Yu Shu s’interroge sur ses sentiments envers Hao Mei, et doit bien accepter le fait qu’il est amoureux d’elle. Sur les conseils de son frère, il se décide à lui parler.
Du côté de sa famille, sa mère va organiser une fête pour la Saint Valentin pour pousser les deux l’un vers l’autre. À ce niveau-là, Yu Shu a déjà demandé à Hao Mei d’être sa petite amie.
Pas de fête et c’est bien dommage. Je pense que cela aurait été l’occasion de réunir un peu les personnages, de la famille aux amis. Les histoires des divers protagonistes sont trop séparées, et il n’y a pas assez de croisements.
Voir les autres personnages est toujours agréable, et permet de s’éloigner du duo principal, car il faut bien dire que le comportement de Xiang Qin est très répétitif.

Nous enchainons sur Zhi shu et Xiang Qin à l’hôpital. Il y a eu tremblements de terre et l’équipe des médecins se voit partir pour aider ailleurs. Quand un accident de voiture se produit, il n’y a que Zhi Shu, or c’est un interne. Il prend la décision d’opérer le patient, sans demander l’autorisation à qui que ce soit. Il va lui sauver la vie, mais va devoir faire face au conseil de médecins de l’hôpital.
Un début dans le milieu hospitalier assez prenant. On est assez loin de la série médicale, mais les enjeux pour les personnages sont importants. Par contre, encore une fois, je ne connais strictement rien au système dans leur pays, mais cela est un peu de la folie de laisser un interne responsable, sans aucun chef dans les environs. La réprimande est assez réaliste, et d’un autre côté, peut-être faudrait-il aussi les remettre en cause. C’est eux qui ont laissé Zhi Shu tout seul, après tout.

Après cette mésaventure, on fait un bond dans le temps, indéfini, où Zhi Shu est bien en place dans son poste, et enchaine opération sur opération alors que Xiang Qin travaille dur. C’est alors qu’Ah Jin arrive avec Christine, qui a été gravement brûlée à la jambe par de l’huile bouillante. Cela a l’air très douloureux, par contre, l’actrice peine un peu à nous faire ressentir cette souffrance. Alors qu’Ah Jin fait une crise à côté, la voyant déjà morte, nous n’avons pas vraiment la sensation que la jeune femme soit réellement en danger. Christine est bien entendue sauvée et va rester un peu à l’hôpital. Elle risque d’avoir des cicatrices, ce qui inquiète énormément Ah Jin. On amène sur le tapis le possible mariage entre Christine et Ah Jin, et sincèrement, c’est une idée qu’on aimerait bien voir en image.

Alors que Zhi Shu travaille comme un forcené, Xiang Qin ne se rend compte de rien. En entendant les autres en parler, elle réalise tout ce qu’il fait, et qu’il doit être épuisé. Elle décide alors de lui préparer un repas et de lui apporter à l’hôpital. Mais, elle dérape accidentellement dans l’escalier et tombe. Zhi Shu la rattrape, mais il perd connaissance. Elle panique alors, pour finalement découvrir qu’il n’a qu’une fracture au pied.
Zhi Shu est bloqué dans son lit, et elle décide de lui apporter son soutien dans son travail, seulement il finit par le découvrir ! Il a d’ailleurs une discussion avec Gan Gan qui lui raconte le comportement de Xiang Qin quand il était inconscient. Zhi Shu sait tout ce que Xiang Qin fait, et il aimerait qu’elle en fasse moins, et qu’elle soit plus indépendante. D’un autre côté, il pense aussi qu’il a failli en tant que mari, en ne se reposant pas assez sur sa femme.
Cette histoire permet de se recentrer légèrement sur le couple d’une façon plus douce. On voit tout le travail qu’accomplit Zhi Shu, alors qu’il n’est qu’interne, et aussi la solidité de leur amour, chacun ayant réellement besoin de l’autre.

L’épisode se déroule principalement dans le milieu hospitalier, et il est bon de voir que Xiang Qin y trouve une vraie place, et qu’elle fait son travail. Ce n’est pas la meilleure infirmière, mais on a fini de montrer ses défauts pour se concentrer plus sur la place de Zhi Shu au sein de cet organisme, celle de sa femme étant maintenant bien déterminée. Chacun est alors bien établi dans sa profession, et si le milieu peut manquer de réalisme, le duo fonctionne bien dans cet environnement.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire