Underbelly: A Tale of Two Cities – The Loved Ones (2.13 - fin de saison)

Chris Flannery est victime de son succès. La police fédérale australienne cherche toujours Bob Trimbole. Des preuves ressurgissent pouvant aider à la résolution du meurtre de Donald Mackay.

Nous voilà à la fin de l’histoire. L’épisode débute par le décès de Terry Clark. Crise cardiaque, comme son père. Une fin qui n’est pas vraiment à la hauteur du personnage, mais n’oublions pas qu’il s’agit de faits réels, du coup, ça amplifie la légende.

Pour cette conclusion, il nous reste quelques storylines. D’abord, Chris « Mr Rent-a-Kill » Flannery. Toujours difficile à supporter, mais malgré ça, réellement efficace dans son job. Trop, apparemment, car c’est ce qui poussera finalement Freeman à l’éliminer. Pour nous faire passer le message, on nous développe rapidement le contexte autour de quelques succès de Flannery. Il n’y avait pas forcément besoin de faire ça, on aurait compris sans que l’on veuille le liquider. Le problème, c’est que le tueur à gages n’a jamais réussi à apparaitre aussi important qu’il semblait l’être. Son utilisation tardive en est certainement responsable. En tout cas, sa fin entre dans la logique de ce season finale, mais se montre plutôt secondaire.

En fait, c’est l’avenir d’Aussie Bob qui est vraiment digne d’intérêt. On suit le personnage depuis le début de la saison et, après la mort de Terry, il est le dernier gros joueur en liste, même qu’il n’est jamais apparu comme ça. C’était certainement sa force, son genre. En tout cas, le cancer aura finalement raison de lui. Son refus de se soigner, encore plus. Bob finira en hallucinant, parlant à Terry, refusant d’admettre qu’ils étaient pareils. Le sujet mériterait d’être débattu, car les deux hommes avaient chacun leur style, mais leurs crimes n’étaient pas foncièrement différents.

Après la mort de Bob, le doc fini en prison, le meurtrier de Mackay aussi. Grosse saisie de drogue et arrestations. Un beau tableau de chasse pour la police, mais les corrompus courent toujours et c’est peut-être là le point de départ de la saison 3. Celle-ci fera la liaison entre la première et la seconde, le crime en Australie n’a pas pris de vacances dans les années 80.

En attendant, se final manque quand même un peu de punch, se contentant majoritairement d’épiloguer, mais il possède ses bons moments. Cette saison fut une réussite, bien supérieure à la précédente, et on peut espérer que la prochaine sera du même calibre.