Flashpoint – Remote Control (2.10)

Alors qu’il accepte déjà d’enfreindre la loi pour aider son frère, Justin Fraser se retrouve contraint de faire plus qu’il ne l’aurait jamais imaginé quand sa femme enceinte, Maya, est kidnappée. Tout dérape et il y a prise d’otage.

Prise d’otage dans une banque…internet. Original comme lieu, étant donné qu’il n’y a pas d’argent, juste des ordinateurs. Il y avait forcément quelque chose d’autre qui se tramait derrière tout cela et Parker va devoir trouver ce que c’est avant qu’il ne soit trop tard.

Classique en somme. Comme à l’accoutumée, des personnes innocentes se retrouvent prises entre deux feux, et c’est donc l’affaire de kidnapping qui va fournir le jus nécessaire pour alimenter le suspens. Ça prend plutôt bien, même si on se doute qu’à la fin, la femme kidnappée va s’en sortir. La série a déjà su jouer de pessimisme, mais j’ai du mal à croire qu’elle irait jusqu’au meurtre de sang froid d’une femme enceinte de 7 mois.

Ceci n’est pas pour autant un problème. En fait, le seul reproche à formuler sur toute cette intrigue, c’est qu’il y a des détours inutilement empruntés qui ne se justifient que pour gagner du temps, afin que de tous les côtés on soit synchro. Comprendre qu’Ed et son équipe soient mis en place de manière crédible pour le final explosif et émotionnellement chargé.

En parallèle, nous avons Jules qui annonce son retour, et donc, Donna va devoir partir. Malgré ma sympathie pour l’interprète, le personnage ne manquera pas, car les scénaristes n’ont pas réussi à dépasser l’illustration de deux idées avec elle. On avait dès lors fait le tour rapidement et l’absence de Jules commençait à se faire sentir.

Au final, l’épisode montre une bonne gestion des éléments de son histoire, même si un peu de surprises supplémentaires aurait été bienvenu.