Ils sont les témoins, les suspects ou les coupables dans une affaire de meurtre dans une série policière. Leur nom est parfois connu du grand public, leur visage est souvent identifiable et on les a majoritairement déjà vus ailleurs. Il s’agit de la guest star !

Ce joli anglicisme désigne tout simplement la participation spéciale d’une personnalité dans un épisode, voire plusieurs, d’une série télévisée.

Notre guest – signifiant invité – n’est pas obligatoirement issu du petit écran. Bien entendu, elle se doit d’être une star – ou une vedette – pour que cela soit plus significatif, mais cela étant assurément ce qu’il y a de plus compliqué à définir, nous n’allons pas trop nous arrêter là-dessus.

Quoi qu’il en soit, il peut s’agir d’un acteur de cinéma réputé (David Strathairn dans House) tout aussi bien que celui qui s’est fait un nom sur le petit écran (Scott Bakula dans Chuck), ou encore d’un sportif, d’un présentateur ou d’un chanteur.

La guest star est le plus souvent là pour marquer le coup. Sa présence a pour but d’attirer un nouveau public, de faire parler du programme en question, ou pour aider l’épisode à être meilleur. Elle est majoritairement de passage pour un épisode, il lui arrive parfois de rester pour deux, à l’occasion trois. Quand cela devient plus, c’est un autre problème …

En effet, les frontières du mot sont devenues floues. Si la guest star n’est pas à confondre avec le récurrent – revenant à intervalles régulière dans la série, mais n’étant pas embauché sur tous les épisodes – il arrive qu’elle finisse par rester, comme ce fut le cas avec Heather Locklear dans Melrose Place ou encore John Glover au début de Smallville.

Il n’est aussi pas rare qu’un acteur ayant quitté la série et revenant le temps d’un ou quelques épisodes soit crédités en tant que guest star, à l’image de Zach Braff dans Scrubs ou encore de Richard Dean Anderson dans Stargate SG-1.

Surtout, certains en ont fait leur carrière, comme Alan ‘Everywhere’ Dale, apparaissant dans un nombre incalculable de séries. En fait, c’est bien là où le jeu se complique, car aujourd’hui, ce que l’on pourrait qualifier de petits acteurs (sans connotation péjorative aucune) sont aussi des guest stars. Ils ont parfois été réguliers dans un programme le temps d’une ou plusieurs saisons, et obtiennent par la suite des rôles de guest stars. Ils sont alors reconnaissables pour un public avisé, mais ne sont pas réellement des visages familiers pour une grande part des spectateurs.

Sans oublier qu’il arrive que la guest star soit précédée d’un special, marquant bien l’importance de l’interprète, désignant alors une célébrité (internationale). C’est ainsi que Sharon Stone dans New York Unité Spéciale fut créditée en tant que Special Guest Star.

D’ailleurs, la (special) guest star n’est pas toujours une bonne chose. En fait, il est bien connu que quand une série se met à les aligner, c’est souvent le signe d’une baisse générale du programme (qualitative, d’audience) qui tente d’être compensé par des noms.

Il faut aussi faire preuve de prudence, car un acteur pouvant être un membre à part entière du casting est parfois crédité en tant que special guest star. Ce n’est pourtant pas une vrai guest. Pourquoi alors ? Tout ceci est contractuel et monétaire (comprendre qu’ils sont au moins payés comme un acteur régulier de la série). C’est aussi un moyen d’attirer l’attention sur un nom. Dans cette catégorie, on retrouve par exemple Chris Noth dans The Good Wife ou encore Carlos Bernard dans la saison 1 de 24. De cette série, il n’est pas le seul à avoir connu ce traitement, ce fut aussi le cas de Mary Lynn Rajskub durant deux saisons.

Attention ! si ici on parle de la guest star – correspondant à l’apparition d’une personnalité (aussi appelé guest appearence) -, il ne faut pas l’associer avec un cameo, correspondant à un bref passage (très rapide, anecdotique et n’influant pas sur l’histoire) souvent visible que par le spectateur averti. C’est une participation exceptionnelle qui n’est pas annoncée et majoritairement non créditée.

Enfin, la guest star est simplement un peu partout, dans tous nos programmes fétiches, et méritait bien un Tv Shows for Dummies consacré à sa personne.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire