enfant illégitime de Cersei et de Jaime, mais élevé en tant que potentiel héritier du roi Robert, ce gentil garçon, doux et réservé accède au trône après la mort de son frère et devient tour à tour l’instrument de sa mère et de sa femme Margaery. Comme si être manipulé et humilié n’était pas suffisant, il assiste impuissant à la mort de ses proches et observe son royaume réduit en cendre. S’en est trop pour Tommen qui met fin à ses jours dans une scène mythique qui ne manque pas d’ironie. – I.

49. The High Sparrow (Jonathan Pryce)

Derrière l’homme humble et pieux sans attache matériel se cache un fanatique et expert en manipulation. Le High Sparrow est un antagoniste un peu à part qui met en valeur la place de la religion dans le royaume. Au final, on ne savait pas grand chose de lui, mais grâce à l’interprétation de Jonathan Pryce et sa relation avec Cersei, celui que l’on nomme le Grand moineau dans nos contrées nous a offert de beaux retournements pour la famille royale et une explosion dont on se souviendra longtemps. – C.

50. Loras Tyrell (Finn Jones)

Être un Tyrell comporte ses avantages et ses accointances avec les rois, mais Loras, petit frère chevalier de Margaery et amant de Renly Baratheon, n’aura pas plus de chance que sa grande sœur à ce jeu. Sa candeur, sa loyauté et sa naïveté en font un personnage rafraîchissant à Westeros, mais le mèneront à sa perte quand, aux prises avec le High Sparrow, il devra renoncer à son nom même et, éternel dommage collatéral, partira en fumée sans connaître le happy end qu’on lui aurait bien accordé. – M.

51. The Night King (Vladimir Furdik)

Si l’enjeu de la série est l’accession au Trône de Fer, peu sont conscients que le réel danger c’est lui, le Roi de la Nuit. Ancien homme changé en Marcheur Blanc par les Enfants de la Forêt, il est aujourd’hui l’ennemi le plus puissant que puisse redouter Westeros. Si son armée est constituée de zombies surgelés, il est un véritable maître de guerre et c’est pourquoi il est légitime de se demander quelles sont ses réelles motivations. Mais pourquoi est-il si méchant ? – A.

52. Gilly (Hannah Murray)

Toute sa vie, Gilly a été une victime. Depuis sa naissance, Craster la tient pour fille et femme soumise jusqu’à sa rencontre avec la Garde de la nuit, et plus particulièrement le gentil Sam. Elle prendra de plus en plus confiance en elle, devenant une compagne de voyage plus intelligente qu’il n’y paraît, mais pas réellement destinée à un grand rôle si ce n’est un des moteurs du voyage du prochain Maestre. Il faut des petites mains pour que les autres paraissent grandes. – M.

53. Benjen Stark (Joseph Mawle)

Benjen Stark est un Deus Ex Machina par excellence. Il a disparu pour mieux réapparaitre sans prévenir avant de repartir aussi vite, et nous refaire le coup plus tard. Malgré le fait qu’il n’existe que pour faciliter la vie des scénaristes, on se prend néanmoins d’affection pour l’oncle Benjen, mettant en lui autant d’espoir qu’a pu y mettre Jon pour qui il est un héros. Ce patrouilleur de la garde de nuit est avant tout un symbole d’héroïsme et de sacrifice. – C.

54. Shireen Baratheon (Kerry Ingram)

Nous vivons dans un monde cruel. La jeune Shireen n’aura eu de cesse de se battre contre les obstacles mis sur sa route, entre la maladie et les croyances religieuses de ses parents. Jeune fille calme et intelligente, passionnée par l’Histoire de Westeros et d’Essos, ayant développé une belle amitié avec Davos, Shireen est une tragique victime nous ayant rappelé à quel point l’univers de Game of Thrones est impitoyable. – C.

55. Viserys Targaryen (Harry Lloyd)

Fils du roi fou et contraint à l’exil, Viserys est prêt à tout pour reprendre ce qui lui revient de droit. Pour servir ses intérêts, il n’hésite pas à sacrifier ceux de sa propre soeur Daenerys qu’il offre à Khal Drogo pour sceller leur alliance. Arrogant, colérique et puéril, cet odieux personnage aveuglé par son égo enchaîne les faux pas et déchaîne les foudres de ceux qu’il appelle “sauvages”. La sentence est sans appel, il devra se contenter d’une couronne en or moulée sur son crâne. On ne rigole pas avec les Dothraki. – I.

56. Meera Reed (Ellie Kendrick)

Il y a de nombreux personnages féminins dans Game of Thrones qui s’émancipent et deviennent des symboles. Meera aurait autant mérité qu’on l’admire qu’une Brienne et pourtant à l’image de cet ingrat de Bran, on passe un peu à côté d’elle. Après avoir pris soin de son frère Jojen, après avoir défendu Bran, l’avoir porté à bout de bras et être avec lui la seule rescapée de leur aventure par delà le Mur, elle s’en va dans le désintérêt général. La Corneille a peut-être trois yeux, mais pas beaucoup de coeur… – A.

57. Shae (Sibel Kekilli)

C’est à travers Shae que l’on va apprendre à connaître Tyrion Lannister. Elle est celle à qui il va se confier, qu’il va aimer et sans doute l’une des premières à le considérer pour lui-même et lui faire oublier son handicap. Shae est maligne, elle veut évoluer dans la société, mais elle se montre aussi très protectrice à l’égard de Sansa. C’est pourquoi sa trahison n’en est que plus choquante. Sans doute que les épreuves de son passé lui ont appris à privilégier son instinct de survie plutôt que ses sentiments. Mais rendant son dernier souffle, Shae permet une dernière fois à Tyrion de passer un cap. – A.

58. Jojen Reed (Thomas Brodie-Sangster)

À l’image de sa soeur, Jojen aurait pu être un personnage clé et cher aux spectateurs de Game of Thrones. Malgré la prestation de Brodie-Sangster (qui ne vieillit donc jamais), il traversera Westeros et la série en arrière-plan, délivrant ci et là des répliques cryptiques qui ne permettent pas de le connaître et servent surtout Bran et sa quête mystique. Sa disparition sera tragique, mais aussi vite oubliée que celle de sa soeur. – M.

59. Renly Baratheon (Gethin Anthony)

Comment trouver sa place quand on est le plus jeune d’une fratrie de rois, toujours dans l’ombre de ses grands frères et devant cacher son homosexualité par un mariage arrangé ? Renly est le personnage type que l’on a à peine le temps d’aimer, trop droit pour la guerre des trônes, voulant vivre une vie que son statut ne lui permet pas. Aurait-il fait un bon dirigeant ? Probablement pas. Mais à l’image de son amant Lorell, sa loyauté et sa candeur seront toujours appréciées. Sauf de Melisandre. – M.

60. Jeor Mormont (James Cosmo)

997e lord Commandant de la Garde de Nuit, celui que l’on surnomme le “Vieil Ours” n’est pas seulement un meneur d’hommes ferme et autoritaire, c’est également un mentor bienveillant et respecté. On se souvient surtout de Jeor pour le rôle majeur qu’il joue dans le parcours de Jon Snow qu’il prend sous son aile, ainsi que pour la relation ambiguë qu’il entretient avec son fils Jorah qu’il n’a pas hésité à renier. Victime d’une mutinerie, la série perd avec lui l’un de ses derniers véritables hommes d’honneur et un personnage affreusement charismatique. – I.

61. Syrio Forel (Miltos Yerolemou)

Comme il a déjà été dit, le parcours d’Arya a été émaillé d’hommes qui l’ont accompagnée et fait grandir. Syrio fut l’un des premiers à croire en elle et à lui offrir un enseignement à la fois pratique et philosophique. Le maître de danse originaire de Braavos est un personnage qui aura su nous marquer et dont la fin hors champ laisse toujours un maigre espoir, que ce sombre jour où la Tour de la Main fut prise, Syrio Forel ait pu répondre à Meryn Trant : “pas aujourd’hui”. – A.

62. Maester Aemon (Peter Vaughan)

De la sagesse, il n’y en a pas beaucoup à Westeros et Mestre Aemon en était un des rares représentants. Il était également la preuve que tous les Targaryen ne sont pas des êtres belliqueux, puisqu’entre les survivants et la réputation des morts, on pouvait douter de la santé mentale de la famille des Dragons. Non, Mestre Aemon est un homme bon qui aura eu une forte influence dans l’évolution de Jon et Sam, leur permettant de faire des choix justes et de respecter leur engagement auprès de la Garde de Nuit, tout en autorisant des incartades aux règles établies. – A.

63. Mance Rayder (Ciarán Hinds)

Roi au-delà du mur, Mance Rayder est un ancien membre de la Garde de Nuit qui a rompu ses vœux pour rejoindre le “peuple libre”. Rapidement accepté par les sauvageons, il se fait une réputation de rassembleur de tribus et projette d’attaquer le mur. Malgré son sombre passé, on se laisse convaincre sans mal par le noble objectif de ce leader qui cherche avant tout à sauver ses hommes de la menace des Marcheurs Blancs. On se laisse également séduire par sa répartie cinglante, son franc-parler et son incroyable force de conviction qui causera malheureusement sa perte. – I.

64. Qyburn (Anton Lesser)

En apparence inoffensif, Qyburn est le genre d’hommes dont on se méfie et pour de bonnes raisons : il est aussi calme et discret que dangereux et immoral. C’est ce qui le rend un brin fascinant et fait de lui un allié de taille pour Cersei. Mieux que cela, ce dernier s’est révélé être d’une efficacité redoutable, aussi fidèle que plein de ressources. Le genre de personnes qu’il est préférable d’avoir de son côté. Cet homme versé dans des domaines mystiques a bien mérité d’être la Main de la Reine et la curiosité de découvrir ce que la dernière saison lui réserve est bien présente. – C.

65. Barristan Selmy (Ian McElhinney)

L’honneur et la droiture sont des valeurs qui ne permettent pas de vivre longtemps à Westeros. Pourtant Ser Barristan Selmy les incarnait parfaitement et a été certainement l’un de ceux à pouvoir les porter le plus longtemps possible. Après avoir été congédié par Joffrey, c’est tout naturellement qu’il est allé mettre son épée de chevalier au service de Daenerys, offrant à la Mère des Dragons sans doute sa première véritable marque de légitimité. Son absence à ses côtés en tant que conseiller se fera d’ailleurs cruellement sentir par la suite. – A.

66. Lysa Arryn (Kate Dickie)

Difficile de faire plus radicalement opposées que les deux sœurs Tully. Alors que Catelyn incarne un idéal de femme droite et discrète, Lysa semble n’être que colère, exubérance et jalousie. Sa folie douce la rend totalement imprévisible et apporte un peu de fraîcheur et de légèreté à l’ambiance si oppressante de la série. Constamment manipulée par Littlefinger et maladivement dévouée à son fils unique Robin, cette étrange famille forme un joyeux groupe de psychopathes déterminés et dangereux qui nous décochent fréquemment et malgré nous quelques sourires. – I.

67. Doran Martell (Alexander Siddig)

Il aura fallu du temps pour se rendre à Dorne et quelle déception ! Pour autant, ce ne fut pas la faute à son prince, Doran Martell. Loin de ressembler à son frère Oberyn, c’est un homme patient qui a eu à peine le temps de prendre une décision que les scénaristes ont décidé de faire table rase et de se débarrasser de Dorne. Il était l’un des rares personnages de cette région a peut-être justifier qu’on endure cela, mais sa fin mettra un terme au peu de sentiments positifs qui ont émergé au cours de cette intrigue. – C.

68. Talisa Maegyr (Oona Chaplin)

Talisa a largement participé à la création du personnage de Robb Stark comme héros chevaleresque romantique comme on en a l’habitude. Leur histoire naissant sur un champ de bataille, leur mariage défiant les alliances stratégiques, leur enfant à naître. Tout était là pour nous donner l’impression qu’on était face aux héros de cette histoire. Mais G.R.R. Martin n’est pas de ce genre-là et nos espérances seront bientôt brisées. Reste que Talisa avait cet air de défiance et ce regard malicieux qui aurait pu en faire un personnage féminin intéressant ! Tant pis ! – A.

69. Roose Bolton (Michael McElhatton)

S’il n’est pas à une trahison près pour servir ses intérêts et sa Maison, Roose Bolton est un homme qui, à la différence de son fils Ramsay, possède un certain code de l’honneur et n’est pas pour la cruauté gratuite. Le plus gros défaut du père Bolton est d’être au fond comme bien d’autres hommes de Westeros : quelqu’un d’assez intelligent et manipulateur, mais qui ne voit pas d’où vient le véritable danger. Il n’aura su proprement se démarquer et, au final, la négligence coûte la vie dans Game of Thrones. – C.

70. Myrcella Baratheon (Nell Tiger Free)

Comme sa mère Cersei, Myrcella vit dans l’ombre des hommes et plus spécifiquement de ses frères ou de celui qu’elle devra épouser. Car c’est une femme, Myrcella est donc surtout bonne à marier. C’est à la fois ce qui la sauvera et la condamnera, car elle sera envoyée à Dorne pour une alliance empoisonnée. Ces retrouvailles avec son « oncle » Jaime nous révèleront pourtant une jeune femme intelligente, compassionnelle et prometteuse le temps d’un trop court instant. — C.

71. Thoros of Myr (Paul Kaye)

Une épée qui s’enflamme par la pensée, un lien étroit avec le « Lord of Light » et des aptitudes au combat rapproché, Thoros de Myr est un personnage à la fois redoutable et énigmatique. Co-fondateur de la Fraternité sans Bannière, c’est également le compagnon de route de Beric Dondarrion. Leur duo épique prendra fin lors de l’expédition au-delà du mur. Thoros est blessé et succombe pendant la nuit, de froid et de fatigue. Cette première victime de la confrontation qui s’annonce avec les marcheurs blancs nous a fendu le cœur et annonce la couleur, l’an prochain sera sanglant ! – I.

72. Rickon Stark (Art Parkinson)

Les Stark sont au cœur de Game of Thrones, de leur vivant et par leur mort. Mais s’il y en a un qui fut constamment mis dans l’ombre de ses frères et sœurs, c’est Rickon. Enfant ballotté aux quatre coins du Nord pour sa protection, il est pour ainsi dire un fardeau à protéger et devient monnaie d’échange pour Ramsey Bolton qui, face à Jon Snow, le sacrifiera pour le plaisir. Outre sa sortie spectaculaire, Rickon n’aura jamais son heure de gloire, oublié dès qu’il n’est plus à l’écran. Il ne fait vraiment pas bon être un Stark à Westeros. – M.

73. Hot Pie (Ben Hawkey)

Un temps compagnon de route d’Arya et Gendry, Hot Pie représente le citoyen ordinaire de Westeros qui, au milieu des conflits, ne rêve que de mener une vie tranquille. Hot Pie est le survivant d’aventures improbables auquel on s’attache sans s’en rendre compte et qu’on aime bien savoir en vie et bien portant ; avec la perspective de pouvoir s’asseoir à la même table que lui pour boire une bière, manger une tarte et échanger sur les derniers évènements. – C.

74. Dickon Tarly (Tom Hopper)

Pas facile d’être le frère ingrat de l’un des chouchous du public. Deuxième fils de Randyll Tarly, Dickon représente tout ce que son père souhaitait : un guerrier valeureux et brutal, soit l’exact opposé de Sam. Malgré son côté moqueur et grand benêt, Dickon brille lors du Sac de Highgarden durant lequel il fait preuve de courage et d’honneur, même dans la défaite. Sous la menace, il reste fidèle à ses convictions et préfère périr sous les flammes de Drogon plutôt que de prêter allégeance à une reine qu’il ne respecte pas. Dans un monde peuplé par les lâches, c’est une qualité à souligner. — I.

