Aujourd’hui, un TV Shows for Dummies sur un nom masculin existant dans notre langue : hiatus.

Derrière ce mot latin se cache chez nous aujourd’hui une définition linguistique sur laquelle je ne vais pas m’arrêter, car elle ne correspond pas à ce qui nous intéresse. Non, nous pouvons en fait y appliquer sa définition au sens figuré, celle qui dit que hiatus signifie une interruption, un espace, une discontinuité.

Pour faire simple, un programme qui est mis en hiatus (« put on hiatus ») est simplement mis en pause. Notre esprit a souvent tendance à associer à cette notion un aspect négatif, y voyant la mort de sa série approcher, mais en fait, le terme s’applique régulièrement, vu qu’il implique simplement que le programme est retiré pendant un temps de l’antenne, ce qui n’implique pas obligatoirement que cela soit à cause d’un échec dans l’audimat.

Ainsi, l’hiatus renvoie à une pause deplusieurs semaines réalisées dans le planning. Cela peut arriver au cours d’une saison ou entre-deux (la saison démarrant en juin et se terminant en août).

Il y a donc différentes sortes d’hiatus.

Ceux qui sont planifiés : rien de plus naturel qu’une pause pour que les saisons des séries puissent s’étaler sur toute la période d’une saison. Par exemple, les programmes sont mis en pause en décembre – fin d’année et fêtes religieuses obligent – car il y a peu de téléspectateurs à cette période et que c’est le moment opportun pour faire une pause. Les chaines construisent aussi leur planning de façon à ce que des inédits soient diffusés au cours des sweeps (période où le prix de la publicité est déterminé) ce qui entraine souvent des pauses avant, le retour du programme permettant de générer de possibles meilleurs chiffres.

Un exemple parmi tant d’autres : la diffusion de Supernatural sur The CW. Au cours de sa saison 4 (2008-2009), le show est entré en pause durant tout le mois de décembre, pour revenir mi-janvier jusqu’à début février, avant d’être de nouveau en pause et d’être de retour le 12 mars pour ses derniers épisodes.

Les aléas de l’existence : les personnes travaillant sur des séries sont des êtres humains et par conséquent, ils sont eux aussi victimes d’accidents, de complications, d’emprisonnement et/ou de tragédies entrainant des pauses dans les productions, qui vont avoir un impact sur la diffusion. C’est parfois plus visible que d’autres, tout dépend du temps et de la façon dont cela est géré.

Dans cette catégorie, il ne faudrait pas oublier la grève. Cela n’est pas commun, mais quand cela arrive (comme celle de 2007-2008), elle a un fort impact !

Un exemple parmi tant d’autres : la série 8 Simple Rules a été mise en pause suite au décès de l’acteur John Ritter (entre le 7 octobre et le 4 novembre 2003).

L’avant annulation : l’hiatus peut aussi être un signe annonciateur de la fin d’une série. Ainsi, le network retire « temporairement » le programme de la grille dans le but d’évaluer le potentiel de la série, et voir s’il y a un moyen possible d’améliorer la rentabilité du produit. Enfin, cela, c’est quand il y a une réelle volonté de sauver l’émission, car ses performances peuvent être tout simplement mauvaises et le show est mis en hiatus, évitant ainsi l’annonce officielle de l’annulation.

À noter que le programme peut-être mis en hiatus, puis être annulée, ce qui n’empêche pas forcément la chaine de ramener le programme à l’antenne quelques mois plus tard pour diffuser les derniers inédits.

Un exemple parmi tant d’autres : la série Commander in Chief (2005-2006) fut mis en hiatus à cause d’une audience en chute. La série fut remise 3 mois plus tard à l’antenne dans une autre case horaire avant d’être annulée.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire