Avec la troisième saison de Twin Peaks qui arrive, il est peut-être temps de se rafraichir la mémoire si vous n’avez pas eu l’opportunité de (re)voir les deux précédentes. Après tout, cela fait 26 ans que la série s’est arrêtée maintenant, il ne serait pas surprenant que vous ayez du mal à replacer quelques personnages.

Pour l’occasion, nous avons décidé de vous proposer un top des personnages, du meilleur au pire. Avant de vous laisser plonger là dedans, réintroduisons tout de même l’histoire, on ne sait jamais.

Quand le corps sans vie de la jeune Laura Palmer (Sheryl Lee) est découvert et que l’on réalise qu’elle a été victime d’un criminel dangereux qui l’a kidnappé en même temps que Ronette Pulaski (Phoebe Augustine), l’agent spécial du FBI Dale Cooper (Kyle MacLachlan) arrive à Twin Peaks pour aider à la capture du vil meurtrier.

Charmé par la localité, Cooper se fait rapidement des amis, mais découvre aussi avec l’aide du shérif Harry S. Truman (Michael Ontkean) que ce petit coin calme d’Amérique cache de sombres secrets. Son enquête avance doucement vers la découverte d’une entité maléfique. Heureusement, ce n’est rien qu’une bonne tasse de café ne peut pas aider à digérer.

1. Agent Dale Cooper (Kyle MacLachlan)

Certainement un des meilleurs personnages de la télévision, l’agent spécial Dale Cooper du FBI est non seulement compétent, intelligent, loyal, attentionné et ouvert à toutes les possibilités, il sait apprécier les bonnes choses, reste stoïque face à tout et ne manque jamais une occasion pour manger une bonne tarte accompagnée d’un café. Si jamais une entité maléfique venait de vous tuer, espérez que Dale Cooper soit dans le coin pour que justice soit faite.

2. Shérif Harry S. Truman (Michael Ontkean)

Garant de la paix à Twin Peaks, le shérif Truman sait quand il est dépassé. Cela lui arrive d’ailleurs plus souvent qu’on pourrait le penser et c’est pour cela qu’il est aussi complémentaire avec Dale Cooper, car il reconnait ses limites et sait quand il doit fermer les yeux et briser certaines règles pour le bien de tous. Il est un bon ami à avoir et il fera tout pour protéger sa communauté.

3. Albert Rosenfield (Miguel Ferrer)

D’abord antipathique, l’agent Albert Rosenfield débarque à Twin Peaks avec son esprit rationnel et un dédain prononcé pour la ville. Il va cependant rapidement réaliser qu’il a fait fausse route et, même s’il n’adhère pas aux idées de Cooper comme peut le faire le shérif Truman, il est là pour aider. Surtout, il est là pour délivrer parmi les meilleures lignes de dialogues de la série avec un style bien à lui.

4. Pete Martell (Jack Nance)

Twin Peaks n’est pas avare en personnage excentrique. Pete Martell n’en fait pas partie, mais c’est ce qui le rend si attachant, ça et l’interprétation du regretté Jack Nance qui firent du mari de la retorse Catherine un des points forts de la série. Il est simplement sympathique, serviable et dévoué, prêt à aider les autres et à s’amuser d’un rien.

5. Bobby Briggs (Dana Ashbrook)

À bien des égards, Bobby est un électron libre qui rebondit d’une storyline à une autre pour servir ses intérêts et, en de rares occasions, ceux de Shelly. On finirait presque par oublier qu’il n’est qu’un adolescent si sa relation conflictuelle avec son père n’était pas là pour nous rappeler que, derrière ce petit criminel, se cache un garçon blessé qui n’attend finalement que l’approbation d’une figure autoritaire.

6. Margaret Lanterman a.k.a. « The Log Lady » (Catherine E. Coulson)

Aussi iconiques qu’ils puissent être, Margaret et sa bûche jouent surtout un rôle étonnamment indispensable à Twin Peaks. Elle semble toujours en savoir plus que Dale Cooper et le shérif, comprenant les fonctionnements des éléments magiques de la forêt là où les autres peinent encore à les appréhender. Elle s’affirmera alors comme étant une alliée de taille et c’est presque regrettable qu’elle soit souvent réduite à n’être qu’une sorte de mascotte pour la série, car elle est bien plus que ça.

7. Major Garland Briggs (Don S. Davis)

Le regretté Don S. Davis portait bien l’uniforme, mais avant d’être le Capitaine William Scully dans The X-Files et le Général Hammond dans Stargate SG-1, c’est dans la peau du Major Garland Briggs qu’il s’imposa avec un brio insoupçonné au point de départ. Il faut dire que le père de Bobby ne semblait pas destiné à devenir un élément clé de la mythologie de Twin Peaks quand tout débuta. Surtout, l’acteur donna vraiment vie au rôle en renforçant un contraste qui est au cœur même de la série au moment où il s’est mis à nous parler du fantastique avec une telle détermination que même les sceptiques ne pouvaient qu’être convaincus.

8. Dennis/Denise Bryson (David Duchovny)

Denise n’est apparue que dans deux épisodes, mais on ne peut pas nier qu’elle a laissé une impression qui est simplement impérissable. Entre son sens de l’autodérision, son efficacité professionnelle qui égale celle de Dale Cooper et sa bonne humeur presque contagieuse, Denise méritait de rester bien plus longtemps à Twin Peaks.

9. Nadine Hurley (Wendy Robie)

On pourrait facilement mettre Nadine parmi les personnages les moins intéressants de la série, mais elle s’imposera comme étant une éternelle source de bonnes surprises. Face au brave et un peu trop transparent Big Ed, elle trouve toujours le moyen d’injecter de l’énergie dans ce qui est certainement la partie la moins intéressante du show. Aussi ridicule qu’elle puisse être, jamais elle ne défaillit. Certes, elle ne sert probablement à rien en bout de route et sa perte de mémoire est juste absurde, mais c’est ça aussi Twin Peaks.

10. Tommy « Hawk » Hill (Michael Horse)

Hawk fait partie de ces personnages qui n’ont pas été spécialement développés, mais qui étaient tellement caractéristiques de ce qu’était Twin Peaks qu’il en est devenu indispensable. Réduit à n’être qu’un stéréotype peu inspiré en premier lieu, Hawk se révèlera être non seulement le meilleur élément de l’équipe du shérif Truman, mais également le contrepoids idéal au gentil idiot qu’est Andy. Surtout, il ne manque pas de jouer avec le cliché qu’il était au point de départ pour nous montrer toute sa complexité. Hawk est un homme surprenant.

11. Ben Horne (Richard Beymer)

Escroc, mauvais père, maitre chanteur et pire encore, Ben Horne n’est pas le méchant de service, mais il aurait pu l’être sans se forcer. Les pourris peuvent être des atouts dans une série comme Twin Peaks et, aussi déconnecté de l’intrigue principale qu’il peut l’être par moment, Ben Horne ne manque jamais une occasion pour délivrer le type de divertissement qui caractérise à la perfection le show. Entre de légères excentricités, une quête de rédemption plongeant dans l’absurde et une morale assez volatile, Ben est un de ces habitants qui font de cette ville ce qu’elle est, pour le meilleur et le pire.

12. Lucy Moran (Kimmy Robertson)

Pas toujours très perspicace, Lucy est tout de même le cœur du bureau du shérif, tout simplement. Peu importe ses humeurs parfois destructrices et sa relation houleuse avec Andy et Dick, Lucy fait fonctionner la machine, ne manquant par ailleurs jamais de faire le plein de café et de donuts. Sans elle, plus rien ne va.

13. Leland Palmer (Ray Wise)

Il existe réellement deux Leland Palmer. Le père de famille brisé par la mort de sa fille et celui qui renait de ses cendres, les cheveux gris et le sourire jusqu’aux oreilles. Bien entendu, il serait difficile de retirer Bob de l’équation, mais Leland reste tout de même un personnage à part et si la première incarnation n’est pas très intéressante, la seconde qui transpire la violence est simplement impeccable.

14. Audrey Horne (Sherilyn Fenn)

La fan numéro 1 de l’agent Cooper a traversé des épreuves assez traumatisantes, mais ne perd jamais sa douceur qui brille particulièrement dans ce monde de brutes. Audrey n’est pas à proprement parler un personnage véritablement intéressant, mais Sherilyn Fenn a su délivrer ce qu’il fallait pour qu’on ne le remarque jamais réellement. Comme son père, Audrey va et vient, mais parait toujours être à sa place.

15. Catherine Martell (Piper Laurie)

Dans le registre des personnages à la limite de n’être que des caricatures, Catherine s’impose naturellement. Cela dit, on peut compter sur Piper Laurie pour jouer avec cela pour que son rôle de méchante de cartoon soit pleinement à sa place dans le petit monde de Twin Peaks. Son comeback en saison 2 pousse le bouchon très loin d’ailleurs et il en devient impossible de trouver la limite entre le génie et le ridicule. Aucune autre série n’aurait pu s’en tirer avec une Catherine Martell.

L'histoire secrète de Twin Peaks
List Price: EUR 24,95
Price: EUR 24,95
Price Disclaimer

16. Jerry Horne (David Patrick Kelly)

Le frère de Ben est bien trop souvent absent, mais il fait des étincelles à chacune de ses apparitions. Parcourant le monde à la recherche d’investisseurs, Ben revient toujours avec de la nourriture, de bonnes histoires et un grand sourire qui réinjecte de la vie au Great Northern Hotel. À plus d’une occasion, il a prouvé ne pas être plus honnête que Ben, mais il met un tel enthousiasme à la tâche qu’il parait être né pour ça, c’est ce qui fait son charme.

17. Dr Lawrence Jacoby (Russ Tamblyn)

Pas toujours très net, le Docteur Jacoby est surtout l’excentrique de base de Twin Peaks. Sa fascination pour Hawaï est assez envahissante et cela fait qu’il est bien souvent difficile de le prendre au sérieux, mais il sait pourtant très bien ce qu’il fait. Il est le psychiatre parfait pour les habitants de cette ville, jovial avec une part d’ombre, mais pas foncièrement mauvais pour autant.

18. Donna Hayward (Lara Flynn Boyle/Moira Kelly)

La meilleure amie de Laura Palmer a tout de la jeune femme idéale, mais elle vit à Twin Peaks et était donc amie avec Laura. Par conséquent, bien qu’il soit nécessaire d’attendre, il n’est pas vraiment surprenant que l’on finisse par découvrir qu’elle n’est pas vraiment stable. Cependant, son penchant pour se mettre en danger permet d’excuser son obsession ridicule pour les lunettes de Laura, même si ce n’est pas assez pour expliquer ce qu’elle peut bien faire avec James.

19. BOB (Frank Silva)

On pourrait dire que Bob n’est pas vraiment un personnage, mais plus un symbole. Il est en tout cas une force que l’on ne peut pas ignorer et grâce à Frank Silva il est devenu étrangement inoubliable. Il se contente bien souvent d’avoir juste l’air totalement instable et féroce, mais c’est tout ce qu’on lui demandait.

20. Andy Brennan (Harry Goaz)

Gentil crétin de service, Andy pleure pour un rien, ne comprends pas grand-chose à ce qui lui arrive et encore moins à Lucy, mais il est difficile de lui en vouloir. Certes, cela l’empêche d’être un minimum plus intéressant. Malgré tout, avait-il réellement besoin de l’être ? Il est un ressort comique qui fonctionne et il le sait.

21. Shelly Johnson (Mädchen Amick)

Shelly mérite mieux. Cela résume bien le personnage. Elle a fait de mauvais choix, elle s’est laissée influencer et ne sait pas forcément ce qui est le mieux pour elle. En dépit de cela, elle a toujours su injecter une pointe de douceur dans son monde de brutes et faire un bon café.

22. Dick Tremayne (Ian Buchanan)

Homme à femmes moins intelligent qu’il pense l’être, Dick est basiquement un goujat. Il est aussi une bonne source d’humour, en particulier quand il se retrouve en duo avec Andy. Le triangle amoureux qu’ils forment avec Lucy ne manque jamais de faire rire et Dick y est pour beaucoup. Pour le reste, il n’est pas aisé de trouver un compliment à lui faire par contre.

23. Hank Jennings (Chris Mulkey)

Vendu comme étant un criminel dangereux, Hank Jennings est surtout un opportuniste dont le principal mérite est que l’on sait exactement à quoi s’en tenir avec lui (rien de bon). Étrangement, Chris Mulkey parvient régulièrement à le rendre plus sympathique qu’il n’était réellement en droit de l’être, le genre de paradoxe typique de Twin Peaks.

24. Dr William Hayward (Warren Frost)

Le père de Donna est un homme bon et attentionné. Serviable et dédié à sa famille, il apporte une aide précieuse à Cooper, mais il faut reconnaitre qu’il est plus un accessoire scénaristique plus qu’autre chose.

25. Gordon Cole (David Lynch)

Dans la peau de Gordon Cole, David Lynch avait l’air de s’amuser. Le personnage est par contre de l’ordre de la blague qui dure légèrement trop longtemps et ses dernières apparitions ont un peu endommagé le potentiel de cet agent du FBI à l’audition limitée et aux conseils bien pratiques, même s’ils ne sont pas toujours très poussés.

26. Maddy Ferguson (Sheryl Lee)

Sheryl Lee tenait deux rôles. Elle était Laura Palmer et sa cousine, Maddy Ferguson. Cette dernière était bien trop saine d’esprit pour survivre dans le monde impitoyable de Twin Peaks. Coincée entre l’instable Donna et l’imbuvable James, Maddy se laissa dépasser, mais elle retrouva tout de même sa route vers la lumière. Trop tard, malheureusement.

27. Leo Johnson (Eric Da Re)

Leo est un criminel violent et un mauvais mari. Il ne pourrait pas être accusé d’être complexe ou nuancé. Rien en lui ne mérite d’être retenu. Malgré tout, ce qu’il traversera est presque inhumain, entre ses blessures et son passage en tant qu’esclave de Windom Earl, l’improbable s’est produit. Leo finit par faire pitié et on ne peut que vouloir qu’il s’en sorte, malgré tout.

28. Norma Jennings (Peggy Lipton)

Il y a plusieurs raisons de célébrer Norma. Elle a fait quelque chose d’elle-même, en dépit de sa famille et de son mariage. C’est une bonne personne qui vous accueille toujours avec un sourire. Malgré cela, elle est probablement trop gentille et normale, selon les standards de Twin Peaks, pour vraiment sortir son épingle du jeu. En plus, être coincée dans une romance ennuyeuse avec le brave Big Ed n’a pas aidé.

29. Jean Renault (Michael Parks)

Twin Peaks a son lot de criminels dangereux. Contrairement à la majorité d’entre eux, en plus d’être impitoyable, Jean Renault est intelligent et cela fait de lui le pire de tous. Ce qui joue en sa faveur est qu’il est interprété par Michael Parks.

30. Lana Budding Milford (Robyn Lively)

Arrivée presque trop tardivement dans la série, Lana est une impressionnante veuve noire. Cette séductrice sans pareil n’a pas eu l’opportunité de nous montrer qu’elle avait vraiment un cœur, mais ses manipulations ne manquaient pas de divertir, c’est certain.

Twin Peaks
Price: EUR 39,77
Price Disclaimer

31. Big Ed Hurley (Everett McGill)

Les Hurley sont ennuyeux. Cela doit être génétique. Heureusement pour Ed, il est marié à Nadine et James est toujours là pour nous montrer qu’il n’est pas le pire de la famille dans son registre. De plus, il sait se rendre utile et prend des risques pour aider sa ville. Cela joue en sa faveur, mais il reste terriblement ennuyeux tout de même.

32. Josie Packard (Joan Chen)

Femme fatale prise dans beaucoup plus de problèmes qu’elle n’était capable de gérer, Josie était charmante, mais aussi étrangement sans intérêt. Il faut dire qu’elle est prise dans des storylines principalement secondaires et totalement dominées par Catherine. Ce n’est pas sa relation aseptisée avec le Shérif qui allait la sauver. Sa fin a le mérite d’être plus marquante que le reste de toutes ses actions.

33. MIKE (Al Strobel)

Habitant le corps d’un vendeur de chaussures, MIKE est en quelque sorte l’anti-BOB. Il est cependant moins marquant, probablement parce qu’il est réduit à n’être qu’une source d’informations et tend à ne pas savoir se rendre utile.

34. Maire Dwayne Milford (John Boylan)

Le monde de Twin Peaks est peuplé de figures secondaires légèrement excentriques. Il n’est donc pas étonnant que le maire soit un vieux acariâtre continuellement en guerre contre son frère. Le duo fait des étincelles et Lana n’arrangera rien quand elle se mettra au milieu. Malgré cela, le maire est surtout une blague récurrente, une bonne, mais une blague tout de même.

35. Windom Earle (Kenneth Welsh)

L’ennemi juré de Dale Cooper est peut-être un génie du crime, expert en déguisement et fortement dérangé, ce n’était pas assez pour aider Twin Peaks à remonter la tête durant la seconde moitié de la saison 2. En fait, Earle est en partie responsable des problèmes de la série à ce niveau et on peut difficilement le lui pardonner.

36. Laura Palmer (Sheryl Lee)

Laura n’était pas une mauvaise personne, ni quelqu’un de véritablement intéressant. Le film Fire Walk With Me confirma son statut de figure tragique, mais ne réussit pas à effacer le fait qu’elle était plus pertinente pour l’histoire une fois morte.

37. Annie Blackburn (Heather Graham)

Arrivée tardivement pour être imposée dans le rôle de l’intérêt romantique de Dale Cooper, Annie est une ancienne nonne qui revient à la civilisation et travaille chez sa sœur, Norma. Elle est plus ou moins parfaite et ce n’est pas vraiment quelque chose de très palpitant dans Twin Peaks.

38. Mike Nelson (Gary Hershberger)

Ami et partenaire criminel de Bobby quand tout débuta, Mike est un jeune comme tant d’autres — et ce n’est pas un compliment. Heureusement, Nadine viendra à son secours dans la plus improbable des histoires de la série. Mike nous montrera alors qu’il ne valait pas vraiment plus que ce que l’on pouvait penser de lui au départ, mais il réussira tout de même à tirer son épingle du jeu à temps pour être sauvé à l’aide de quelques lignes de dialogues efficaces.

39. Sarah Palmer (Grace Zabriskie)

La mère de Laura est blessée au départ et ne s’en remettra jamais totalement. Elle est indéniablement une des plus grandes victimes de toute la série, condamnée à vivre avec ce qu’a fait son mari sous l’influence de Bob et ce qui est arrivé à Laura et Maddy sous son toit.

40. The Giant (Carel Struycken)

D’une certaine manière, le Géant est plus iconique qu’il n’est utile. Malgré tout, ses apparitions sont marquantes et il possède indiscutablement une aura mystérieuse qui captive.

41. Blackie O’Reilly (Victoria Catlin)

Victime des manigances de Ben Horne, Blackie semble être une mauvaise personne par défaut. Ce n’est pas une excuse pour pardonner ce qu’elle fit à Audrey pour se venger, mais c’est tout de même suffisant pour qu’on la prenne un peu en pitié.

42. Eileen Hayward (Mary Jo Deschanel)

Plus ou moins transparente pendant la plus grande majorité de la série, la mère de Donna a un terrible secret. Naturellement, elle ne veut pas le révéler à sa fille. C’est à peu près tout ce que l’on a à dire sur elle. C’est peu.

43. James Hurley (James Marshall)

James est le pire. Tout simplement. Il mériterait la dernière place de la liste, mais il était régulier et, par conséquent, il a été beaucoup plus développé que ceux qui suivent. Cela n’enlève rien au fait que son attitude de faux rebelle/grand romantique qui ne comprend jamais assez vite ce qu’il se passe le rend insupportable.

44. Harold Smith (Lenny Von Dohlen)

Harold était un peu instable avec une tendance à développer une fascination malsaine pour des adolescentes. Comme James, Donna l’utilisera pour obtenir ce qu’elle veut, mais c’est bien la seule chose qui va dans son sens.

45. Jones (Brenda Strong)

Élégante et mortelle, Jones est l’archétype du bras droit d’un méchant sorti d’un James Bond. D’ailleurs, tout ce qu’elle fait dans la série aurait trouvé naturellement sa place dans un film mettant en scène l’espion britannique.

46. Thomas Eckhardt (David Warner)

Employeur de Jones, ennemi des Martell et criminel qui mérite bien ce qui lui arrive, Thomas Eckhardt n’était pas à la hauteur de sa réputation, et de loin. Heureusement, il était interprété par David Warner, ce qui est toujours une qualité.

47. Jacques Renault (Walter Olkewicz)

Le frère de Jean était aussi une mauvaise personne. Il était également un vendeur de drogue et il était légèrement répugnant. Il n’était également pas très brillant et cela s’imposa étrangement comme étant un point fort de son caractère.

48. Chester Desmond (Chris Isaak)

Il était Dale Cooper avant que Dale Cooper n’arrive à l’écran, en quelque sorte. Il n’est présent qu’une demie heure dans Fire Walk With Me, mais il avait tout pour devenir un bon personnage de l’univers de Twin Peaks. Le charisme naturel de Chris Isaak aida beaucoup, il faut le reconnaitre.

49. Sam Stanley (Kiefer Sutherland)

Partenaire temporaire de Chester, Sam avait en lui tout ce que l’on attend d’un agent du FBI dans cette série. Intelligent, vif d’esprit et compétent, il avait de l’avenir, mais il n’a pas eu le temps pour le prouver.

50. Andrew Packard (Dan O’Herlihy)

Le frère mort, puis plus vraiment mort, de Catherine était presque aussi inintéressant que Thomas Eckhardt. De plus, Dan O’Herlihy le rendit rapidement trop caricatural pour qu’il puisse réellement sortir de l’ombre de sa sœur.

51. Ernie Niles (James Booth)

Aussi appelé le Professeur, cet ancien détenu qui partageait sa cellule avec Hank n’était dans le fond qu’un arnaqueur qui se laissa dépasser par la situation. Pas le pire des criminels à passer par Twin Peaks et, en plus, il y avait quelque chose de sympathique chez lui.

52. Roger Hardy (Clarence Williams III)

Voilà l’archétype de l’agent du FBI qui peut être décrit comme étant l’exception qui était nécessaire pour prouver la règle. Travailler pour les affaires internes et enquêter sur Dale Cooper ne lui rendit pas service, il faut le reconnaitre.

53. Ronette Pulaski (Phoebe Augustine)

Autre victime de Bob, Ronette a survécu à son agresseur, mais a failli être complètement oublié par les scénaristes qui n’ont jamais vraiment pris le temps de faire quoi que ce soit d’elle.

54. Teresa Banks (Pamela Gidley)

Encore une victime de Bob, Teresa ne sortit pas vivante de Fire Walk With Me et se retrouve alors réduite à n’être qu’un rouage dans l’enquête et pas le plus intéressant qui plus est. Elle intrigua malgré tout de par ce que sa relation avec Leland a pu révéler.

55. The Man from Another Place (Michael J. Anderson)

On ne sait rien sur lui, mais il est toujours divertissant. Michael J. Anderson est brillant.

56. Vivian Smythe Niles (Jane Greer)

La mère de Norma est secrètement une critique culinaire. Bizarrement, c’est une information qui la rend plus intéressante que sa relation avec sa fille ou avec son nouveau mari.

57. John Justice Wheeler (Billy Zane)

John était parfait au point d’être imbuvable. Clairement introduit comme Annie pour tenir éloigner Audrey et Dale dont la relation était quelque peu problématique quand on sait quel âge a la jeune femme, John ne s’est pas attardé trop longtemps, mais cela fut déjà plus que nécessaire.

58 & 59. Mrs Tremond (Frances Bay) & Pierre (Austin Jack Lynch)

Comme BOB et MIKE, Mrs Tremond et son petit-fils sont des entités venant de la Lodge. Ils interviennent dans les vies de Teresa Banks, Laura Palmer et Donna, mais l’aide qu’ils apportent n’est que rarement suffisante. Leur place est d’ailleurs assez cryptique, comme beaucoup de choses dans la série, il faut le reconnaitre.

60. Dougie Milford (Tony Jay)

Le seul réel intérêt de Dougie Milford, en dehors du fait qu’il était interprété par Tony Jay, se trouve être sa backstory. Son passé dans l’Air Force qui l’entraina à Roswell et vers des projets obscurs du FBI est le genre d’histoires improbables typique de la série. Son conflit avec son frère n’était pas non plus dénué d’intérêt… comique.

61. Juge Clinton Sternwood (Royal Dano)

Le bon vieux juge Sternwood était juste et honnête. On pouvait compter sur lui pour mettre un peu d’ordre dans les affaires en cours à Twin Peaks, mais ses bonnes intentions n’ont pas menées qu’à de bonnes choses, demandez à Leo Johnson.

62. Sid (Claire Stansfield)

Sid est le genre de personnage qui ne fit pas grand-chose, mais laissa une impression. Travailler pour le juge Sternwood ne lui offrit en effet que peu d’espace, mais le fait que personne ne semblait vraiment savoir comment l’appréhender la rendit intrigante.

63. Tim Pinkle (David L. Lander)

Expert local sur la Martre des pins, chorégraphe et « vendeur » de matériel pour personne à mobilité réduite, Tim Pinkle n’est jamais là où on l’attend et n’est jamais non plus aussi honnête qu’il en a l’air. Il est donc à sa place à Twin Peaks. Saviez-vous que son frère s’appelle Tom ?

64. Rusty Tomasky (Ted Raimi)

Le pauvre Rusty est le genre de crétin qui ne méritait pas vraiment ce qui lui est arrivé. Se faire tuer par Windom Earle alors qu’il ne voulait que de la bière et faire la fête. Triste monde tragique.

65. Evelyn Marsh (Annette McCarthy)

Femme fatale qui prit ce crétin de James pour cible, Evelyn est au cœur de la plus mauvaise intrigue secondaire de la série. Séduire le motard pour lui faire porter le chapeau du meurtre de son mari était cependant un bon plan. Dommage pour elle que Donna soit passée par là.

66. Louie Budway (Bellina Martin Logan)

Surnommée Birdsong, Louie était une réceptionniste enthousiaste travaillant au Great Northern. Elle semblait partie pour aller loin, même si sa traque du mystérieux critique culinaire M.T. Wentz fit rapidement fausse route. Au moins, elle y mit du cœur.

67. Nancy O’Reilly (Galyn Görg)

La sœur de Blackie et dangereuse associée de Jean Renault, Nancy n’a pas vraiment de qualités à saluer. C’est une mauvaise personne et elle en était fière. Pire, sa contribution à la série fut proche de l’anecdotique.

68. Malcolm Sloan (Nicholas Love)

Il n’était pas vraiment le frère d’Evelyn, mais il était certainement un tueur qui a bien compris que James était un bouc émissaire évident. On ne peut pas lui en vouloir pour ça, mais cela ne le sauve pas de son intrigue sans intérêt.

69. Señor Droolcup (Hank Worden)

Il ne s’appelle pas vraiment Señor Droolcup, mais c’est le seul nom que l’on a pour lui et on le doit à Albert et son sens de l’humour bien particulier. Cet employé du Great Northern devrait être à la retraite depuis longtemps, mais il a participé à une des plus mémorables scènes de la série, ce qui joue en sa faveur, c’est certain.

70. Betty Briggs (Charlotte Stewart)

Betty était une épouse aimante et une mère assez incompétente dans son genre. Elle semble souvent être totalement incapable de reconnaitre les problèmes de son fils et se contente de suivre la direction posée par son mari. Elle est alors totalement oubliable.