75. Qhorin Halfhand (Simon Armstrong)

Patrouilleur vétéran de la Garde de la Nuit et ancien compagnon de bataille de Mance Ryder, Qhorin se révèle un atout pour le groupe par ses qualités de combattant, d’éclaireur et sa sagesse lui vaut d’être écouté. Fin stratège, il est celui qui va permettre à Jon d’infiltrer les sauvageons, même si cela lui coûtera malheureusement la vie. Peu mémorable dans l’ensemble de l’histoire, la « Mimain », surnom dû à son infirmité, restera pourtant, par son sacrifice, un des hommes les plus loyaux ayant combattu pour Westeros. – M.

76. Mace Tyrell (Roger Ashton-Griffiths)

Certains diront que Mace Tyrell est le Seigneur de Westeros le plus aimable et le plus innocent, le vieil homme faisant preuve d’une certaine sagesse. Mais ne vous y trompez pas, le Gouverneur du Sud est un homme dévoré par l’ambition qui est prêt à sacrifier ses enfants, malgré l’amour qu’il leur porte, pour servir ses propres intérêts. Son alliance fort peu inspirée avec les Lannister fera de lui l’homme le plus riche du royaume, mais causera également sa perte et celle de sa famille. On regrette déjà cette figure du pouvoir agissant dans l’ombre qui incarnait si bien une gouvernance moderne et plus ouverte d’esprit. – I.

77. Gregor Clegane (Hafþór Júlíus Björnsson)

La rivalité familiale est ce qui motive 95 % des personnages de Game Of Thrones, mais aucune ne semble aussi frontale que celle entre The Mountain (Gregor) et Sandor (The Hound) Clegane. Gigantesque, Gregor fut au service de Rhaegar Targaryen puis de Tywin Lannister, mais c’est en terrassant ses ennemis avec sa force incommensurable qu’il s’est fait un nom (et ce dont les Martell se souviennent). S’il ne marque pas par sa loquacité, sa carrure et ses victimes en font un personnage dont on n’aimerait pas croiser la route. – M.

78. Archmaester Ebrose (Jim Broadbent)

À la Citadelle, l’Archimestre Ebrose est l’homme qui met des bâtons dans les roues à Sam. Il représente une autorité qui se cache à sa façon derrière des règles et des livres. C’est dans la nature de l’Archimestre d’être sceptique, ce qui pourrait le rendre terriblement agaçant. Heureusement, son rôle reste minime et son interprète y injecte une certaine dose de légèreté lorgnant plus que de raison sur l’humour. Cela donna un certain piquant à sa relation avec Sam, même si on peut regretter au final que l’ami de Jon n’a pas trouvé à la Citadelle ce qu’il cherchait vraiment. – C.

79. Selyse Baratheon (Tara Fitzgerald)

Derrière tout grand homme, il y aurait une femme. Mais elles n’ont pas toutes du pouvoir. Selyse, femme de Stannis, n’a plus aucune ascendance sur son mari depuis que Melisandre et la religion du dieu R’hllor est entré dans sa vie. Tentant parfois de reprendre un peu les rênes de son existence, elle ne parviendra jamais à s’affirmer et doit assister à la déchéance de sa famille, le pire étant l’immolation de son frère et de sa fille. Folle de chagrin, son funeste destin n’est alors que prévisible. – M.

80. Mag Mar Tun Doh Weg (Neil Fingleton)

Mag le Roi des Géants aura forcément plus marqué par sa carrure que par ses répliques, mais il reste tout de même l’un de ses personnages de Game of Thrones dont on se souviendra. C’est un peu à travers sa présence qu’on prend conscience de la dimension fantasy de cet univers et de toutes les créatures qui peuvent se trouver de l’autre côté du Mur. Mag le Géant aura également prouvé la qualité de combattant de ceux de son espèce en s’illustrant pendant la bataille de Châteaunoir où il perd malheureusement la vie. — A.

81. The Three-eyed Raven (Max von Sydow)

Intimement liée à Bran et à l’histoire de Westeros, la Corneille à trois yeux nous apparaît d’abord à travers les rêves prophétiques du jeune Stark, le guidant à travers sa quête. Lorsqu’il se dévoile enfin en saison 4, cet être prisonnier d’un arbre devient un maître aux pouvoirs mystiques et aux prédictions cryptiques. Plus un livre ouvert sur le passé et l’avenir qu’un véritable personnage avec son histoire, la Corneille sera tuée par le Roi de la Nuit, ce qui révèle l’infirme à son destin : il le remplace et l’autre est oublié. – M.

82. Kevan Lannister (Ian Gelder)

Dans la famille Lannister, je demande l’oncle. Bras droit de son frère Tywin avant de devenir Main du Roi, Kevan Lannister n’est pas un Lion en quête de pouvoir. Il possède l’intelligence familiale, mais la fierté qui leur coûte généralement la vie. Cet homme un peu trop discret au fond a le malheur de ne pas mesurer ce dont est réellement capable sa nièce Cersei et d’être quelque peu oubliable au milieu des autres Lannister. – C.

83. Maester Luwin (Donald Sumpter)

Maitre de la Citadelle de Winterfell, Luwin a participé à forger les enfants Stark en les éduquant. Il endosse d’ailleurs le rôle de figure parentale de substitution pour Bran et Rickon en l’absence de leur famille. Luwin est un servant loyal et honnête qui croit en la bonté humaine. Il était donc destiné à ne pas survivre bien longtemps dans ce monde de brutes et n’aura pu avoir véritablement le temps de nous révéler tout son potentiel. – C.

84. Lancel Lannister (Eugene Simon)

On complète le tableau de la famille Lannister avec le cousin. D’abord écuyer du roi Robert, Lancel rejoint les Moineaux suite à la bataille de la Néra. Sot et influençable, c’est avec un plaisir non dissimulé qu’on observe le pauvre garçon se faire manipuler par son entourage. Aveuglé par sa foi, il devient un homme sans merci et affiche sa détermination par un classieux et discret tatouage sur le front. Nous n’aurons malheureusement pas le temps d’explorer ce nouveau pan de sa personnalité emporté par les flammes. – I.

85. Septa Unella (Hannah Waddingham)

Le « walk of shame » n’a plus la même signification depuis que nous avons fait la connaissance de l’exécrable Septa Unella. La disciple de la Foi des Sept et du Grand Moineau incarne à elle seule la descente aux Enfers de Cersei et son besoin de vengeance. Si le Grand Moineau a grillé dans le Septuaire, Unella est épargnée pour que la nouvelle Reine de Westeros puisse poursuivre son évolution. La septa souhaitait que Cersei se confesse, la Lionne va tout lui avouer avant de la laisser aux bons soins de Ser Clegane… – A.

86. Rodrik Cassel (Ron Donachie)

J’ai un attachement particulier à tous les personnages du Winterfell des débuts. Comme Ned, Rodrick Cassel incarnait la rigueur et l’honneur du Nord. Maître d’armes des jeunes loups, il subit un destin parallèle à celui de son Seigneur. Comme Ned, Ser Rodrick va se draper dans sa dignité et provoquer l’égo de Theon qui, en le faisant exécuter, marque un premier pas vers sa propre perte. – A.

87. Balon Greyjoy (Patrick Malahide)

Comment gouverner les îles de Fer quand sa famille discute toute décision ? Balon Greyjoy impose sa loi tout du long de son existence, que ce soit sur son frère avide de pouvoir ou ses enfants, Yara et Theon, voulant juste faire leurs preuves envers ce père intransigeant. Et si ce sont ces luttes utérines qui lui voleront la vie, il aura réussi à tenir 5 saisons à jouer en solo, en rejetant jusqu’à sa propre chair pour maintenir un semblant de monarchie. – M

88. Randyll Tarly (James Faulkner)

Les pères odieux, ce n’est pas vraiment ce qui manque à Westeros, et Randyll en est un sacré représentant. Seigneur de la maison Tarly, il jugeait son fils aîné Sam indigne de lui et son héritage, et l’a alors forcé à choisir entre la Garde de Nuit et une exécution. Quel sympathique ultimatum ! Infect avec Sam, méprisant avec Gilly, indifférent avec Little Sam… On ne peut qu’être reconnaissant à Drogon de nous avoir débarrassés de cet être abject. – I

89. Robin Arryn (Lino Facioli)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le cousin de la fratrie Stark est un grand déséquilibré. Son psy dirait que cela s’explique par sa santé fragile, sa mère castratrice et son tuteur froid et manipulateur. Jusque-là sous le joug de Petyr Baelish, on peut maintenant s’attendre à ce que Robin dévoile un potentiel inattendu ou s’évanouisse dans l’oubli et la folie, une option bien plus probable — I.

90. Grand Maester Pycelle (Julian Glover)

Le Grand Maestre Pycelle n’a de grand que sa capacité à s’être élevé à une telle position. Critique des hautes autorités religieuses s’il en est, le personnage est d’ailleurs le seul maestre vraiment « mauvais » que l’on croise dans Game of Thrones. Pécheur, menteur, manipulateur, sous ses airs de vieil homme inoffensif et pieux, il n’a d’autre maître que son avidité de pouvoir. Mais il s’est fait une ennemie en Cersei et cela aura été sa plus grande erreur puisqu’elle ne lui accordera même pas l’exécution rapide du feu grégeois à laquelle les autres ont eu droit. – A.

91. Pypar (Josef Altin)

Acolyte de Jon Snow à la Garde de Nuit, Pypar ne brille ni par son intelligence ni par ses capacités à manier les armes, mais c’est un bon gars. Fidèle ami, c’est en partie grâce à lui que Jon renonce à s’enfuir après la mort de son père. Fier de son statut et des vœux qu’il a prononcés, il mourra en défendant ses proches et ses idées lors de la Bataille de Chateau Noir. Le pauvre ne faisait pas le poids face aux talents d’archer d’Ygritte. – I.

92. Meryn Trant (Ian Beattie)

Sbire des Lannister, Meryn Trant fait une entrée plutôt remarquée en combattant le maître d’armes Sylvio Forel et, par la suite, en traquant les Stark, notamment en humiliant Sansa à la demande de Joffrey. Fidèle lieutenant de Joffrey et Cersei, il ira même jusqu’à menacer Tyrion qui ose émettre un avis défavorable sur son neveu. Mais le personnage ne sera jamais plus qu’un pion au service de la reine et terminera sa course dans les mains d’Arya qui, avec les pouvoirs du Dieu Multiface, lui crèvera les yeux. Satisfaisant. – M.

93. Janos Slynt (Dominic Carter)

Homme de main des Lannister, Janos Slynt prend autant de plaisir à apporter l’épée qui servira à décapiter Ned Stark qu’à exécuter lui-même les bébés — bâtards de Robert Baratheon. Mais alors qu’on pourrait penser que les mauvais karmas ne sont jamais punis à Westeros, Slynt est envoyé au Mur et fait face à un Jon Snow en pleine émancipation. C’est d’ailleurs Janos Slynt qui fera les frais du parallèle entre la première scène de Ned Stark et celle de l’évolution de Jon. – A.

94. The Waif (Faye Marsay)

Acolyte du Dieu Multiface, The Waif accueille froidement Arya dans la Demeure du Noir et du Blanc, temple où elle va, contre son gré, s’occuper de l’entraînement de la jeune fille. On sait peu d’elle si ce n’est qu’elle a survécu à une tentative d’empoisonnement de sa belle-mère. Dure, mutique, ayant peu d’estime pour sa nouvelle compagne, The Waif la challengera constamment, psychologiquement et physiquement, même une fois aveugle. Mais, jalouse ou sur ordre de Jaqen H’gar, elle tente de la tuer, en vain, ce qui se retournera contre elle dans un combat dantesque, complétant la formation de la jeune Stark qui va enfin pouvoir accomplir ses nombreuses vengeances. – M.

95. Alliser Thorne (Owen Teale)

Le Maître d’armes n’est pas foncièrement une mauvaise personne, c’est sûrement pour cette raison qu’il est plus difficile d’accepter ses actions. Même s’il est parfois dépeint comme cruel, il n’est ni malicieux ni méchant pour le plaisir de l’être. Il croit vraiment dans la Garde de Nuit, mais ses valeurs de nobles ayant vu l’ordre se transformer pour prendre une forme qu’il n’aime pas l’ont poussé dans la mauvaise direction. Il y a quelque chose de terrible à voir un homme qui aurait pu être bon faire des choix qui coûtent beaucoup. – C.

96. Olly (Brenock O’Connor)

Derrière ce nom à consonance sacrée et sa bouille angélique se cache un gamin autrement diabolique. Cet ancien garçon de ferme, recueilli par la Garde de Nuit après que son village ait été décimé par les sauvageons, a été manipulé par Ser Alliser et aveuglé par sa colère. Alors que ce dernier l’avait pris sous son aile, il portera le coup de poignard qui aura raison de Jon (du moins provisoirement). Le danger est décidément partout, et sa pendaison ne nous soulage qu’à moitié. – I.

97. Xaro Xhoan Daxos (Nonso Anozie)

Tout ce qui brille n’est pas or et Daenerys va le découvrir à ses dépens en faisant la connaissance de Xaro Xhoan Daxos. Mais cette parenthèse à Qarth n’est pas seulement là pour apprendre à la jeune femme qu’il ne faut pas avoir confiance en tous ceux qui pourraient lui proposer une aide en apparence gratuite. Elle va lui permettre de faire le deuil de sa vie d’avant et de devenir la reine qu’elle souhaite être. C’est Xaro Xhoan Daxos qui finalement devra en tirer la leçon qu’il faut se méfier des frêles blondes puisque le Picsou d’Essos termine muré dans son propre coffre fort ! — A.

98. Craster (Robert Pugh)

Craster, un des premiers sauvageons que Jon Snow et ses acolytes rencontrent au-delà du Mur, est un homme abject. À la tête d’un harem conséquent, il soumet et viole ses femmes et ses filles dont la plus célèbre est celle qui va s’en échapper, Gilly. Accordant son hospitalité selon certaines conditions, il négocie des informations capitales pour les hommes tout en faisant état de ses 99 fils. De plus, il n’hésite pas à en sacrifier quelques-uns au nom de son dieu. Son arrogance et sa folie le mèneront à sa perte suite à une dispute qui dégénère avec un des membres de la Garde. Tant mieux. – M.

99. Sand Snakes : Obara Sand (Keisha Castle-Hughes), Tyene Sand (Rosabell Laurenti Sellers) et Nymeria Sand (Jessica Henwick)

Au total, les Sand Snakes sont au nombre de 8, même si nous n’en avons connu véritablement que 3. Elles sont les filles bâtardes d’Oberyn Martell aux personnalités distinctes et confondantes. Elles représentent le pire de ce que la série nous a offert : des femmes unidimensionnelles et excessives animées par une vengeance qui ne prend pas, et rien d’autre. Il y avait bien des choses à faire avec elles et l’équipe créative sera totalement passée à côté. Rien de surprenant à les voir alors finalement rencontrer une mort bâclée, à l’image de toute leur histoire. — C.

Bonus : Drogon, Ghost, Nymeria et Cie

Vous les attendiez, ne vous inquiétez pas, nous ne les avons pas oubliés ! Que seraient nos héros sans leurs fidèles alliés à quatre pattes ? Chez les Stark, les direwolves sauvés par Jon ont immédiatement créé des liens particuliers avec leur jeune maître. Le destin est loin d’avoir été clément avec eux, et aujourd’hui seul Ghost est vraiment encore là pour montrer ses crocs. De son côté, Daenerys n’aurait jamais parcouru tout ce chemin sans ces trois boules d’écailles cracheuses de feu. Si Viserion et Rhaegal font plus de la figuration qu’autre chose jusque-là, Drogon a toujours été un allié de poids et l’a sortie de bien des situations. Le dragon prend ainsi parfois la forme d’une arme de destruction massive hautement imprévisible, et maintenant que le Night King en a une à sa merci, il y a fort à parier que la créature en question aura un rôle décisif dans la conclusion de cette grande épopée. Malgré des temps d’écran restreint — la crise n’épargne personne — la série a régulièrement fait la belle part aux créatures fantastiques peuplant son monde. Traitées comme des personnages à part entière, leur rôle n’est pas à négliger et elles nous réservent pour sûr beaucoup de surprises l’an prochain. – I.

Tags : Game of Thrones moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link