Underbelly – I Still Pray (1.03)
Alors que les frères Moran passent des accords à haut risque pour étendre leur empire, Carl Williams travaille de son côté pour monter son propre bizness de drogue. L’ex-mari de Tracey arrive chez elle après avoir commis un double meurtre. La police va réussir à convaincre la femme de témoigner contre lui lors du procès.

L’histoire de la mafia australienne se révèle moins trépidante qu’elle n’en avait l’air au premier abord. Ce troisième épisode va principalement tourner autour de Tracy Seymour, son ex-mari et Carl Williams. Ce dernier est l’un des personnages les plus intéressants, du point de vue de son implication et de sa duplicité envers les Moran. Le côté policier est assez classique et ne mérite pas vraiment une place plus importante que celle octroyée dans le premier épisode.

Ici, ça tourne en rond. Ce qui est dommage, c’est la conclusion de l’affaire Tracey Seymour, qui accentue encore plus l’inutilité de son histoire. On a l’impression que le rythme est ralenti de façon à pouvoir mieux s’intéresser aux personnages de second ordre. Le problème est donc que les principaux ne sont pas développés. On ne sait donc pas trop où cela pourrait bien mener. Pour un troisième épisode, c’est un peu dommage de ne pas plus appuyer sur la mise en place des principales story-arc de la saison, au lieu de développer celle qui n’aura pas de suite.

Il est possible que dans un avenir proche, les évènements de l’épisode prennent plus d’ampleur, mais en attendant, les attentes générées par la réputation de la série ne sont pas comblées. Sans pour autant être dénuée d’intérêts, la série se montre trop classique, et ce, principalement à cause de ses personnages.

Quoi qu’il en soit, il reste 10 épisodes, il est donc un peu trop tôt pour tirer ce genre de conclusion.