TV Shows for Dummies – Le syndrome Clair de Lune

avatarun article de :
publié le :
16 mar 2012 à 7:54
votre opinion :
0 commentaire

moonlighting clair de lune

Ah, l’amour ! La télévision regorge des romances qui font chavirer le cœur des téléspectateurs. Mieux que cela encore, multiples séries ont misé sur une relation de couple non avouée, une tension sexuelle palpable, mais surtout, aucune consommation ou déclaration d’amour qui viendrait détruire le statu quo imposé : on s’aime, mais on ne se l’avoue pas.

Lois et Clark dans Les nouvelles aventures de Superman, Booth et Bones dans Bones, O’Neill et Carter dans Stargate SG-1, Tony et Ziva dans NCIS

publicite

Toutes ces romances non avouées/non consommées sont les héritières d’une autre : celle de David Addison (Bruce Willis) et Madeleine ‘Maddie’ Hayes (Cybill Shepherd), les héros de Moonlighting – aka Clair de Lune.

Lancée en 1985 sur ABC, Moonlighting était une dramédie romantique qui reposait entièrement sur cette relation improbable qui leur faisait s’envoyer des piques, se disputer, se réconcilier et régulièrement, se retrouver dans des situations assez folles.

Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin et, un jour, David et Maddie ont arrêté de se dévorer des yeux pour passer à l’action, et ce, à l’épisode 14 de la saison 3. C’est ce qui marquerait le début de la fin pour la série, du moins d’après la légende. La réalité est légèrement différente, mais c’est en tout cas ce qui donna naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui « Le syndrome Clair de Lune ».

Celui-ci est parfois associé à une baisse qualitative du show suite à l’union de son couple phare, mais celle-ci n’est pas fondamentalement lié au syndrome qui désigne une chute d’audimat – qui n’est alors pas intrinsèquement liée à la qualité –, entrainant inévitablement la série vers sa conclusion suite au désintérêt du spectateur une fois le couple formé. À noter dans cette histoire que Moonlighting bénéficia ensuite de deux saisons, la dernière étant par ailleurs jugée de qualité ; malheureusement aussi, le show se termina dans l’indifférence la plus totale et alla même, dans le bon esprit de la série, signifier que le public avait perdu intérêt une fois que Maddie et David se sont unis.

Si ce moment particulier a donc marqué la chute d’audience de la série, contrairement à une idée préconçue, celle-ci n’est pas franchement liée à la romance. En effet, Moonlighting fut touchée par une grève des scénaristes en plein milieu de cet arc narratif, ce qui compliqua le travail. Qui plus est, la saison 4 compte peu de scènes où les deux acteurs principaux se côtoyaient à l’écran, car l’équipe n’arrivait pas à les avoir au même moment, ce qui ralentissait énormément la production ; sans oublier, la grossesse de Cybill Shepherd. Tous ces facteurs, et d’autres encore dont sûrement le départ de Glenn Gordon Caron, ont participé au déclin de la série et à son annulation.

Si David et Maddie forment ainsi l’un des couples les plus célèbres du petit écran qui sert toujours de point de comparaison à tous leurs successeurs, ils ont leur équivalent pour l’univers de la sitcom : Sam Malone et Diane Chambers de Cheers, qui eux, n’ont pas donné le jour à un syndrome. Ils seraient tout cas l’inspiration pour d’autres romances télévisuelles dont, entre autres, Ross et Rachel de Friends.

Enfin, pour récapituler, « le syndrome Clair de Lune » désigne une chute d’audimat suite à l’union du couple principal qui se tournait autour avant.  Il n’est pas rare que l’expression soit utilisée pour signifier la baisse qualitative d’un show qui reposait sur sa romance non consommée et qui ne réussit pas à gérer l’après.

Laissez un commentaire

©2006-2014 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress.
91 queries. 0, 725 seconds.